Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

S.A.R le Prince Moulay Rachid : “Le FIFM assumera de plus en plus le devenir du cinéma national”




Le Festival international du film de Marrakech (FIFM) "assumera de plus en plus le devenir" du cinéma national, a souligné SAR le Prince Moulay Rachid, président de la Fondation du FIFM.
"D'année en année, le FIFM assumera de plus en plus le devenir du cinéma national en ce qu'il porte en lui ce qu'il y a de plus prometteur : sa créativité et sa diversité. Ce en quoi le FIFM s'inscrit de plain-pied dans le Maroc vivant d'aujourd'hui", affirme Son Altesse Royale dans un éditorial publié sur le site web du Festival, à l'occasion de sa 11ème édition organisée du 2 au 10 décembre sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.
"Le FIFM est né avec la renaissance du cinéma marocain aux premiers balbutiements de ce siècle", relève SAR Moulay Rachid, ajoutant que "de ce fait, notre festival et la production cinématographique nationale ont partie liée".
"Ils sont même devenus, avec le temps, redevables entre eux : le FIFM parce que la production croissante des films marocains le légitime comme vitrine d'excellence du cinéma national, et la production parce que seul un évènement de la stature du FIFM lui donne sens en la promouvant urbi et orbi à travers les médias du monde", souligne Son Altesse Royale.
"Cette année, à l'aube de la deuxième décennie du FIFM, je voudrais affirmer l'assertion suivante : que le cinéma assure l'ouverture et la clôture de notre onzième édition ne relève pas du hasard, mais plutôt de la rencontre heureuse et voulue d'un grand festival et d'un puissant cinéma émergent", précise SAR le Prince Moulay Rachid.
Et si donc, en cette 11ème édition du FIFM, la section "coup de cœur" est consacrée à la diversité de la production marocaine à travers quatre échantillons bien distincts de l'imaginaire de nos cinéastes, c'est bien pour que soit mise en exergue la relation profonde qui existe entre le FIFM et le film marocain, affirme SAR le Prince Moulay Rachid.
L'année dernière, pour la dixième édition du festival, "j'avais conclu mon éditorial par une claire affirmation de notre engagement de faire émerger de nouveaux talents cinématographiques dans notre pays", rappelle SAR le Prince Moulay Rachid.

MAP
Lundi 5 Décembre 2011

Lu 662 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs