Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sept migrants clandestins morts noyés en Turquie




Dix-huit
policiers arrêtés pour écoutes téléphoniques illégales



Les corps de sept migrants clandestins morts noyés ont été découverts, mardi, au large des côtes d'Izmir (ouest de la Turquie), selon les autorités turques.
 Le corps d'une fillette de cinq ans a été récupéré sur une plage d'Izmir (province égéenne) alors que les six autres ont été repêchés après le chavirement de leur embarcation pneumatique au large de Cesme dans la même province.
 Huit autres candidats à l'immigration clandestine ont été secourus par les garde-côtes turcs, selon la même source.
 Depuis janvier dernier, plus de 570.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Grèce par la mer à bord de canots pneumatiques ou en bois, selon le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).
 Le nombre de migrants sauvés après des tentatives infructueuses pour traverser la mer de Turquie en Europe a augmenté de 500% en 2015 par rapport à l'année précédente.
 En 2014, le nombre de migrants secourus par les garde-côtes était de 14.961 personnes lors de 574 opérations distinctes contre 79.489 personnes en 2.133 opérations de sauvetage l'année en cours, selon les chiffres des autorités turques.
La mer Egée est devenue l'une des principales voies d'accès en Europe pour les migrants illégaux depuis le renforcement des contrôles à la frontière terrestre gréco-turque. 
D’un autre côté, dix-huit agents de la police turque ont été arrêtés, mardi, pour leur présumée implication dans l'affaire des écoutes téléphoniques illégales ayant visé de hauts responsables de l'Etat. Le parquet d'Istanbul a lancé des mandats d'arrêt à l'encontre de 27 membres de la police accusés d'appartenance à l'organisation parallèle, terme utilisé par le pouvoir pour désigner les policiers et membres de l'appareil judiciaire partisans du prédicateur Fethullah Gülen, qui vit en exil volontaire aux USA et accusé d'avoir manipulé l'enquête anticorruption ouverte en décembre 2013 impliquant le Premier ministre et son entourage afin de renverser le gouvernement.
 Parmi les policiers arrêtés figurent d'anciens cadres dont l'ancien directeur adjoint de la police d'Istanbul Hamza Tosun.
 Ces écoutes avaient ciblé les téléphones, notamment ceux cryptés de l'ancien Premier ministre et actuel chef de l'Etat Recep Tayyip Erdogan, du président de la Cour constitutionnelle Hasim Kilic, de l'ex-chef de la diplomatie et actuel chef du gouvernement Ahmet Davutoglu, du chef de l'Etat-major Necdet Ozel, du vice-Premier ministre Bulent Arinc et des membres du Conseil de sécurité nationale.
Les investigations sur cette affaire ont conduit à une grande purge au sein de la police et de la magistrature. Des dizaines de policiers ont déjà été inculpés et écroués dont certains de haut rang parmi lesquels l'ex-patron de l'unité spéciale en charge des crimes financiers à l'origine de l'enquête anticorruption qui avait éclaboussé le pouvoir en décembre 2013. 

Libé
Mercredi 9 Décembre 2015

Lu 1288 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs