Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ruée vers les monnaies virtuelles en Russie




"La forme de monnaie que nous avons l'habitude d'utiliser est sur le point de disparaître", prophétise Dmitri Marinitchev au milieu du boucan assourdissant de centaines d'ordinateurs lancés dans d'intenses calculs mathématiques complexes.
C'est dans la banlieue de Moscou que cet entrepreneur de 42 ans, également médiateur auprès du gouvernement russe pour les questions liées à internet, a installé une entreprise à la tâche peu commune: celle d'amasser pour le compte de ses clients des monnaies virtuelles.
Dans plus de 9.000 mètres carrés de hangars et d'entrepôts pour le moment encore en partie vides, les appareils assemblés par la société sont empilés sur des étagères au milieu d'un enchevêtrement de câbles et de ventilateurs, censés compenser la chaleur étouffante dégagée par leurs calculs permanents.
Ces opérations permettent, via une technologie connue sous le nom de "blockchain", de créer -- telle une planche à billets virtuelle -- les crypto-monnaies comme le bitcoin, utilisées pour certains paiements en ligne ou échangées sur les marchés virtuels contre roubles, dollars ou euros.
Si leurs détracteurs mettent en avant les risques liés aux fluctuations rapides de leur valeur ou à l'absence de régulation, ces monnaies attisent de plus en plus les convoitises. Longtemps méfiantes, les autorités, y compris en Russie, s'y intéressent pour embrasser la tendance mais aussi renforcer les contrôles.
Surtout, ces monnaies -- bitcoin, ether, litecoin... -- intéressent de plus en plus de particuliers, attirés par l'espoir de gains financiers rapides.
Surnommée "minage", leur fabrication sur réseaux est accessible à "n'importe qui un tant soit peu familier avec l'informatique", assure Dmitri Marinitchev, dont la firme est l'une des pionnières du marché en Russie. "Ce n'est pas plus compliqué que d'acheter un téléphone et de se connecter au réseau mobile".
Une étrange pénurie touche ainsi depuis plusieurs mois les étals des magasins russes d'informatique: les cartes graphiques et les processeurs sont en rupture de stock. Ces composants, qui permettent de doper la puissance des ordinateurs, servent en effet au "minage" de monnaies virtuelles.
"L'explosion de la valeur des monnaies virtuelles a rendu le +minage+ rentable et viable en tant qu'activité professionnelle", explique Sergueï, un informaticien de 29 ans qui fait tourner une demi-douzaine de cartes graphiques branchées sur le réseau électrique de l'entreprise pour laquelle il travaille.
Sergueï s'est lancé dans le "minage" en mars, au moment où la valeur du bitcoin et de son principal rival, l'ether, créé par le programmeur russo-canadien Vitalik Bouterine, atteignaient des niveaux records sur les plateformes d'échange.
Depuis le début de l'année 2017, le bitcoin a plus que quadruplé sa valeur pour atteindre plus de 4.000 dollars début août, tandis que celle de l'ether a été presque multipliée par 50 pendant la même période, atteignant un pic à 374 dollars en juin.
Toutefois, si l'assemblage d'un appareil de "minage" est relativement aisée, sa consommation en électricité reste très élevée, pouvant rapidement atteindre l'équivalent de celle de plusieurs ménages.
"Tous mes amis qui s'intéressaient au bitcoin ou à l'ether se sont mis à construire des appareils et à les brancher sur leur réseau d'entreprise, et j'ai fait de même. D'autres ont détourné les câbles électriques municipaux", raconte Sergueï.
La Russie jouit d'une situation unique, qui devrait favoriser l'expansion des entreprises comme celles de M. Marinitchev: le coût de l'énergie y est bas et le climat froid permet d'économiser sur le nécessaire refroidissement du matériel.
Longtemps méfiantes, les autorités semblent avoir pris conscience de cette force: une loi qui doit être examinée à l'automne par les députés prévoit de légaliser la possession et la création de monnaies virtuelles sur le territoire.

Mercredi 23 Août 2017

Lu 107 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs