Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Silence de la mémoire” grand vainqueur du FFTM




Le film “Silence de la mémoire” (Samt Addakira) d’Abdeslam Kelai s’est adjugé trois Prix lors du 5ème Festival de la fiction télévisuelle, qui a pris fin mercredi soir à Meknès. Outre le Prix du meilleur film, l’œuvre télévisuelle du réalisateur marocain a également remporté les Prix de la meilleure mise en scène et de la meilleure interprétation masculine, décerné ex-aequo aux acteurs, Mohamed Choubi et Aziz Lhtab.
Le film “Silence de la mémoire”, a confié à la MAP, le comédien Mohamed Choubi, relate la vie d’un homme sous l’emprise de la maladie d’Alzheimer. Sa fille, une romancière, s’efforce, tant bien que mal, de le réconcilier avec son passé, tout en s’employant à retrouver les traces de son frère Adil, un anthropologue établi au Canda depuis une vingtaine d’années, dont le retour au pays coïncide malheureusement avec la disparition du père.
Quant au Prix de la meilleure série télévisée, il est revenu à “Dar Dmana”, une œuvre historique de Mohamed Ali Majboud. Interprétée par une pléaide d’acteurs marocains, “Dar Dmana” revient sur la période du Maroc, entre le 16ème et 17ème siècles, alors sous le règne du  Sultan Moulay Ismaïl. Elle retrace les aventures du notable commerçant, Driss, et donne une idée sur les mœurs, us et coutumes des communautés juive et musulmane d’antan. En outre, le Jury du Festival a octroyé le Prix du meilleur scénario à Morad El Khodi pour le film “Jnb Lebhar”.
Le Prix de la meilleure interprétation féminine a, quant à lui, été attribué à l’actrice Saida Baadi. Aux yeux du directeur du Festival, Mahmoud Bellahcen, l’organisation de cette 5ème édition témoigne d’une volonté collective de promouvoir la qualité de la production télévisuelle, mettant en exergue le rôle du petit écran en matière d’éducation, entre autres. “Nul ne peut douter de l’impact de la télévision sur la société moderne et le rôle qu’occupe ce média dans le paysage audiovisuel”, a-t-il affirmé.  Le Festival de la fiction télévisuelle de Meknès, a-t-il ajouté, a été également une opportunité pour rendre hommage aux acteurs, Mohamed Rzin et  Zhour Slimani, a-t-il conclu. Notons enfin que cette édition a également connu l’organisation de conférences-débats,  d’expositions et d’activités dédiées aux jeunes et acteurs en herbe, outre des  ateliers sur le scénario des téléfilms.


 

Samedi 26 Mars 2016

Lu 325 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs