Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Se faire nettoyer les oreilles, un plaisir ambigu qui séduit les Japonais




A chaque fois que Takahisa Kobayashi, salarié de 30 ans, pose sa tête sur les genoux d'une jeune femme séduisante pour se faire curer les oreilles, il pense à sa mère.
Allongé sur le tatami d'un salon privé décoré à l'ancienne, il croise furtivement le regard d'Amane, dont le léger kimono d'été frôle son visage.
Agée de 24 ans, la jeune femme parle d'une voix douce à son client, puis commence à lui nettoyer l'oreille à l'aide d'une tige en bambou.
"Je viens ici pour me relaxer. La plupart des Japonais associent le nettoyage des oreilles à leur enfance", confie M. Kobayashi, qui dirige une société de consultants à Tokyo. Il se souvient que lorsqu'il était enfant, sa mère l'asseyait sur ses genoux et lui curait les oreilles avec soin.
"Ma femme le fait de temps en temps, mais ce n'est pas la même chose sans la pièce traditionnelle en tatami." M. Kobayashi est l'un des quelque 150 clients -- pour la plupart des hommes -- qui fréquentent chaque jour le Salon Yamamoto Mimikakiten (Salon de beauté auriculaire Yamamoto) dans le quartier animé d'Akihabara à Tokyo.
L'espace, qui fait partie d'une chaîne de onze boutiques, est doté de 16 alcôves privées, réservées par des clients qui payent 2.700 yens (25 euros) pour une séance de 30 minutes.
Vêtue d'un yukata (kimono d'été), Mlle Amane -- qui ne veut pas donner son vrai nom -- accueille ses patients avec une tasse de thé vert. Elle place avec soin leur tête sur ses genoux et échange quelques mots pendant qu'elle choisit le cure-oreille de métal ou de bambou qui va lui servir à extirper le cérumen.
"Les clients disent que c'est apaisant et agréable. Il y en a même qui s'endorment et qui ronflent pendant la séance", observe-t-elle.
Mlle Amane, qui travaille également comme masseuse à mi-temps, a d'abord découvert ce type de salon en tant que cliente.
Même si seulement cinq pour cent des clients sont des femmes, le directeur, Satoru Takahashi, affirme que les hommes venant dans son salon savent que les prestations offertes ont leurs limites.
"A la fin du nettoyage, les filles soufflent dans l'oreille afin d'enlever d'éventuelles poussières. Beaucoup d'hommes leur demandent de souffler plusieurs fois", reconnaît-il.
Le nettoyage d'oreilles a connu un vrai boom au Japon depuis que l'obligation d'une expérience médicale a été levée il y a six ans.
Les salons ont fleuri dans toutes les grandes villes et contrairement à Yamamoto Mimikakiten qui offre un service classique, d'autres chaînes ont choisi un créneau plus exotique -- des jeunes femmes déguisées en soubrettes passent plusieurs heures à nettoyer les oreilles de leur client.

Libé
Vendredi 21 Octobre 2011

Lu 608 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs