Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Selon la représentante au Maroc de l'Organisation internationale de la migration : Plus de 3000 émigrants clandestins ont bénéficié du retour volontaire




L'Organisation internationale de la migration (OIM) mène au Maroc, depuis 2005, un programme de retour volontaire qui a permis d'aider plus de 3.000 migrants en situation irrégulière dans le Royaume à rentrer dans leurs pays d'origine, a affirmé, jeudi à Rabat, Anke Strauss, représentante de l'OIM au Maroc.
S'exprimant à l'occasion du lancement d'une exposition de photos retraçant les moments forts ayant jalonné l'histoire de l'OIM, célébrant le 60ème anniversaire de cette organisation, Mme Strauss a indiqué que c'est à cause de la fermeture des frontières de l'Europe que le Maroc est devenu non seulement un pays de transit mais aussi un pays d'accueil des migrants.
Elle a, en outre, fait observer que la présence de l'OIM au Maroc est récente et ne date que d'une dizaine d'années, ajoutant que sa première activité au Maroc a été la création d'un Observatoire pour les Marocains résidant à l'étranger au sein de la Fondation Hassan II pour les MRE.
Mme Strauss a ajouté que l'OIM est également très active dans le domaine de la prévention de la migration irrégulière pour les jeunes marocains, rappelant, à ce propos, la mise en œuvre de programmes de soutien à la réinsertion pour les jeunes dans les régions à fort potentiel migratoire.
Pour sa part, l'assistant aux opérations OIM-Rabat, Zakaria Ennasri, a indiqué que le travail accompli, en coordination avec les autorités marocaines, a été "fructueux et positif", soulignant que la célébration du 60ème anniversaire de l'organisation constitue une occasion propice pour mettre en relief "les acquis ainsi que le rôle efficace de cette organisation".
Par ailleurs, le Représentant permanent du Maroc auprès de l'ONU, Mohamed Loulichki, a plaidé, jeudi à New York, en faveur d'une "vision globale" sur la migration, qui prenne en compte les réalités démographiques, économiques et sociales des pays émetteurs mais aussi des pays d'accueil.
"Nous avons besoin d'une vision pour la migration basée sur les réalités démographiques", a-t-il affirmé lors d'un débat consacré à la question de la migration au siège de l'ONU et au rapport 2011 sur l'Etat de la migration dans le monde, préparé par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).
Le diplomate marocain participait à ce débat aux côtés d'experts sur la question migratoire dont le directeur général de l'OIM, William Lacy Swing, et le directeur du Forum de l'alliance des civilisations, Marc Scheuer.
Pour M.Loulichki, cette vision devrait se baser sur des objectifs stratégiques qui "transcendent les réalités de la migration et qui cherchent à améliorer la perception de l'opinion publique" sur la migration. Cette vision devra aussi être le fruit d'un "partenariat entre les pays émetteurs et récepteurs de migrants", a ajouté l'ambassadeur.
S'agissant de l'image souvent stéréotypée attribuée aux migrants, M. Loulichki a estimé que la communauté internationale "possède les moyens pour changer l'image que se fait l'opinion publique des migrants".
"Au-delà des aspects techniques de la migration, il est très important d'encourager l'action politique et de changer le discours public" sur la migration, a-t-il dit.
Revenant sur le thème choisi pour le rapport de l'OIM, à savoir "Une bonne communication autour de la migration", le diplomate a souligné la nécessité d'un échange constructif entre les pays récepteurs et émetteurs.
Pour M. Loulichki, la formule idéale "serait d'avoir une sorte de partenariat des deux côtés, afin que le message autour de la migration soit clair et cohérent". En plus d'une politique homogène de communication, l'ambassadeur a appelé les différents pays concernés par la migration à accorder une plus grande attention à "l'identité et aux spécificités culturelles, économiques et sociales des migrants".
Une telle démarche permettra de "mettre en place de meilleures conditions pour l'épanouissement des migrants au sein de leurs sociétés d'accueil", a-t-il expliqué, en déplorant les choix limités offerts aux migrants: "Une assimilation totale ou le rejet".
De son côté, Lacy Swing a affirmé que la migration internationale fait l'objet de représentations erronées dans le discours public et politique, d'où la nécessité de mener "un débat politique et public éclairé et transparent".
"En dépit de la révolution de la communication, nombreux sont ceux qui demeurent mal informés de l'ampleur, de la portée et du contexte socio-économique des flux migratoires", a-t-il expliqué, en évoquant les grandes lignes du rapport sur la migration.
Ce rapport, le huitième de son genre, propose divers moyens pour mieux communiquer sur la migration afin de faciliter la compréhension et la reconnaissance de ses avantages, encourager la formulation de politiques fondées sur des données probantes et s'assurer d'une meilleure participation des migrants.
Parmi ces moyens, le rapport préconise l'élaboration d'un discours sur la migration ouvert, nuancé et dépolitisé, l'adoption de mesures protégeant les migrants contre la discrimination et la collaboration avec les médias pour parvenir à une couverture médiatique objective.

MAP
Samedi 17 Décembre 2011

Lu 1002 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs