Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sale temps pour les banques marocaines

2013, deuxième année consécutive de décélération des crédits bancaires et de flambée des créances en souffrance




Sale temps pour les banques marocaines
Le secteur bancaire peine à se redresser. Après une année 2012, caractérisée par une décélération du rythme de l’octroi des crédits par les banques marocaines, les statistiques monétaires relatives à 2013, que vient de publier Bank Al-Maghrib (BAM) montrent qu’il y a eu continuation sur le même trend baissier.
En effet, le rythme de progression du crédit bancaire s’est établi à 3,5% au terme de l’année écoulée après 6,9% en 2012. 
Cette décélération, qui survient suite à la baisse conséquente des crédits débiteurs et de trésorerie, en relation avec l’atonie ambiante de l’activité économique, s’est reflétée sur l’ensemble des secteurs d’activité économiques hormis quelques exceptions.
Par branche d’activité, ce sont les industries extractives, dont les crédits qui leur ont été alloués, ont enregistré une amélioration de 34,6%, qui ont pu faire exception.  Au moment où d’autres secteurs d’activité ont été fortement touchés par ce ralentissement. 
C’est le cas notamment de l’hôtellerie et la restauration qui ont subi la plus forte  contraction des crédits  avec -14%.
Signalons, dans ce sens, que le rythme d’évolution des prêts bancaires a connu ainsi sa deuxième année de ralentissement, en 2012 par rapport à 2011. Selon les statistiques de la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE),  l’additionnel des crédits bancaires à l’économie s’est limité à 31,1 milliards de dirhams (MMDH) ou 4,5% contre 65,4 MMDH ou (10,5%) en 2011. 
Un  autre facteur de malaise que connaît le secteur bancaire, résulte de l’explosion des créances en souffrance.  En effet, alors que les crédits à l’économie sont en baisse constante, les créances en souffrance sont en hausse constante, et le manque de liquidités ne se résorbe pas malgré les injections incessantes de la Banque centrale.
La même source (BAM) fait ressortir  une flambée toujours inquiétante des créances bancaires en souffrance. Ces dernières ont effet augmenté en 2013 de 25,3% par rapport à fin 2012.
Dépassant la barre symbolique des 5% de l’encours total des crédits (la moyenne se trouvait autour de 4,9% lors des quatre dernières années) pour se situer à 5,95% du crédit bancaire,  les impayés, dans le secteur bancaire, sont devenus la bête noire des banques marocaines. 
Du fait que le marché enregistre une raréfaction des ressources, les créances en souffrance, dont le nombre est en augmentation, risquent de conduire à une plus grande fébrilité de l’assise financière des établissements bancaires. 
 Une donnée qui n’augure rien de bon pour le secteur, étant donné que le taux de créances en souffrance est jugé préoccupant dès lors qu’il gravite autour de 10% des engagements globaux. 
Ces créances évoluent depuis la fin de 2011 sur une courbe ascendante. Une tendance qui ne semble pas s’inverser durant l’exercice en cours. Cette courbe des créances touche des sommets lorsqu’il s’agit des crédits accordés aux entreprises, notamment les crédits d’équipement. 
Une situation inquiétante, étant donné la fragilité de plusieurs secteurs, qui sont pointés du doigt, notamment le BTP, la sidérurgie, la chimie et la parachimie, l’agroalimentaire et le textile. 

Mohammed Taleb
Mardi 4 Février 2014

Lu 543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs