Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Si un astéroïde menace les Etats-Unis, la NASA conseille de... prier




Si un astéroïde menace les Etats-Unis, la NASA conseille de... prier
A une réunion de la Commission pour la science, l’espace et la technologie de la Chambre des représentants des Etats-Unis, le chef de la NASA, Charles Bolden a estimé que la seule chose à faire si un astéroïde menaçait la population américaine dans “les trois prochaines semaines” était de prier.
Voilà un message qui a le mérite d’être clair. Alors que plusieurs astéroïdes ont frôlé notre planète ces derniers mois, les préoccupations concernant une éventuelle collision avec la Terre ont été très nombreuses. Ainsi, la NASA comme les astronomes ont dû à plusieurs reprises souligné que ces objets ne présentaient qu’un risque infime de collision. Mais la semaine dernière, c’est une déclaration un peu moins rassurante qu’a faite Charles Bolden, le chef de la NASA.
Devant la Commission pour la science, l’espace et la technologie de la Chambre des représentants des Etats-Unis, cet ancien astronaute a expliqué : “D’après les informations dont nous disposons, nous ne connaissons pas d’astéroïde qui menace la population des Etats-Unis. Mais si cela doit arriver dans les trois prochaines semaines, priez”. A l’heure actuelle, les équipes de la NASA surveillent de près 95% des gros astéroïdes dont le diamètre dépasse un kilomètre. Mais les évènements de ces derniers mois ont levé certaines inquiétudes parmi les scientifiques, en soulignant que les petits astéroïdes plus difficiles à repérer pouvaient aussi représenter une menace.
Pour preuve, l’astéroïde 2013 ET qui a récemment “frôlé” la Terre : s’il est passé à une distance de 950.000 kilomètres de nous, il n’avait été détecté qu’une semaine avant cela. Début 2013, l’astéroïde 2012 DA14 s’était approché encore plus près à un peu moins de 28.000 kilomètres, environ un an après avoir été détecté. Plus parlant encore : l’astéroïde qui a explosé le 15 février dernier au-dessus de la Russie.
“La météorite qui a frappé la Russie a été estimée à 17 mètres de diamètre et n’a pas du tout été repérée”, a souligné le président du comité des sciences, de l’espace et de la technologie, Lamar Smith. “Et plus ils sont petits, plus ils sont difficiles à repérer. Pourtant, ils sont assez gros pour mettre en danger la vie de la population”. Cette même météorite a en effet fait près de 1.200 blessés et causé environ 33 millions de dollars de dégâts. Selon les scientifiques, elle était même 20 fois plus puissante que l’explosion d’une bombe atomique.
Ces évènements “servent de preuves que nous vivons dans un système solaire actif avec des objets dangereux passant dans notre voisinage à une fréquence surprenante”, a indiqué Eddie Bernice Johnson, un représentant démocrate du Texas. Or, si l’on en croit les estimations, plus de 10.000 astéroïdes de moins de 50 mètres se baladeraient dans l’espace et seuls 10% d’entre eux auraient été repérés, a expliqué John Holdren conseiller scientifique de la Maison Blanche cité par le Telegraph.
Néanmoins, celui-ci a tenu à rappeler que de tels objets ne frappaient la Terre que tous les 1.000 ans en moyenne. Un chiffre qui donne à réfléchir mais qui ne doit pas empêcher de se préparer au pire selon la NASA. Ces évènements ont ainsi de nouveau encourager à développer des systèmes d’alerte capable de repérer n’importe quel type d’astéroïde et de prévenir en cas de collision.
Depuis plusieurs années, de nombreux scientifiques planchent également sur des méthodes qui pourraient permettre de détruire ou de détourner l’objet de sa trajectoire si tel était le cas. “Les chances qu’un objet frappe la Terre en faisant de nombreuses victimes et des dégâts importants sur les infrastructures sont très petites, mais les conséquences potentielles d’un tel évènement sont tellement grandes que cela a du sens de prendre le risque au sérieux”, a précisé John Holdren.
L’astéroïde qui a explosé dans le ciel de Russie était le plus grand objet à toucher l’atmosphère terrestre depuis l’évènement de la Toungouska survenue en 1908. Au cours de celui-ci, une explosion s’est produite dans le ciel de Sibérie détruisant la forêt sur quelque 2.150 kilomètres carrés.

Libé
Lundi 1 Avril 2013

Lu 133 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs