Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Santé : L'Espagne, Eldorado de la procréation médicalement assistée




"Faire de nos patients des parents": les cliniques de fertilité espagnoles accueillent à bras ouverts couples hétérosexuels, homosexuels et femmes seules, grâce à l'une des législations les plus souples d'Europe, au risque de ne pouvoir combler leur désir d'enfant.
Plus de 5.000 personnes franchissent chaque année le seuil de la clinique du groupe IVI de Madrid. Dans ce bâtiment de verre ultramoderne, des couples attendent patiemment d'être pris en charge dans une atmosphère feutrée, où l'on entend parler anglais, espagnol, français. Environ 20% des patients du groupe sont étrangers.
Ici la législation autorise "des traitements interdits dans de nombreux pays", explique le Dr Juan Antonio García Velasco, directeur de l'établissement.
Depuis 2006, les femmes de 18 ans et plus, seules, en couple hétérosexuel ou homosexuel, ont accès aux techniques de PMA (procréation médicalement assistée).
Le don de sperme et d'ovocytes est anonyme et gratuit, même si, dans les faits, la loi prévoit une compensation financière de 800 à 1.000 euros pour les donneuses et qu'il faut trouver une femme ressemblant aux futurs parents. Fortes d'une tradition de don d'organes, les Espagnoles sont les Européennes qui donnent le plus leurs ovocytes: elles ont permis 15.600 traitements en 2011, devant la République tchèque (3.300), la Grande-Bretagne (2.100) et la Belgique (1.100), selon des données de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie ESHRE.
Emmanuelle Lino (tous les noms de témoins ont été modifiés), une Française, fait partie des heureux clients de ce type de cliniques. A 45 ans, elle vient d'accoucher d'un petit garçon conçu à Barcelone grâce à un don d'ovocytes.
Cette femme mariée avait tenté la fécondation in vitro (FIV) en région parisienne, sans succès. Elle n'a pas pu refaire un essai car à 43 ans passés, elle avait dépassé l'âge limite fixé par la Sécurité sociale française pour la prise en charge de ces traitements. Par ailleurs, les dons d'ovocytes sont rares en France.
Elle a envisagé un temps d'aller en Belgique, autre destination prisée des femmes ayant des problèmes de fertilité. Mais "on m'a dit qu'il y avait énormément d'attente", témoigne-t-elle.
La plupart des patientes étrangères des cliniques espagnoles ont, comme Emmanuelle, une quarantaine d'années, sont en couple avec un homme et viennent pour un don d'ovocytes. D'autres demandent une congélation d'ovocytes, une technique permettant de retarder la conception d'un enfant en limitant une partie des risques liés à une grossesse tardive.
En Espagne, les cliniques privées se plient en quatre pour attirer les clients étrangers, que convoitent aussi des pays comme la République tchèque ou la Grèce.
"J'ai rempli le formulaire de contact sur Internet et on m'a rappelée dès le lendemain, en allemand", témoigne Silke Khrause. Cette secrétaire de 46 ans, célibataire et vivant près de Düsseldorf en Allemagne, avait envisagé le Danemark pour un don d'ovocytes mais "tout était en anglais, c'était très compliqué". Elle s'est décidée pour Barcelone.
"Dès l'arrivée de la patiente et jusqu'à son départ, tout se fait dans sa langue maternelle" et elle est suivie par une coordinatrice unique, se félicite le Dr Amelia Rodriguez, du groupe Eugin, rapporte l’AFP.
Les cliniques espagnoles jouent aussi sur les prix.
Maria Smith, 46 ans et en couple, s'est vu proposer un don d'ovocytes pour 7.000 euros, contre 13.000 à Londres. Si elle a finalement opté pour la Grande-Bretagne, c'est pour pouvoir connaître l'identité de la donneuse, ce qui n'est pas possible en Espagne.
Le secteur se porte bien. L'Espagne compte environ 200 centres gynécologiques, le nombre le plus important d'Europe.
Et plus largement, le pays cherche à développer le "tourisme médical" privé, bien plus lucratif que le tourisme classique selon Monica Figuerola, chargée de promouvoir l'offre de santé espagnole à l'étranger.
Entre soins, médicaments, avion et hôtel, il faut compter plusieurs milliers d'euros.
Les grossesses plus tardives, la législation et la demande étrangère "ont stimulé ces dernières années la hausse de l'activité des cliniques" de fertilité, souligne l'Observatoire sectoriel DBK Informa.
Leur chiffre d'affaires était de 365 millions d'euros en 2014 et devrait croître de 5 à 6% par an d'ici fin 2016.

Libé
Lundi 4 Juillet 2016

Lu 750 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs