Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Selon l’enquête de Bank Al- Maghrib : L’insuffisance de la demande limite la production industrielle




Selon l’enquête de Bank Al- Maghrib : L’insuffisance de la demande limite la production industrielle
Selon les résultats de l’enquête menée par Bank Al-Maghrib, 10% des industriels ont estimé bon le climat général des affaires durant le premier trimestre 2009, 69% l’ont jugé moyen et 21% l’ont considéré médiocre, soit un solde d’opinion négatif de 11%, en baisse de 31 points d’un trimestre à l’autre. Ce jugement est partagé par les industriels dans l’ensemble des branches, à l’exception de ceux opérant dans les industries agro-alimentaires, qui ont indiqué un climat des affaires moyen dans l’ensemble, avec toutefois, des évolutions différentes selon les branches. Au niveau de l’approvisionnement, les résultats de l’enquête révèlent que seulement 4% des entreprises ont estimé que l’approvisionnement a été facile durant le premier trimestre 2009 contre 7% qui ont éprouvé des difficultés d’approvisionnement, soit un solde d’opinion négatif de 3%. La détérioration des conditions d’approvisionnement a concerné les industries agro-alimentaires et les industries du textile et cuir. Le niveau des stocks détenus par les entreprises est jugé dans l’ensemble supérieur à la normale, à l’exception des industries du textile et cuir, où il est inférieur à la normale. L’évolution des effectifs employés a connu une contraction, d’un trimestre à l’autre, dans toutes les branches, à l’exception des industries chimiques et parachimiques, où l’effectif est resté stable. À court terme, les professionnels anticipent une stabilité de l’effectif dans l’ensemble, avec toutefois des variations différentes sur le plan sectoriel. Concernant le climat social,93% des entreprises enquêtées ont qualifié de calme le climat social au cours du premier trimestre 2009, en baisse de 3 points de pourcentage. En revanche, 7% l’ont estimé tendu, notamment dans les industries mécaniques et métallurgiques et les industries du textile et du cuir. L’enquête relève sur un autre registre que le coût unitaire de production a augmenté au cours du premier trimestre 2009, avec un solde d’opinion de 7%, en baisse de 7 points. Cette progression a concerné l’ensemble des branches, à l’exception des industries électriques et électroniques et les industries mécaniques et métallurgiques, où les coûts ont quasiment stagné. Par composante, les coûts énergétiques et financiers ont augmenté par rapport au trimestre précédent avec des soldes d’opinion de 39% et de 29%, suivis par le niveau des salaires et les coûts des matières premières, autres que l’énergie, avec des soldes d’opinion respectivement de 16% et de 12%, d’un trimestre à l’autre. Au niveau sectoriel, les coûts financiers et énergétiques ont constitué les principales sources de l’augmentation du coût unitaire de production, particulièrement dans les industries du textile et cuir, les industries chimiques et parachimiques et les industries mécaniques et métallurgiques. Dans la branche des industries électriques et électroniques, le niveau des salaires et les coûts énergétiques ont représenté les deux facteurs essentiels. Selon l’opinion des chefs d’entreprise, l’insuffisance de la demande, l’accentuation de la concurrence et le coût élevé des intrants ont constitué, par ordre d’importance, les principales entraves au développement de la production dans toutes les branches d’activité. Plus de 60% des opérateurs des industries électriques et électroniques et des industries du textile et du cuir considèrent que l’insuffisance de la demande constitue le principal facteur limitant la production. Les résultats de l’enquête font ressortir que la situation de trésorerie au cours du premier trimestre 2009, était normale pour 62% des entreprises, supérieure à la normale pour 1% et inférieure à la normale pour 37%, soit un solde d’opinion négatif de 36%, en baisse de 3 points d’un trimestre à l’autre. Cette situation a concerné toutes les branches, particulièrement les industries électriques et électroniques, les industries du textile et du cuir et les industries chimiques et parachimiques. La situation de trésorerie des entreprises a été affectée essentiellement par les difficultés de recouvrement, par les charges non financières et par la baisse des ventes, qui ont pesé lourdement sur l’ensemble des branches, en particulier les industries chimiques et parachimiques et les industries mécaniques et métallurgiques. Les impôts ont été considérés en tant que facteur ayant affecté la trésorerie dans les industries électriques et électroniques et les industries agro-alimentaires. Les dépenses d’investissement réalisées au premier trimestre 2009 ont enregistré une baisse dans l’ensemble des secteurs, à l’exception des industries agro-alimentaires et les industries électriques et électroniques, où les opérateurs ont indiqué respectivement une progression et une stabilité des investissements. Cette tendance devrait dans l’ensemble se poursuivre au cours des trois prochains mois, sauf dans les industries électriques et électroniques et les industries du textile et du cuir.

Marwane Naboulssi
Vendredi 24 Avril 2009

Lu 226 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs