Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rumeur parisienne ou acte de pédophilie dans la ville ocre ? : Une plainte contre X et une demande de comparution de Luc Ferry devant la Cour d’appel de Marrakech




Rumeur parisienne ou acte de pédophilie dans la ville ocre ? : Une plainte contre X et une demande de comparution de Luc Ferry devant la Cour d’appel de Marrakech
Très tôt dans la matinée de vendredi 3 juin, l’avocat de l’Association marocaine « Touche pas à mes enfants », Yassine Kari,  était dans les locaux de la Cour d’appel de Marrakech. L’homme à la robe noire a déposé une plainte contre X, auprès du procureur général du Roi à Marrakech,  au nom de cette association de défense des enfants notamment contre la maltraitance et les abus sexuels, et demandé la comparution  de l’ancien ministre français de l’Education nationale, Luc Ferry, en tant que témoin, devant la justice marocaine. Cette plainte intervient après les propos de M. Ferry qui avait déclaré en direct du Grand Journal de Canal Plus qu’un  ancien ministre français avait été interpellé à Marrakech pour des actes de pédophilie.
« Nous demandons que Luc Ferry révèle à la justice marocaine toutes les informations dont il dispose sur cette affaire. La France et le Maroc doivent absolument coopérer pour la manifestation de la vérité. M. Ferry a-t-il relayé une rumeur ? A-t-il, au contraire, livré un fait avéré ? Seule la justice pourra se prononcer et faire toute la lumière sur cette affaire. Aujourd’hui, l’opinion publique marocaine réclame la vérité, toute la vérité », a déclaré Me Yassine Kari  à « Libération ».
Alors que l’avocat de « Touche pas à mes enfants » était en train de déposer une plaine devant la Cour d’appel de Marrakech, Luc Ferry était au même moment entendu par la brigade des mineurs de la police judiciaire de Paris comme témoin. Au cours de cette audition, l’ex-ministre philosophe  devait être interrogé sur ses allégations. Le parquet de Paris avait annoncé dès le mercredi 1er juin, soit 48 heures après la sortie médiatique du célèbre philosophe, l’ouverture d’une enquête préliminaire.
Lundi 30  mai, le philosophe français avait lâché une bombe sur le plateau du Grand Journal de Canal +. Devant un Ali Baddou interloqué, il affirmait de manière presque anodine et avec une rare désinvolture  qu’«un ancien ministre s’était fait poisser à Marrakech dans une partouze de petits garçons ». Rumeur parisienne ou acte de pédophilie avéré ? L’ancien responsable gouvernemental ne s’embarrasse d’aucun souci d’éthique. D’un plateau de télévision à l’autre, il enfonce le clou tout en déclarant  qu’il ne dispose d’«aucune preuve dans cette affaire » et qu’il n’a jamais été témoin de quoi que ce soit. Il tient cette information, assure-t-il, des plus hautes autorités de l’Etat français.Si la classe politique française s’est amplement scandalisée de ces accusations graves portées, sans preuve, contre un ancien ministre –probablement appartenant au  gouvernement Raffarin- personne, ou presque, ne s’est ému de la désinvolture de M. Ferry quand il parle très naturellement de  « partouze avec des petits garçons à Marrakech ».
La désinvolture de M. Ferry devant des crimes contre l’enfance
Au Maroc, la pédophilie est considérée comme un crime grave. C’est la raison pour laquelle de telles affaires sont examinées par des juridictions supérieures,  la Cour d’appel. Il y a quelques semaines à peine, la justice marocaine a condamné un ressortissant espagnol qui abusait de jeunes enfants à une peine exemplaire, 30 ans de prison.
M. Ferry affirme que les faits auxquels il fait allusion seraient « bien antérieurs aux années 2000 », histoire de mieux noyer le poisson dans l’océan de la prescription. Pas si sûr, rétorque l’avocat Yassine Kari. « Pour nous, les faits remontent au 30 mai 2011, date à laquelle M. Ferry a révélé ces actes de pédophilie qu’auraient commis un ancien ministre français », fait valoir l’avocat de « Touche pas à mes enfants », écartant toute prescription.
La plainte de l’association marocaine déposée devant le tribunal de la ville où ce crime contre l’enfance aurait été commis, Me Yassine Kari va rester en contact avec le parquet général. « Le parquet va en principe nous tenir informé de l’évolution de la procédure ».
Samedi 4 juin à Lille, deux associations « Les amis de l’Association marocaine des droits humains » et « Mémoire vie, agir pour la citoyenneté au Maroc » qui comptent elles aussi déposer une plainte contre X  en France ont lancé un appel pour dire « non à l’impunité des actes de pédophilie dont sont victimes plusieurs mineurs au Maroc », appeler à ce que soit levé le voile « sur ces pratiques qui touchent l’intégrité physique de mineurs en profitant de la pauvreté de leurs familles » et « exiger toute la lumière sur cette affaire » soulevée par Luc Ferry.  En ces temps de réforme, le pavé dans la mare parisienne de l’ex-ministre de Sarkozy peut avoir valeur de test pour le degré d’indépendance de la justice marocaine. 

Narjis Rerhaye
Lundi 6 Juin 2011

Lu 440 fois


1.Posté par Isa le 06/06/2011 11:45
BIen, mais si ces faits sont avérés, comment cela se fait-il que pas un marrakchi ne parle ?? Quelqu'un à Marrakech doit être au courant, qu'ils parlent !!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs