Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sebkha de Zima, un site Ramsar en péril

Des experts marocains tirent la sonnette d’alarme




Sebkha de Zima, un site Ramsar en péril
En juin 2003, trois éminents professeurs marocains, Mohamed Dakki et Abdeljabbar Qninba de l’Institut scientifique de Rabat et Mohamed Radi de l’ENS de Marrakech, ont établi la fiche descriptive des zones humides (FDR), à l’origine de l’inscription de la Sebkha de Zima sur la liste Ramsar.
Dans ce rapport, ils ont souligné que la biodiversité de la Sebkha de Zima était d’une qualité élevée mais qu’elle courait le risque de se dégrader gravement. A l’instar du patrimoine naturel exceptionnel du Maroc, ce site est en effet confronté à des actions anthropiques qui le menacent dans son existence.
D’une superficie de 760 ha et d’une altitude de 365 mètres, la Sebkha de Zima est située à 2 km à l’est de la ville de Chemaïa (Province de Youssoufia). Zone humide inscrite sur la liste Ramsar depuis le 15 janvier 2005, elle revêt une grande valeur écologique et économique. Au niveau de la flore, ce site constitue l’un des plus importants écosystèmes continentaux pour la végétation halophile avec au moins 28 espèces d’halophytes et une quarantaine d’espèces phytoplantoniques. Au niveau de la faune, il est caractérisé par la présence d’invertébrés indicateurs d’eaux saumâtres à sursalées. On y retrouve ainsi,  11 espèces de crustacés, 45 insectes, 1 Plathelminthe, 1 Némathelminthe, 5 Rotifères et 2 Annélides. Plus encore, six espèces d’oiseaux menacées ou vulnérables (dont le Flamant rose) fréquentent le site durant la période hivernale.
Sur le plan social et culturel, les salines de Zima produisent quelque 30.000 tonnes de sel annuellement occupant de ce fait, une quarantaine d’ouvriers. Cette zone humide constitue en outre une aire de parcours pour le bétail et un lieu de villégiatures pour les habitants de Chemaïa. Ce milieu d’une richesse biodiversitaire inouïe se trouve à présent confronté à de graves menaces aussi bien quantitativement (perte de superficie) que qualitativement (perte de «qualité»). Le danger émane essentiellement de quatre facteurs. Il s’agit tout d’abord de la voracité de la Société chérifienne des sels. Le site qui fait partie du domaine public (ministère de l’Equipement) est légué depuis des décennies à la Société chérifienne des sels. Elle s’en réservait la moitié -délimitée par des fossés et transformée en salines et en canaux de drainage.
 La fiche descriptive du site susmentionnée relevait dès juin 2003 que ″l’extension progressive des aménagements (fossés et salines) a bouleversé complètement l’hydrologie de cette Sebkha, qui est déjà affectée par un drainage excessif. La faune subit des problèmes inhérents au fonctionnement des salines (assèchement prolongé du lac provoquant le départ précoce de l’avifaune; accès facile aux aires de reproduction par les riverains et les ouvriers entraînant un dérangement continu des oiseaux et un pillage des nids)″. Mais depuis trois ans, la situation s’est gravement dégradée.
On relève également la pression des pâturages et des champs de culture. Etant donné que cette Sebkha constitue le seul ‘point vert’ à végétation spontanée de la région, la pression du pâturage exercée par les troupeaux d’ovins et de caprins est très importante, en particulier au niveau de la partie nord. Les plantes utilisées comme bois de feu (Soude, Anabasis, Frankenia et Atriplex) sont arrachées avec leurs racines provoquant une diminution, voire une disparition par endroits du degré de recouvrement de la végétation, aggravée par l’empiétement des champs de culture. Autre problème majeur, les rejets directs des eaux usées brutes qui s’effectuent à quelque trois cents mètres en amont et qui se déversent en partie dans la Sebkha. Par ailleurs, il faut souligner la pression des constructions anarchiques et des fermes au nord du site, occupées par une vingtaine de ménages dont on avait vainement programmé le déplacement et le recasement. Il faut rappeler les mesures de conservation énoncées, il y a juste dix ans, par les rédacteurs de la fameuse fiche descriptive sur la Sebkha de Zima. Il s’agit en l’occurrence de la “limitation des salines à leur état actuel et la préservation de la partie non encore exploitée, la délimitation de la zone de végétation naturelle, afin de la séparer des champs de cultures et de limiter l’empiétement de ceux-ci sur les habitats de la zone humide et de l’interdiction pendant le printemps, de l’accès à certaines aires favorables à la nidification des oiseaux». Aucune de ces mesures n’a été appliquée. On s’est plutôt acharné à en prendre le contre-pied.

2ème vice-président
de la commune urbaine
de Chemaïa

Par Ahmed Ghoujdani
Jeudi 4 Juillet 2013

Lu 1046 fois



Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs