Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Signature d'un cessez-le-feu au Soudan Sud

Capitales régionales reprises par l'armée




Signature d'un cessez-le-feu au Soudan Sud
Le gouvernement du Soudan du Sud et les rebelles qui s'affrontent depuis la mi-décembre ont signé jeudi soir un accord de cessez-le-feu, une première étape pour tenter de mettre fin à un conflit qui a déjà fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés.
Le président américain Barack Obama a salué la signature de ce cessez-le-feu, le qualifiant de "première étape cruciale" dans un règlement de la crise meurtrière dans ce pays créé en 2011.
"Je salue la signature aujourd'hui d'un accord qui met fin aux hostilités au Soudan du Sud qui constitue une première étape dans la construction d'une paix durable", a déclaré le président dans un communiqué. 
Les délégations du gouvernement du Soudan du Sud et de la rébellion menée par l'ex-vice président Riek Machar ont paraphé le texte en présence de médiateurs étrangers et de journalistes à Addis-Abeba. Ils négociaient laborieusement depuis trois semaines dans la capitale éthiopienne, sous l'égide de l'organisation est-africaine Igad. Les deux parties ont également signé un accord prévoyant la libération de onze détenus proches de Riek Machar, arrêtés au début des combats qui ont éclaté entre unités rivales de l'armée à Juba le 15 décembre. La question de cette libération était au coeur des laborieux pourparlers entamés début janvier. ONU et ONG ont fait état d'atrocités de la part des deux camps - exécutions sommaires, viols, enrôlement d'enfants-soldats notamment - et de massacres à caractère ethnique. A la rivalité politique entre MM. Kiir et Machar, se greffent des profonds et anciens antagonismes entre les peuples Dinka et Nuer dont sont respectivement issus les deux hommes.
Ces derniers jours, l'armée sud-soudanaise a repris le contrôle de toutes les capitales régionales tombées aux mains des partisans de M. Machar, notamment Bor, capitale de l'Etat oriental du Jonglei, le plus étendu du pays, le 18 janvier, et Malakal, capitale de l'Etat pétrolier du Haut-Nil, le 20.
Les forces fidèles à M. Machar semblaient néanmoins contrôler toujours de vastes zones rurales dans plusieurs régions. 
L'ONU a indiqué mercredi soir que l'armée sud-soudanaise avait entrepris de fouiller Malakal maison par maison, ajoutant héberger désormais 72.000 personnes dans ses huit bases du pays.
 

AFP
Samedi 25 Janvier 2014

Lu 352 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs