Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Selon le dramaturge jordanien Ghannam Ghannam : Le théâtre marocain, “une mine intarissable” de talents




Le théâtre marocain est "une mine intarissable" de talents, qui ont été à l'origine d'expériences distinguées sur la scène théâtrale arabe, a souligné le dramaturge jordanien Ghannam Ghannam, responsable de l'édition et de l'information au sein de l'Instance arabe du théâtre.
La dramaturgie arabe "voue une grande estime à la constellation d'hommes et de femmes de théâtre au Maroc, qui ont brillé sur la scène arabe, voire mondiale", a indiqué l'auteur et réalisateur jordanien dans une déclaration à la MAP, en marge de la 14ème édition du Festival national du théâtre qui se tient à Meknès (22/29 juin).
Il a estimé tout à fait normal le sens de créativité exceptionnel chez les dramaturges au Maroc, un pays qui "regorge de soufis et de bohémiens, habités par le théâtre et au fait de ses secrets", faisant remarquer qu'ils ont pu développer "une expérience originale et, parfois, anticonformiste, avec un parfum et une couleur propres au théâtre marocain en tant que partie de la dramaturgie dans le monde arabe".
La véritable renaissance que traverse le théâtre marocain incite l'Instance arabe à asseoir des contacts permanents avec les expériences marocaines d'avant-garde dans ce domaine, a précisé Ghannam Ghannam, se réjouissant de la profondeur des contributions des critiques marocains, dans la mesure où la critique constitue "l'un des affluents de la création théâtrale au Maroc".
Interrogé sur la capacité du théâtre d'accompagner les transformations sociales, il a expliqué que "le père des arts" a toujours su intégrer les changements qui l'entourent et prospecter l'avenir, selon une vision plus globale et plus précise, parce que la dramaturgie "est une œuvre collective et non individuelle".
Le théâtre est "démocratique par excellence, du fait qu'il se fonde sur une charte qui s'appelle le texte et un cadre qui s'appelle le travail et, par conséquent, tout un chacun a une grande valeur dans cette corporation", a-t-il analysé.
D'autre part, Ghannam a indiqué que le partenariat entre l'Instance arabe du théâtre et l'Association des critiques de théâtre du Maroc pour l'organisation de la conférence "Critique de l'expérience - trait d'union" est une première qui ouvrira la porte devant des initiatives similaires dans le monde arabe, en perspective de la réalisation de l'encyclopédie "Industrie de théâtre arabe" dans les années à venir.
 Cette conférence, qui se tient dans le cadre du Festival national à Meknès, se penche sur les expériences de sept hommes et femmes de théâtre marocains, à savoir Tayeb Seddiki, Ahmed Tayeb Laâlaj, Abdelkrim Berrechid, Tourya Jabrane, Mohammed Kaghat, Hassan Lamniai et Abdelkader Badaoui.

MAP
Mercredi 27 Juin 2012

Lu 393 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs