Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sahel : Ban Ki-moon pour une opération prudente au Mali




Sahel : Ban Ki-moon pour une opération prudente au Mali
Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a recommandé du bout des lèvres mercredi que le Conseil de sécurité autorise le déploiement d’une «opération militaire offensive» de l’Union africaine pour combattre les islamistes dans le Nord du Mali, sans proposer que l’Onu en assure le financement.
L’Onu distingue les missions de maintien de la paix, qui consistent à surveiller un cessez-le-feu existant, et les missions d’imposition de la paix comme celle que prépare l’Union africaine et qui autorisent l’usage de la force létale dans des situations de combat.
La dernière mission d’imposition de la paix approuvée par le Conseil de sécurité concernait la Somalie au début des années 1990, lors de laquelle 18 soldats américains ont été tués, ce qui a conduit les Etats-Unis à retirer leurs troupes de combat de toutes les opérations de paix sous commandement onusien. Le vocabulaire prudent employé par Ban Ki-moon dans sa recommandation illustre à quel point l’Onu reste méfiante envers ce type de mission.
Le secrétaire général de l’Onu a déclaré que le Conseil de sécurité devait s’assurer, avant le lancement de toute offensive, que des objectifs politiques, opérationnels, de formation ou de droits de l’Homme ont été réalisés. Ban juge que le Conseil pourrait «autoriser les pays membres de l’Union africaine à établir l’Afisma pour une période initiale d’un an, comprenant 3.300 personnels pour prendre toutes les mesures nécessaires pour aider les autorités maliennes». L’Afisma est l’acronyme proposé par l’Onu pour la force mandatée par l’Union africaine au Mali. «Des questions fondamentales restent sans réponse concernant la manière dont la force sera dirigée, soutenue, entraînée, équipée et financée», a cependant ajouté le secrétaire général.  Un diplomate du Conseil de sécurité s’est déclaré furieux que Ban s’oppose à une requête de l’UA demandant le financement par l’Onu de l’opération, qui coûterait de 300 à 500 millions de dollars selon des diplomates.

Reuters
Vendredi 30 Novembre 2012

Lu 156 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs