Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sami Bouajila: Le Festival de Marrakech dégage de dynamique et de fraîcheur




Le Festival international du film de Marrakech dégage de la dynamique et de la fraîcheur à l’image de l’évolution que connaît le Maroc, a souligné le comédien franco-tunisien et membre du jury du festival, Sami Bouajila.  "J’ai la chance d’être souvent, avec ma famille, au Maroc, pays que j’aime. Le Festival de Marrakech dégage de la dynamique et de la fraîcheur à l’image de l’évolution que connaît le Royaume", a fait savoir Bouajila qui animait une table-ronde dans le cadre de la 15ème édition du festival. "Cette messe cinématographique s’érige en un véritable lieu d’échange entre professionnels du 7ème art et cinéastes de renom du monde entier", a-t-il ajouté, mettant en avant la qualité des films participants.
Revenant sur le choix du film devant remporter l’Etoile d’Or de cette édition, il a relevé que "le lauréat devra faire le consensus des membres après débat sur la base de plusieurs critères". Au sujet de sa carrière et ses futurs projets, le talentueux comédien qui a incarné avec brio le rôle du jardinier dans "Omar m'a tuer" de Rochdy Zem, a fait savoir que pour lui "le spectacle prime avant toute chose",  allusion à l’importance de se détacher des prises de position.  Il n’a pas manqué de rappeler l’intérêt qu’il accorde au jeu de rôle confiant et ne jamais chercher le mimétisme mais plutôt l’inspiration. Il a de même confié se projeter dans la réalisation, affirmant qu’il compte bien réaliser un film.  Notons que Sami Bouajila compte parmi les membres du jury de cette 15ème édition du Festival international du film de Marrakech, présidé par le célèbre cinéaste américain Francis Ford Coppola, aux côtés de la comédienne marocaine Amal Ayouch, du cinéaste italien Sergio Castellito, de l’actrice indienne Richa Chadda, du réalisateur néerlandais Anton Corbijn, du cinéaste français Jean-Pierre Jeunet, de la réalisatrice japonaise Naomi Kawase, de la comédienne ukrainienne Olga Kurylenko, et du réalisateur danois Thomas Vinterberg.

Libé
Mercredi 9 Décembre 2015

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs