Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Sa Majesté le Roi en visite officielle en Chine

Pour un partenariat stratégique prometteur




Le choix stratégique opéré par le Maroc pour diversifier ses partenariats, se confirme une nouvelle fois à travers la visite officielle que S.M le Roi effectue à partir d’aujourd’hui en République populaire de Chine. Cette visite qui donnera, sans nul doute, un nouvel élan aux relations historiques et d’exception qui lient Rabat et Pékin, permettra de raffermir les relations politiques entre les deux pays. Fondées sur les principes d’amitié, de compréhension et de solidarité, ainsi que sur une volonté partagée de diversifier les champs de coopération bilatérale, dans une perspective porteuse de synergie et mutuellement bénéfique, ces relations n’ont eu de cesse de gagner en vigueur et en profondeur depuis la visite historique que le Souverain avait effectuée en Chine en février 2002, et celle du président chinois, Hu Jintao au Maroc, en avril 2006.
Ces visites ont ouvert la voie à un intense échange de visites de délégations appartenant aux organes exécutif et législatif, aux secteurs privé et académique, à l’administration locale et à la société civile, et permis ainsi de consolider le cadre juridique régissant les relations entre le Maroc et la Chine qui couvrent des secteurs divers et variés tels que les finances, la santé, l’agriculture, le tourisme, le sport, la pêche, le transport, les travaux publics, et les mines.  De même, l’institutionnalisation des consultations politiques de haut niveau a favorisé les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays, sur la base du respect mutuel, des principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et de règlement pacifique des différends, de la coordination et du soutien réciproque au niveau des différents forums (Forum de coopération sino-arabe, Forum sur la coopération sino-africaine) et organisations internationales.
Parallèlement à la coopération politique, Rabat et Pékin ont développé une forte coopération scientifique et décentralisée. Ainsi, sur le plan de la coopération scientifique, technique et culturelle, les gouvernements ont mis en place des programmes d'échange et de bourses au profit des étudiants chinois et marocains.
La Chine organise également un programme annuel de formation au profit des cadres marocains, l’objectif étant de faire bénéficier les compétences marocaines de l’expertise acquise par les Chinois dans différents secteurs.
A noter qu’afin d’encourager le développement de l’enseignement de la langue et de la culture chinoises au Maroc, deux antennes de l’Institut Confucius ont vu le jour dans deux universités marocaines : la première à la Faculté des lettres et des sciences humaines à l’Université Mohammed V à Rabat, le 4 décembre 2009, et la deuxième à l’université Hassan II de Casablanca, le 1er octobre 2012.
La coopération bilatérale décentralisée connaît aussi un essor sans précédent ces dernières années, suite à la conclusion d’importants accords de jumelage entre des villes marocaines et chinoises, notamment Casablanca-Shanghai, Tanger-Qingdao, Mohammedia-Jiangyin, Fès-Wuxi, Chefchaouen-Qongming et Agadir-Hangzhou.
Dans le domaine de la santé, huit équipes médicales chinoises, composées de 79 cadres, opèrent au Maroc.
La visite officielle qu’entreprend S.M le Roi Mohammed VI en Chine à partir de ce mercredi devra également participer à la promotion de la coopération triangulaire Chine-Maroc-Afrique, d'autant plus que le Royaume dispose désormais d'une expérience avant-gardiste en Afrique, traduite par les projets de développement et les conventions conclues lors des récentes visites du Souverain dans plusieurs pays africains amis.

 

Sun Shuzhong : La visite Royale augure d'une nouvelle ère de coopération

La visite officielle que SM le Roi Mohammed VI effectue à partir de ce mercredi en Chine augure d'une nouvelle ère dans les relations de coopération entre Rabat et Pékin et permettra indubitablement de consolider le partenariat que les deux pays veulent stratégique, approfondi et exemplaire, a affirmé l’ambassadeur de Chine au Maroc, Sun Shuzhong.
«Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Maroc en 1958, les deux pays ont toujours entretenu de bonnes relations de coopération et d'amitié», a souligné le diplomate, chinois dans un entretien accordé à la MAP à l’occasion de la visite Royale en Chine.
«Nous allons inaugurer une nouvelle ère de coopération plus concrète et pragmatique, non seulement dans le domaine politique, mais couvrant également les volets économique et de développement», a-t-il assuré, ajoutant que la confiance mutuelle qui marque les relations entre Pékin et Rabat constitue «la pierre angulaire de l'amitié entre nos deux peuples et nos deux pays» qui se considèrent «amis, frères et partenaires».
L’ambassadeur chinois a, dans ce sens, appelé au renforcement de la coopération entre les deux pays qui, a-t-il rappelé, «partagent une longue histoire d'amitié», et à l'appréhension, de part et d'autre, de leurs spécificités.
«La compréhension mutuelle est un préalable indispensable pour mobiliser tous les facteurs de coopération: investissements, échanges ou encore transfert de technologie…», a-t-il fait savoir.
En outre, M. Sun a plaidé pour la promotion des échanges culturels entre les deux pays qui «partagent une histoire millénaire bien ancrée», notamment parmi les jeunes, précisant, à cet effet, que le gouvernement de son pays a créé deux Instituts «Confucius» au Maroc, alors qu’un Centre chinois est en cours de réalisation dans le Royaume. La Chine avait également envoyé sa première mission médicale au Maroc en 1975 et plus de 1.500 volontaires médicaux ont travaillé dans le Royaume, a-t-il ajouté.
Le diplomate chinois a, de même, relevé que son pays a déjà entrepris des mesures pour la promotion de l’échange universitaire et culturel avec le Maroc, notamment à travers l'octroi annuellement de bourses à des dizaines d'étudiants marocains, notant que la Chine «cherche toujours à renforcer davantage ces échanges».
Evoquant les relations économiques, M. Sun a rappelé qu’en 2015, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint 3,43 milliards de dollars US, soit une légère baisse de 1,7 % par rapport à l’année précédente.
La Chine a, ainsi, exporté des marchandises d’une valeur de 2,9 milliards de dollars vers le Maroc et en a importé 530 millions de dollars. Les exportations chinoises vers le Royaume consistent essentiellement en des produits de textile, des appareils électroménagers, des équipements industriels, du thé et des articles d’usage courant, tandis que les engrais phosphatés et les produits de mer s’accaparent la part du lion des exportations marocaines vers l’Empire du milieu.
Concernant le solde commercial largement en faveur de la Chine, il a estimé qu’« on ne peut rester otage d’une mentalité classique focalisée sur la balance commerciale, mais l'on doit également se concentrer sur la balance de paiement, tout en y incorporant trois facteurs clés, à savoir les services, le tourisme et les investissements».
Dans ce sens, il a appelé les professionnels du tourisme au Maroc à tirer profit des opportunités offertes par le marché touristique chinois, ainsi que par le potentiel de ce marché gigantesque, sachant que les Chinois sont parmi les touristes qui dépensent le plus lors de leurs séjours à l’étranger.
A propos des investissements chinois au Maroc, il a relevé qu’ils couvrent, entre autres, la pêche, la transformation plastique, l’assemblage de motos et les minéraux, expliquant que 28 entreprises chinoises sont implantées dans le Royaume et emploient une main-d’œuvre constituée de près de 1.100 ressortissants chinois et de 3.000 Marocains.
Il a également fait état du  secteur de l’énergie, notamment renouvelable, parmi les grands projets de coopération entre le Maroc et la Chine.
D'autre part, M. Sun a affirmé que le Maroc occupe une position géographique importante et stratégique qui le place en tant que passerelle entre l’Afrique, l’Europe et les pays arabes, ce qui lui confère un statut très spécial.
Dans cette perspective, «nous pouvons travailler ensemble pour conquérir le marché africain, mais également s’imposer économiquement en Europe», a-t-il signalé, appelant à développer une relation de coopération «ouverte à l'ensemble des partenaires».

Mercredi 11 Mai 2016

Lu 1610 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs