Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Samira Said : " L'art et la culture jouent un rôle déterminant dans la promotion touristique"




Comme chaque mois de Ramadan, Samira Said est parmi les siens pour passer, comme il se doit ce mois sacré et, revoir les amis et membres de la famille dans une ambiance chaleureuse.
Samira a toujours fait savoir qu'il n'est pas question de passer le Ramadan ailleurs qu'au Maroc. C’est ce qu'elle nous a toujours souligné et assuré car " ce mois a un rituel et une ambiance particulière au Maroc".
" Pour moi, souligne-t-elle, le Ramadan est synonyme de piété, de recueillement, de prière et d'amour pour les proches". Aussi, Samira tente-t-elle, de pratiquer un peu de sport pendant ce mois sacré, comme d’ailleurs les autres mois.
Et quand on lui pose la question sur le secret de sa longévité artistique et de son succès renouvelé, elle répond qu'" il est le résultat logique d'un long processus de travail. En grande professionnelle, elle est connue pour son exigence et sa pertinence.  Elle tient toujours à apporter sa touche personnelle à ses chansons aussi bien au niveau des paroles que de la musique.

"Pour moi, nous explique-t-elle, le succès d'un travail est le fruit de la conjugaison de plusieurs facteurs. Pour réussir un travail, il faut disposer de plusieurs éléments et les mettre là où il faut. Une chanson, ce n'est pas une succession de paroles et de phrases musicales, souligne-t-elle encore. Il faut que le tout aille ensemble en harmonie et qu'il n'y ait aucun contre-temps".

C'est vrai que plusieurs fois on fait état de l'imminence de la sortie d'un nouvel album de Samira Said, puis, quelque temps après, on apprend que l'album n'est pas encore au point et que Samira préfère attendre avant de le lancer.
C'est l'un des points forts de Samira Said comme les grands artistes d'ailleurs qui laissent leurs empreintes sur leurs œuvres.

Au Maroc, le public s’enquiert de ses nouvelles et à chaque fois qu'elle se produit dans son pays natal, c'est la grande affluence. A Mawazine, comme au Festival d'Oujda et dans les autres événements du genre, elle brille de mille feux et retrouve la chaleur du public marocain qui lui voue beaucoup d'admiration, d'amour et d'estime.
Au dernier festival d'Oujda, Samira a mobilisé quelque 300.000 festivaliers venus célébrer ces retrouvailles tant attendues.

Elle n'a pas caché sa satisfaction devant cette affection et cet amour en échangeant des  gestes et signes d'amour avec son public nombreux. A cette occasion, Samira Said nous a donné son idée sur le rôle de l'art dans la promotion touristique: "L'art et la culture jouent un rôle primordial dans la promotion du tourisme. Il n'ya qu'à voir les pays qui accueillent le plus grand nombre de touristes. Le package touristique et le produit sont prolifiques et axés, avant tout, sur la culture et l'art".
"Le succès de cette édition, nous a-t-elle dit, s'explique par plusieurs raisons. Il s'agit d'abord de l'ouverture du Festival à l'international,, notamment avec le style fusion, sans pour autant perdre de son authenticité, ainsi que l'organisation de plusieurs activités en marge de l'événement principal".

Samira sait de quoi elle parle elle qui a l'habitude de fréquenter les festivals les plus prestigieux de par le monde. Elle est aussi sollicitée par les chaînes de télévisions et les autres médias.
Récemment, elle a été l'invitée d'honneur de l’avant-dernière prime de Star Academy, émission de téléréalité de la chaîne libanaise LBC.

Comme d'habitude, son passage a été très remarqué et elle a manifesté beaucoup de sympathie et de solidarité à l'égard des candidats.
"J'aurais souhaité faire partie des élèves de l'Academy", a-t-elle souligné.
Elle  n'oubliera jamais l'apport de ce genre d'émission. Elle qui doit ses débuts à une émission semblable, en l'occurrence "Mawahib" de Abdenbi Jirari.
Cela, elle l'a rappelé sur le plateau de Star Academy sauf que, a-t-elle fait savoir " De notre temps, il fallait faire un effort personnel".

En effet, Samira qui a réussi à briller à une époque où les moyens étaient limités, mérite qu'on lui rende un vibrant hommage pour sa réussite.
Ses projets, Samira nous en a fait part: " Ce sera une surprise mais ce n'est pas pour demain. Ce sera lancé, en temps voulu". Et sur la question de savoir si elle serait prête à rééditer l'expérience de "Fnaire", elle répond : "Pourquoi pas, si l’occasion se présente et que la formation avec laquelle je serai amenée à chanter verse dans le style que je veux ; dans ce cas,  tout est possible".
En ce qui concerne le dernier référendum sur la nouvelle Constitution, Samira a accompli son devoir national à l’Ambassade du Maroc au Caire.

Et à l’occasion de cet événement très important, elle nous a déclaré que la nouvelle Constitution permettra au Maroc de réaliser un grand bond en avant et ce à tous les niveaux : social, économique, politique et culturel. 


Par Abdessalam Khatib
Samedi 27 Août 2011

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs