Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Scènes de liesse à Berlin




Scènes de liesse à Berlin
"Super Deutschland!" Des centaines de milliers d'Allemands ont laissé éclater leur joie dans Berlin après la victoire dimanche de la "Nationalmannschaft" (1-0 a.p.) contre l'Argentine, synonyme d'un quatrième titre de champion du monde attendu depuis la Réunification en 1990.
Devant la Porte de Brandebourg, au coeur de la capitale, plus de 250.000 personnes rassemblées dans l'aire de supporteurs pleine à craquer et ses écrans géants, sautent en agitant les drapeaux allemands. Sous les applaudissements, la sono envoie "We are the champions" du groupe Queen.
C'est fait. L'Allemagne est championne du monde! "On va fêter toute la nuit", promet Bianca Hoffman, 35 ans, venue de la région de Nord-Rhein-Westphalen (Ouest).
Dans les rues, les cris résonnent de toutes parts, entre pétards et coups de klaxon. Une foule aux couleurs noir-rouge-or hurle sa joie. Quelques fusées pyrotechniques décorent le ciel. Puis, c'est un immense feu d'artifices.
Sur la Potsdamer Platz, coupée jusqu'en 1990 par le Mur de Berlin, une foule s'est attroupée bloquant la circulation des voitures. "Oh, c'est si beau, on n'a pas vu cela depuis si longtemps", chantent les fans. Un jeune homme saute sur le toit d'un bus à l'arrêt.
Une voiture peinte aux couleurs de l'Allemagne arbore sur sa vitre arrière les quatre étoiles et les dates de victoires: 1954, 1974, 1990 et 2014.
C'est énorme!
Sur le Kudamm, la très chic artère commerçante de l'ancien Berlin-ouest, les fans ont aussi pris possession de la rue, faisant éclater des pétards et agitant des drapeaux. Un petit groupe est monté sur une voiture de pompiers.
"C'est important cette victoire pour l'Allemagne réunifiée. Elle montre que nous sommes tous ensemble", relève Torsten Kinscher, 34 ans, qui a fait un long chemin depuis Mannheim (sud-ouest). "Lors de la dernière victoire allemande (en finale de Coupe du monde), j'avais 10 ans et j'ai regardé le match à la maison avec mes parents", explique ce travailleur indépendant dans les transports.
Sous un ciel nuageux, parfois entrecoupé d'averses, les fans souvent en tenues farfelues profitaient de la douce soirée, près du Tiergarten, le bois situé au coeur de Berlin. Certains portent le drapeau national en cape, d'autres en jupe. Pourvu qu'ils soient noir-rouge-or, tous les couvre-chefs sont permis: couronnes en feutre, coiffes d'indiens ou chapeaux de cowboy.
"On a attendu la quatrième étoile trop longtemps", lance Annett Voelker, 42 ans, de Hanovre.
Des enfants aux vieillards en passant par les quadragénaires, tous les âges sont représentés dans la foule.
Pour certains, c'est la première fois... "C'est énorme pour moi, c'est ma première Coupe gagnée", hurle Carsten Glaeser, 20 ans.
Dimanche soir, la foule a tremblé longtemps avant le but libérateur de Götze. "C'est une surprise totale, je n'y croyais plus", reconnaît Frank Wegner.
Pendant une bonne partie du match, les commentaires inquiets ou négatifs se faisaient entendre. "Les Allemands jouent mal, les Argentins sont meilleurs. Si ça continue comme ca, on va perdre", s'inquiétait juste avant la mi-temps Tom Ulman, 18 ans. 

Mardi 15 Juillet 2014

Lu 72 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs