Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Russie en pole, réveil tchèque, Pologne et Grèce en danger




Russie en pole, réveil tchèque, Pologne et Grèce en danger
La Russie n’est plus qu’à un point des quarts de finale de l’Euro-2012, après son nul contre la Pologne (1-1), qui devra, elle, gagner son dernier match face à la République Tchèque, relancée par sa victoire express sur la Grèce (2-1) mardi dans la poule A.
Les Russes, vainqueurs (4-1) des Tchèques en ouverture, occupent la tête du groupe avec quatre points en deux journées et peuvent se contenter d’un nul samedi face à la lanterne rouge grecque (1 point) pour sortir des poules comme en 2008, où ils avaient perdu en demi-finale face à l’Espagne (3-0).
Les Grecs, champions d’Europe en 2004, devront eux absolument s’imposer pour se qualifier, tout comme les Polonais (3e avec 2 pts), condamnés à la victoire face à la République Tchèque (2e avec 3 pts) après leur deuxième nul en deux matches.
La Russie a même cru être la première équipe qualifiée pour les quarts de finale, après l’ouverture du score de l’épaule de Dzagoev (37e), plus que jamais en tête du classement des buteurs avec ce 3e but en deux matches.
Mais à domicile, le capitaine polonais Blaszczykowski a égalisé d’une superbe frappe du gauche (57e).
Le match s’est déroulé sans incidents après les heurts survenus préalablement dans les rues de Varsovie. La police a arrêté plus d’une centaine de supporteurs des deux équipes et dû utiliser des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser des hooligans polonais.
Sur le terrain, les Tchèques, eux, ont bien rebondi après leur naufrage en prenant leur revanche sur la Grèce qui les avait battus en demi-finale de l’Euro-2004 (1-0 a.p.).
Ils ont plié l’affaire en marquant deux fois en six minutes par Jiracek, auteur du but le plus rapide de cette édition, après seulement deux minutes 15 sec de jeu, et Pilar (6), qui ont profité des largesses de la défense centrale hellène. Un démarrage sans précédent dans l’histoire du tournoi continental!
La Grèce, réputée pour sa défense, a payé au prix fort l’absence du duo Avraam Padadopoulos (blessé)-Papastathopoulos (exclu) et a en outre perdu son gardien Chalkias visiblement touché à un genou et remplacé dès la 23e minute par Sifakis.
Elle a néanmoins réussi à revenir sur une erreur incroyable du gardien Cech. Le héros de la campagne victorieuse de Chelsea en Ligue des champions a laissé filer entre ses gants un ballon facile pour le plus grand bonheur de Gekas, qui a marqué dans le but vide (53).

La Gazzette

Prendre le melon. Un fermier de Murcia a conduit les 2700 km menant au quartier général de la +Roja+ en Pologne pour livrer... 500 melons. Visiblement ravis de la livraison, les champions d’Europe et du monde ont partagé leur butin avec les représentants de la presse ibérique. Alors melon porte-bonheur? Réponse dès aujourd’hui lorsque l’Espagne, tenue en échec par l’Italie (1-1), tentera de décrocher sa première victoire contre l’Irlande.

Frayeur. Le sélectionneur de l’équipe de Belgique, Marc Wilmots, présent en Ukraine en qualité de consultant pour la télévision publique belge s’est fait une grosse frayeur, dimanche à Kiev. Le Tupolev a été pris dans un violent orage au moment de l’atterrissage. «L’avion tanguait dans tous les sens. A une centaine de mètres du sol, le pilote a remis les gaz. L’avion a finalement atterri à Dnipropetrovsk avant de revenir plus tard à Kiev», a expliqué Wilmots à des médias belges. Quelques minutes après cet incident, un autre avion transportant des parachutistes ukrainiens s’écrasait dans la région de Kiev en raison d’un violent orage. L’accident a fait cinq morts.

Racisme. Le sélectionneur de l’Italie Cesare Prandelli, a nié catégoriquement que l’attaquant Mario Balotelli ait été victime d’insultes racistes, dimanche contre l’Espagne à Gdansk. «C’est absolument faux», a déclaré l’entraîneur après qu’un journal britannique se soit fait l’écho de prétendus cris de singe adressés par des supporters espagnols au turbulent Balotelli. Cela n’a pas empêché l’UEFA de lancer mardi, une enquête sur ce cas de racisme présumé.

Hymne. Si Tomas Rosicky, capitaine de la République Tchèque ne chante pas l’hymne national, le «Kde domov muj?» (Où est ma patrie?), c’est par superstition. «Je ne l’ai pas chanté depuis longtemps, explique-t-il, je le chante dans ma tête. Je suis superstitieux, quand j’étais jeune, je le chantais, et nous perdions chaque fois! Ce n’est pas parce que ne je ne veux pas le chanter».

Ame russe. Le milieu de terrain Xabi Alonso pourrait bientôt quitter l’Espagne pour la Russie si l’on en croît ses goûts vestimentaires. Le joueur du Real a en effet posté sur son twitter, une photo du maillot russe avec ce commentaire elliptique: ‘L»équipement russe, c’est de la qualité». Certes le maillot russe qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de la Roja, pourrait expliquer ce soudain accès de russophilie.

Libé
Jeudi 14 Juin 2012

Lu 197 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs