Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

S.O.S école ! Recrutement dans la précipitation de 10.000 enseignants




Une classe à cinquante élèves ou plus, une autre à cinq, un collège qui manque de trois à six enseignants, des élèves qui n’ont pas jusqu’ici entamé leurs cours en maths ou en langue française … autant de problèmes qui ont marqué la rentrée scolaire actuelle. Et pourtant, aucun responsable gouvernemental n’a fait son autocritique, encore moins évoqué le problème lors de sa campagne électorale. On dirait que c’est le parent pauvre des politiques publiques.
Et de peur que cela ne devienne une catastrophe, l’Etat ne pouvait se contenter du rôle de spectateur. Des décisions ont été prises à un haut niveau pour remédier au fiasco du gouvernement dans le secteur. L’objectif est de sauver l’année scolaire. L’urgence des mesures à mettre en œuvre exige une intervention globale.
Si l’école publique marocaine et à un degré moindre le secteur privé se trouvent menacés et souffrent en matière d’enseignement, c’est parce que la stratégie globale ne mise pas sur la formation de l’élément humain. Face à cela, des mesures vont être incessamment mises en œuvre, dont la mobilisation de fonds supplémentaires via un budget exceptionnel, qui vient renforcer les fonds alloués conformément à la loi de Finances. Une enveloppe qui permettra au secteur de profiter de 10 mille enseignants supplémentaires, recrutés à la faveur de la procédure contractuelle, valable pour une période de deux ans renouvelable.  
Qu’en sera-t-il des fonds alloués ? Une partie ira à la restauration des établissements scolaires et une autre sera consacrée à l’infrastructure scolaire, dont notamment la poursuite de l’opération de démantèlement des classes préfabriquées, ce qui permettra aux élèves d’être scolarisés dans de bonnes conditions.
Rappelons que cette mobilisation de fonds et ce sursaut de dernière minute  interviennent après que le ministre Rachid Benmokhtar a établi un rapport détaillant les conditions générales dans lesquelles s’est déroulée la rentrée scolaire de cette année et les menaces persistantes sur l’école marocaine sans oublier d’évoquer la modicité des crédits alloués par le gouvernement à un secteur aussi stratégique que l’enseignement.

Nouri Zyad
Samedi 15 Octobre 2016

Lu 970 fois


1.Posté par zérifi le 19/10/2016 12:04
Parmi les éventuels instituteurs contractuels,il y a une possibilité de faire appel à des instituteurs franco-marocains ou français via l'ambassade de France au Maroc.A méditer.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs