Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sémiotique et société : nouvelles approches, nouveaux défis

Tenue à Meknès du IIIème Congrès de l’Association marocaine de sémiotique




Sémiotique et société : nouvelles approches, nouveaux défis
A  l’occasion du troisième Congrès de l’Association marocaine de sémiotique, l’Ecole supérieure de technologie (E.S.T) de Meknès a abrité  les 19 et 20 novembre 2013 un colloque international de sémiotique sous le thème : « Sémiotique et société : nouvelles approches, nouveaux défis ».
Une trentaine de chercheurs, de différents horizons, s’étaient inscrits au colloque, une quinzaine seulement a pu y prendre part pour des raisons d’ordre financier et administratif : les participants devaient financer leur voyage et leur séjour à Meknès (Une première !). Ainsi, parmi les chercheurs étrangers, trois seulement, dont une sommité internationale (l’Italien Massimo Leone),  ont pu se permettre le luxe de faire le voyage à leurs frais. Quant aux nationaux, seuls ceux de l’Université Moulay Ismail, y compris Errachidia, et l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah ont eu la possibilité d’honorer leur inscription au colloque.      
Si les deux précédents congrès avaient eu lieu à la Faculté des lettres de Meknès, le troisième a rencontré une opposition farouche de la nouvelle équipe qui gère la Faculté. A signaler que le colloque organisé dans le cadre du III° congrès de l’Association marocaine de sémiotique devait avoir lieu en 2012, mais il  a été reporté à la dernière minute en raison de la période de remous d’intérim dans laquelle l’établissement s’était engagé.
  Pour les deux premiers colloques, la Faculté avait pris en charge non seulement  le séjour des participants, mais aussi la publication  des actes. Mais pour le troisième Congrès, la Faculté n’a pas contribué aux frais du colloque, et le nouveau doyen a refusé, catégoriquement, de mettre un local (Salle des conférences) à  la disposition de l’Association et du groupe de sémiotique affilié pourtant à l’Université Moulay Ismail, même si une demande écrite lui a été présentée bien à temps et que l’Association a frappé à sa porte à maintes reprises!
Bref, le colloque a eu lieu en dépit des obstacles administratifs visant à bloquer cette activité scientifique  pour des calculs si mesquins et si bas,  qui ne profitent ni aux enseignants ni aux étudiants. Par contre, l’image de la Faculté (connue auparavant par son rayonnement scientifique)  va en pâtir. Les organisateurs se sont débrouillés pour que l’activité ait lieu. Le directeur de l’E.S.T, qu’il en soit vivement remercié ici, a mis à leur disposition un bel amphithéâtre.         
Le thème choisi pour ce colloque (« Sémiotique et société : nouvelles approches, nouveaux défis ») a suscité l’intérêt des chercheurs arabophones, francophones et anglophones. Si les axes de recherche proposés par l’argumentaire du colloque sont nombreux et variés, celui portant sur la protestation a occupé toute la première journée du colloque.  Des sujets d’actualité, d’autres relatifs à  l’histoire  ont couvert toutes les séances de la première journée.  Ainsi a-t-on eu droit, avec M. Massimo Leone (Université de Turin, Italie), à une sorte d’aperçu sur la protestation dans différentes cultures, ou mieux encore une présentation de différentes cultures de protestation.  Dans la culture arabo-musulmane, deux épisodes (ou phénomènes) historiques ont fait l’objet d’analyse de ce point de vue: la protestation chez Al Khawarij et la  révolution des Zinges et des  Karamitas.
 Cependant,  la protestation au Maroc  avait une présence particulière. Elle a été abordée à la fois comme action politique et sociale et comme signe et expression d’un message contestataire et/ou revendicatif. Le volet historique n’a pas été négligé, mais (actualité oblige !) le Mouvement du 20 février (version marocaine de ce qu’on appelle le « Printemps arabe ») a dominé dans l’exemplification et l’étude de cas. Les moyens de mobilisation et les supports utilisés lors des manifestations ont été étudiés à la fois du point de vue communicationnel et socio-sémiotique. Ainsi, les réseaux sociaux, les formes de protestation et les supports utilisés pour son expression, ont fait l’objet d’analyses pointues.
Durant la deuxième journée, bien que les interventions aient été aussi variées que diverses (en raison des axes de recherche proposés), elles s’inscrivaient, dans leur ensemble, dans le volet d’application. Ainsi, une série de problématiques particulières ont été abordées sur la base de questions de détail, qui ont donné lieu à des analyses très pertinentes.
En effet, le public a eu droit à des communications de valeur scientifique indéniable sur des sujets aussi divers que variés : histoire, actualité,  culture,  politique, idéologie,  littérature,  peinture,  réseaux sociaux, etc. ; en un mot, tout une série de phénomènes de société, devant lesquels la sémiotique ne peut rester indifférente.       
Il est vrai que le colloque et les travaux présentés ne peuvent prétendre couvrir tous les domaines de recherche relatifs aux phénomènes de société.  La sémiotique elle-même, en tant que théorie et méthode d’analyse, ne peut avoir cette prétention. Mais le « sous-titre » du colloque (« nouvelles approches, nouveaux défis », ou mieux « nouveaux défis, nouvelles approches »), reflète une conscience aiguë de la nécessité d’évoluer et de changer à la fois sur le plan théorique et méthodologique pour relever les défis  et répondre aux exigences d’une recherche scientifique digne de ce nom.
Il va sans dire, qu’à la suite des études présentées et des débats qu’elles ont suscités, les étudiants  (qui étaient nombreux à suivre les travaux du colloque)   ont dû, sûrement,  se rendre compte de la pluralité des sémiotiques(sémiotiques particulières)  et des méthodes d’analyse qui s’en réclament, d’autant plus qu’à l’intérieur d’une même sémiotique particulière, il y a moyen de constater une ramification théorique et méthodologique, qui fait que les sémiotiques particulières peuvent se rendre service mutuellement. Pour ne prendre que l’exemple de la protestation, la sémiotique qui s’occupe de ce phénomène peut puiser dans (sinon englober) les différentes sémiotiques particulières, entre autres: la socio-sémiotique, la psycho-sémiotique, la sémiotique de la communication, la sémiotique situationnelle, la sémiotique de l’espace, la sémiotique visuelle, la sémiotique cognitive, etc.
Le colloque, en dépit des problèmes rencontrés auprès du décanat de la Faculté des lettres, a connu un succès inattendu. Les participants ont, toutefois, manifesté leur indignation face à l’attitude du nouveau doyen de la Faculté des lettres, qui, au lieu d’encourager, comme ses prédécesseurs, les activités scientifiques du groupe de sémiotique, a opposé un veto à son colloque international qui n’a été que reporté pour des raisons qui n’avaient aucun rapport avec les organisateurs.
A la fin du congrès, le nouveau bureau national de l’Association marocaine de sémiotique a annoncé la mise en ligne très imminente du site de l’Association marocaine de sémiotique en arabe, français, anglais et russe. Le but du site est de renseigner ceux et celles qui s’intéressent à la recherche sémiotique (étudiants et enseignants) sur les colloques, les publications nationales et internationales dans ce domaine. Il leur permettra aussi de télécharger des articles et des études inédites ainsi que celles en cours. Anna-Maria Lorusso, en sa qualité de vice-présidente de l’Association italienne de sémiotique, a confirmé sa volonté de collaborer de façon étroite avec les sémioticiens marocains et lancer des projets de recherches entre nos deux pays.

Par Mohamed Infi
Lundi 9 Décembre 2013

Lu 540 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs