Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sept policiers tués en Tunisie et début des négociations retardé

Le Premier ministre s’engage sur une démission du gouvernement




Sept policiers tués en Tunisie et début des négociations retardé
Sept policiers tunisiens ont été tués mercredi dans des heurts avec des activistes au moment où  devaient s’ouvrir les négociations entre le gouvernement islamiste et l’opposition pour mettre fin à la crise et organiser la transition politique. Le début des discussions a été repoussé à vendredi. Les autorités n’ont pas identifié les personnes impliquées dans ces heurts particulièrement violents qui se sont déroulés au nord et au sud de la capitale Tunis. Mais il y a deux mois, le groupe islamiste armé Ansar al Charia, a été interdit.   Ce groupe radical, apparu après le renversement du régime de Zine Ben Ali début 2011, est considéré comme responsable de l’assassinat cette années de deux figures de l’opposition, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.
Le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’une fusillade avait éclaté à la faveur d’une perquisition de la police dans une maison dans laquelle se cachaient des activistes présumés à Sidi Bouzid, localité située à 260 km de Tunis.
La police y a trouvé des armes, des explosifs et une voiture piégée en cours de confection.  Dans une interview à Reuters publiée dimanche, le Premier ministre tunisien Ali Larayedh a accusé les djihadistes en Afrique du Nord de profiter de la désorganisation qui règne depuis 2011 en Libye pour s’y procurer des armes et se former à la guérilla. Le chef du gouvernement de coalition, membre lui-même du parti islamiste modéré Ennahda, a souligné les liens entre les dirigeants d’Ansar al Charia en Tunisie, ceux d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et ceux d’Ansar al Charia en Libye.
 Ali Larayedh a confirmé mercredi que son gouvernement était prêt à démissionner mais a précisé qu’il fallait au préalable que les deux parties aient respecté les termes de leur accord : la rédaction d’une nouvelle Constitution, l’établissement d’une date pour les élections et une nouvelle commission électorale.  Après ces déclarations et les heurts avec les activistes,les dirigeants de l’opposition ont demandé que le gouvernement soit plus clair à propos de sa décision de démissionner.  “Les discussions commencent vendredi. Nous voulons des clarifications du Premier ministre. Les attaques terroristes ont tendu l’atmosphère”, a déclaré Hussein Abassi, qui dirige l’UGTT, la puissante centrale syndicale qui fait office de médiateur entre le gouvernement et l’opposition.  Ennahda gouverne avec l’appui de deux formations laïques, le Congrès pour la république du président Moncef Marzouki et le parti de gauche Ettakatola.
Les trois semaines de discussions doivent servir au choix des membres du gouvernement de transition, à la mise en place d’une nouvelle commission électorale et à la fixation du calendrier pour la présidentielle et les législatives.

Reuters
Vendredi 25 Octobre 2013

Lu 317 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs