Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Said Haji expose à Casablanca : Mémoire du phénix




L’artiste peintre, poète et romancier Said Haji  expose ses œuvres picturales  du 4 au 14 juin courant  à la galerie de l’hôtel Idou Anfa à Casablanca.  Exposition d’un peintre engagé  qui nous donne  une leçon de vérité et de réalisme. Il est de la lignée des artistes expressionnistes. Qu'il peigne des  personnages tragiques, des  atmosphères  ou des scènes de genre, c'est avec la même générosité, la même puissance et la même chaleur qu'il proclame dans chaque toile son hymne éclatant à la vie.
 Dans ses peintures comme dans ses écritures, Haji déclare   une vive hostilité contre le pseudo-traditionalisme, en donnant libre cours  à ses   sentiments raisonnés  et indépendants  de  sa  propre individualité, et ce en dehors de tout système et sans parti-pris. Cette déclaration radicale et pourtant mesurée définit clairement son credo plastique : art de lucidité, de sincérité, impliquant l’examen critique  et  le rejet systématique d’une « approche statique et stéréotypée».
Avec  la  mémoire du phénix  l’intensité expressive s’assure  avec certitude: sa peinture narrative est identifiée de fait à la peinture de genre, puisque «la peinture est un art essentiellement concret et ne peut consister que dans la représentation de choses réelles et existantes», comme disait  Courbet. Cette brèche ouverte par   la mémoire du phénix  est suivie par  des tableaux, qui s’intéressent aux scènes de la vie  autobiographique  donnant corps  aux états d’âme.
Autour de ces  œuvres  maîtresses, plusieurs centaines de  scènes se  composent comme un poème de la nature. Aussi variés que les motifs dont ils s’inspirent, des « remises »  en cause  des paradoxes et des crises du sens  se développent loin de toute concession à l'envie de plaire et de vendre.
Ses unités plastiques sont conditionnées par l'acte expressionniste de renouer avec les aspects les plus transparents de son romantisme tragique, mais proclament surtout sa dette à l'égard de poètes maudits et de militants avant-gardistes. Son univers visuel éloquent oriente la peinture poétisée vers la recherche d'une langue qui soit « de l'âme pour l'âme », résumant  ainsi  parfums, sons, couleurs, pensées, sensations et blessures.
 Le symbolisme  selon cet artiste polyvalent  est une mise en symbiose  entre des formes capables à la fois d'évoquer une réalité militante vécue et d'inviter le récepteur avisé à un véritable déchiffrement : d'abord voué à créer des impressions - notamment par l'harmonie picturale - un souci de rigueur l'infléchira bientôt vers la recherche d'un langage personnalisé.
 L'artiste se mêle aux forces de la nature humaine et agit comme témoin de l'histoire. Il est convaincu que l'art peut capter le sens créatif des états d'âme et c'est pour cela qu'il rejette l'abstraction absolue. Concrètement, Haji se laisse influencer au début, comme un nombre  potentiel  d'artistes peintres, par la figuration classique et sa loi optique sur les contrastes simultanés. En même temps, il a tenu à pénétrer dans les domaines de l'inconscient et de la perception analytique et critique.
 Sur  sa haute solitude au sens existentiel du terme, Jacqueline Ribet, artiste peintre, a écrit : «Une sensation de chaleur humaine dans les peintures de Said Haji. Les couleurs sont  chatoyantes, avec une technique variée. Ce qui attitre mon attention dans ce travail c’est le thème très engagé qui témoigne d’une période obscure vécue par l’artiste. D’ailleurs, les séquelles de cette période de métamorphose intellectuelle se dégagent facilement de son apparente timidité et de son calme énigmatique. Il n’ y a pas de doute : Cet homme a vécu longtemps seul devant ses toiles».   
 De son côté,  Georges Lapassade, anthropologue, a confié  aux passionnés d’art onirique : «Non loin du rêve, les sujets prennent vie du côté intérieur de l’être tandis que la réalité s’y reflète, pourtant dissimilée derrière  les voiles de l’imaginaire. Non loin de la théâtralité, le dialogue entre l’imaginaire et le réel se pare d’une réflexion sur notre perception de l’existence humaine et de la réalité».
 L’art de Said Haji  tranche  par sa vigueur sur les artifices et les compromis. Il rend  enfin compte d’une part grandissante de la peinture de figures, des scènes  humaines et des  entités iconographiques des différents courants symbolistes.  Le style  s’efface derrière la primauté du sujet, appelé à d’incessants bouleversements et débordements. 

ABDELLAH CHEIKH
Mercredi 3 Juin 2009

Lu 744 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs