Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saida Fikri retrouve son public

Nouveau clip, nouvel album




Saida Fikri retrouve son public
Après une longue absence de la scène musicale, la célèbre chanteuse maroco-américaine Saida Fikri vient de signer son come-back en reprenant «Ya khaleq lbhor» (O Créateur des mers), une des célèbres chansons de son frère Khalid Fikri, mais également en enregistrant un nouveau clip pour ce titre. 
En restant fidèle à son style et à ses habitudes, celles de militer pour les questions humanitaires et de plaider pour les bonnes causes, Saida Fikri traite, par sa voix aussi douce que mélodieuse, dans « Ya khaleq lbhor » des différentes causes qui ont entrainé de nombreux pays dans des guerres désastreuses.
D’autre part, la chanteuse travaille actuellement sur un nouvel album, « Denya fel Mizane », dont la sortie est prévue pour les premières semaines de 2015 et dans lequel,  elle  parlera de dix conflits politiques et sociaux de l’époque, à travers une dizaine de chansons. 
Il est à rappeler que Saida Fikri, a commencé à chanter dès l’âge de 8 ans. Inspirée par de grands noms de la musique tels  Bob Dylan, Jacques Brel, Dolly Parton, Ray Charles, ou encore Fayrouz. Elle a écrit sa première chanson, alors qu’elle était à peine âgée de 12 ans. Son premier album, «Nadmana», Saida l’a sorti en 1994 ; un an plus tard, elle lancera le second, intitulé «Salouni Ala’adab ». Et c’est bien ce deuxième album qui l’a rendu célèbre en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, mais également en Europe. 
En 1998, Saida sort un troisième album, où elle dénonce la corruption, la pauvreté et défend les libertés. Le hit de l’album est intitulé «L’Miseria» et a connu un très grands succès auprès des jeunes.  C’est également en cette année que Saida Fikri émigre aux Etats-Unis et ne reviendra au Maroc que dix ans plus tard, en 2008, où elle s’est produite devant plus de 170.000 fans. 
En 2012, la chanteuse engagée a créé sa propre association à but non lucratif, «La Fondation Saida Fikri», dans le but est de s’impliquer directement dans la lutte contre la pauvreté.  Ladite fondation met l'accent sur la créativité et le divertissement éducatif, en organisant des concerts de bienfaisance et des festivals à l'échelle mondiale, ainsi qu’en participant à la construction d'écoles et d’orphelinats dans les pays pauvres. 

Mehdi Ouassat
Mercredi 26 Novembre 2014

Lu 664 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs