Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Série de débrayages dans plusieurs secteurs : La vague des grèves prend de l’ampleur




A peine une vingtaine de jours écoulés, les dispositions de l’accord qui a conclu le dernier round du dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les syndicats ne sont, semble-t-il, qu’un vague souvenir. Y compris celles portant sur l’instauration d’une inaccessible paix sociale. A preuve, les secteurs de la santé, des collectivités locales, de l’enseignement,  Barid Al Maghrib, la conservation foncière, la justice, sont revenus à la charge, battant le pavé pour réclamer davantage de droits et de meilleurs traitements et salaires.
Trois jours durant, à partir d’aujourd’hui, les fonctionnaires de la justice repartent en grève. En effet,  à l’issue de sa réunion qui a eu lieu samedi dernier et après avoir constaté le désengagement du gouvernement quant aux dispositions de l’accord signé entre les deux parties en février dernier notamment l’amendement  de l’article 4 du statut général de la Fonction publique, et de l’article I du décret 403 fixant les conditions d’avancement des fonctionnaires de l’Etat dans le grade ou le cadre, le SDJ a déclaré, via un communiqué rendu public,  qu’il n’est plus concerné par l’accord du 14 février. Tout en imputant également la responsabilité au gouvernement quant aux mesures abusives et décisions d’exclusion,  le Syndicat réclame l’intervention du Premier ministre pour rétablir l’ordre afin que la liberté syndicale et la loi soient respectées.
Le ministère de la Justice et le Syndicat démocratique de la justice (SDJ), affilié à la Fédération démocratique du travail (FDT), avaient signé cet  accord  qui permettra aux fonctionnaires du greffe de bénéficier d’un statut particulier incitatif.
Pour leur part, les employés des services extérieurs de l’Agence nationale  de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, qui étaient en grève vendredi dernier, récidivent et débrayent pour trois jours à partir d’aujourd’hui.   Les fonctionnaires des ANFCC qui ne sont pas à leur première action réclament une augmentation générale des traitements avec la fixation d’un seuil minimal des salaires à 3.500 DH, la révision immédiate du statut afin d’élever les quotas d’avancement à 30% et l’organisation d’examens professionnels aux différents échelons afin de réduire la pression au niveau de ces avancements. Leurs demandes portent également sur le soutien matériel, humain et logistique au comité des œuvres sociales, la mise en application des accords conclus dans le cadre du dialogue social, le règlement des arriérés dus au titre de l’avancement depuis 2008, le paiement des heures supplémentaires travaillées et des indemnités de déplacement. L’intégration des diplômés travaillant comme intérimaires au sein de l’agence et des employés en situation de mise à disposition, l’indemnisation de la responsabilité assumée par les chefs de bureaux, les régisseurs et les caissiers ainsi que  la généralisation de l’indemnité à tous les agents travaillant au sein des archives, sont les autres doléances des fonctionnaires  de la Conservation foncière.
Pour ce qui est de Barid Al Maghrib, différents syndicats ont décidé d’organiser des actions de protestation pour revendiquer, comme indiqué dans leurs communiqués respectifs, l’amélioration de la situation matérielle des postiers. Pour dénoncer cette situation et défendre les intérêts du personnel de Barid Al Maghrib, le Syndicat national des postes et télécommunications, affilié à la FDT, a décidé  le port du brassard pendant 5 jours, du 16 jusqu’au 20 mai.
Par ailleurs, le secteur de la santé marqué par des grèves  à répétition, est loin de retrouver le calme et la sérénité. A l’issue d’une conférence de presse tenue en fin de semaine, les 5 syndicats du secteur les plus représentatifs dont celui affilié à la FDT ont décidé d’observer une grève de 48 h dont la date sera précisée ultérieurement au cas  où le gouvernement ne répondrait pas favorablement à leurs revendications. La réponse est attendue pour aujourd’hui. Espérons que l’offre gouvernementale qui leur sera soumise sera à la hauteur des attentes de tout le personnel, infirmiers, techniciens, médecins, etc.

LARBI BOUHAMIDA
Mardi 17 Mai 2011

Lu 254 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs