Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Selon la direction des études et prévisions financières : Le taux de croissance serait entre 5 et 6% en 2009




Selon la direction des études et prévisions financières : Le taux de croissance serait entre 5 et 6% en 2009
En dépit des perturbations économiques et financières constatées au niveau mondial, l’économie nationale enregistrerait en 2009 un taux de croissance situé entre 5% et 6% dans un contexte marqué par la maîtrise de l’inflation. Cette évolution de l’activité économique profiterait de la réalisation d’une campagne céréalière record. Toutefois, certains secteurs exportateurs ont été affectés par la crise financière internationale dont notamment le textile et l’habillement, l’automobile, l’électronique et le tourisme. Néanmoins, l’impact macroéconomique de cette crise serait limité, sauf en matière d’emploi, en raison de la faible pondération de ces secteurs dans le PIB. Concernant l’activité financière, les répercussions directes de la crise demeurent modérées grâce à la maîtrise des canaux par lesquels cette crise est susceptible de se transmettre. En effet, les placements des avoirs en devises du Maroc à l’étranger sont relativement sécurisés, le recours à l’extérieur pour le financement de son économie est de moins en moins fréquent et les investissements étrangers à la Bourse de Casablanca sont limités.
Quant à la demande intérieure, elle demeure le principal moteur de la croissance, soutenue par la hausse prévue des revenus des ménages ruraux, en raison de l’excellente campagne agricole. Elle profiterait également de la progression des crédits à la consommation de 25,7% à fin avril 2009, ainsi que de la mise en œuvre des dispositions du dialogue social. Du côté de l’investissement, l’effort de modernisation et d’équipement du tissu productif national est maintenu, malgré le contexte de crise économique mondiale, comme en témoigne la hausse de 23,5% des crédits accordés à l’équipement. Dans le même sillage, la Commission des investissements a approuvé, lors de sa deuxième réunion pour l’année 2009 tenue le 20 avril, 16 projets d’investissement d’une valeur globale de 21,9 milliards de dirhams, en mesure de générer 9468 emplois. Sous l’effet de la décélération de l’activité économique à l’échelle mondiale, les transactions commerciales du Maroc avec l’étranger ont affiché, à fin avril 2009, un recul des exportations et des importations des biens et services (FOB/FOB) respectivement de 23,8% et 16,1% par rapport à la même période de l’année précédente, portant ainsi le taux de couverture à 67,3% contre 74,6% un an auparavant. Pour ce qui est des échanges de biens, ils ont clôturé les quatre premiers mois de l’année en cours sur un fléchissement des exportations et des importations respectivement de 30,7% et 18,8%. Ces évolutions se sont soldées par un allégement du déficit commercial des biens qui s’est établi à 46,7 milliards de dirhams contre 50 milliards de dirhams à fin avril 2008.
Concernant la situation des finances publiques, l’exécution de la Loi de Finances au terme des quatre premiers mois de l’année 2009 s’est soldée par la réalisation d’un excédent budgétaire de 3,7 milliards de dirhams. Cette situation s’est produite malgré le recul des recettes ordinaires, suite essentiellement au repli des recettes fiscales de 12,4%, dépassant toutefois les dépenses ordinaires qui se sont aussi inscrites en baisse de 8,3%, sous l’effet principalement de la baisse des dépenses de compensation de 81%.
Sur le plan monétaire, après avoir enregistré des hausses limitées, en glissement mensuel, en février et mars, la masse monétaire s’est légèrement repliée en avril, par rapport à fin mars 2009, de 0,3%. Ainsi, par rapport à fin décembre 2008, la masse monétaire a enregistré une baisse de 0,4%. Cette évolution s’explique essentiellement par la baisse des avoirs extérieurs nets de 3,6 milliards de dirhams ou 1,8%, par rapport à fin décembre 2008 et de 8,2% par rapport à fin avril 2008, sous l’effet principalement du repli des recettes voyages (-18,7%) et des transferts des MRE (-13,9%). Toutefois, les concours à l’économie ont poursuivi leur amélioration, à l’exception de la baisse enregistrée en janvier, pour augmenter de 6,6 milliards de dirhams ou 1,2% par rapport à fin décembre 2008.
Après l’amélioration enregistrée en avril 2009, l’activité au niveau de la Bourse de Casablanca a quasiment stagné au cours du mois de mai 2009. Ainsi, par rapport à fin avril 2009, les deux indices MASI et MADEX ont progressé de 0,8% et 0,5% respectivement. Par rapport à fin décembre 2008, les deux indices ont quasiment stagné (+0,4% pour le MASI et -0,3% pour le MADEX).

M. Naboulssi
Jeudi 18 Juin 2009

Lu 799 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs