Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SOS. Le cheval barbe, un patrimoine à sauvegarder




Dans le cadre de la série de nos articles consacrés à la filière équine et à la SOREC (Société Royale d’encouragement  du cheval), nous allons traiter, aujourd’hui, du cheval barbe, race marocaine et nord-africaine par excellence.

Les courses ont eu un impact négatif sur cette race, car il y a des courses destinées à l’arabe barbe, cheval issu du croisement  des races arabe et barbe. L’impact négatif est dû au fait que les éleveurs ne voulaient plus produire de chevaux barbes mais ont préféré un croisement pour obtenir  des chevaux  arabo-barbes destinés aux courses, car  l’usage du barbe est très réduit. Cette situation a fait que le nombre de juments barbes est quasiment réduit; on parle de près de 500 juments au Maroc. Si cette situation venait à perdurer,  la race barbe qui fait partie intégrante de l’histoire du Maroc et son patrimoine équin risque quasiment de disparaître. C’est pourquoi dans le cadre de la stratégie du développement de la filière équine, il faut avoir une stratégie volontaire visant à court terme la sauvegarde du cheval barbe et son développement à moyen terme. L’argent drainé par les paris, tant  au niveau du PMU français que celui des courses marocaines, doit servir également au développement des races hors courses et des autres usages du cheval (sport équestre, Tborida, endurance balade, tourisme équin, entre autres).
Dans ce cadre, il est incompréhensible  que les primes à la naissance pour le cheval barbe, soient moindres que pour les autres races.
La politique d’identification des chevaux  (ITI : Inscription au titre initial) gagnerait à être plus périodique et sur l’ensemble des régions du Royaume et qu’elle doit réellement tenir compte des vraies caractéristiques du cheval barbe. Il faut mettre un terme aux réclamations qui fusent, ici et là, lors de campagnes d’identification et de manifestations des shows.
La sauvegarde et le développement de la race barbe doivent se baser également sur  l’achat d’étalons barbes à haute valeur génétique et  la mise à disposition des éleveurs  de ces étalons au niveau des régions et des localités où existe ce cheval.
L’amélioration génétique de la race barbe passe également par la semence congelée et la région des centres concernés. Il est inconcevable d’avoir un seul centre de mise en place de la semence congelée dépendant de la SOREC.
Normalement, la SOREC qui dispose de moyens financiers et d’études qu’elle a réalisées, devrait présenter des éléments de réflexion dans le cadre d’un contrat-programme en partenariat avec les socio-professionnels, envisagé depuis un certain nombre d’années.
L’argent doit aller en priorité à l’élevage et aux chevaux, n’est-ce pas?
A suivre

 

EL Haddaoui
Lundi 14 Mars 2016

Lu 207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs