Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ronaldo s’offre son deuxième Ballon d’or

Platini : «Il y a un petit quelque chose qui a changé dans le Ballon d’or»




Ronaldo s’offre son deuxième Ballon d’or
La performance individuelle a donc primé sur le palmarès: Cristiano Ronaldo a remporté lundi son deuxième Ballon d’or, après celui de 2008, aux dépens de Franck Ribéry, qui avait pourtant tout gagné avec le Bayern Munich la saison passée.
Jamais Ballon d’Or n’avait suscité autant de passion, débats et polémiques. Et ce n’est sans doute pas fini. L’Allemagne, qui adule Ribéry, lui qui a tout remporté avec le Bayern -Bundesliga, Ligue des champions, Coupe d’Allemagne, SuperCoupe d’Europe et Mondial des clubs- n’est pas prête de pardonner ce crime de lèse “Kaiser Franck”. Sans oublier son titre de joueur UEFA l’été dernier.
Ribéry, à l’annonce du lauréat lors du gala, a accusé le coup dans la salle. Il y a de quoi. France Football, qui avait d’ailleurs annoncé le lauréat sur son site internet avant qu’il ne soit connu à Zurich lors de la cérémonie, a précisé que le Français arrive troisième du vote.
“Je suis déçu car le Ballon d’Or, pendant 50 ans, a tenu compte du résultat, du palmarès sur le terrain. Là, on en est à la valeur globale des joueurs et ça pose problème”, a d’ailleurs déploré Michel Platini, président de l’UEFA, au micro de L’Equipe 21. 
Et Platini d’asséner qu’”il y a un petit quelque chose qui a changé dans le Ballon d’Or depuis qu’il est passé à la Fifa”. Avant seul France Football l’organisait.
Car Cristiano Ronaldo, 28 ans, n’a rien gagné avec le Real Madrid en 2013. Ce sont ses statistiques “perso” (69 buts en 59 matches) qui lui ont valu la récompense suprême. Au même titre que ses performances, enfin à la hauteur avec la sélection portugaise, comme lors du barrage pour le Mondial-2014 remporté contre la Suède, avec notamment un triplé au retour.
C’est d’ailleurs la prise en compte de ce barrage retour dans les votes qui avait fait couler beaucoup d’encre. 
Le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, évoquait récemment ainsi à mots couverts dans la presse allemande un complot anti-Ribéry: “Je crois que quelques personnes ont fait des choses et qu’il ne va pas gagner”.
Hoeness vise ici le changement des dates du vote. Initialement le scrutin pour le trophée (journalistes, sélectionneurs et capitaines des équipes nationales, à part égale) devait être clos au soir des barrages aller en Europe (15 novembre).
Mais arguant d’un “nombre de votes à la date limite trop faible pour être suffisamment représentatif”, le suffrage avait été “rallongé de deux semaines (jusqu’au 29 novembre)” par la Fifa et l’hebdomadaire France Football, qui gèrent de concert ce prix.
Or, le barrage retour du Mondial le plus médiatique de la zone Europe, Suède-Portugal, a eu lieu le 19 novembre, et le triplé de Cristiano Ronaldo a fait le tour des télévisions et sites internet. De là à lui rapporter un supplément significatif de voix ? 
Non, à en croire le directeur de communication de la Fifa, Walter de Gregorio, qui a assuré à quelques heures du dénouement lundi que si le taux de participation est bien passé de 50% au 15 novembre à 88% au 29 novembre, “le classement” des trois finalistes était resté “le même” entre ces deux dates.
Certains pro-Ribéry ont vu dans la modification de la fenêtre de votes une sorte de compensation -ce qu’a toujours réfuté la Fifa- après l’incident diplomatique Blatter-Ronaldo.
En visite à l’Université d’Oxford, Joseph Blatter, président de la Fifa, avait été filmé en train de comparer Ronaldo à “un commandant sur le terrain”, confiant préférer Messi. Devant le tollé suscité au Real Madrid et au Portugal, Blatter avait dû présenter des excuses.
Aujourd’hui, tout cela est oublié pour Ronaldo, venu à Zurich célébrer l’évènement avec sept membres de sa famille. En larmes sur la scène, il n’a pu terminer son discours de remerciements, étranglé par l’émotion. Il est le roi de la planète football. 

CR7: “Pas de mot pour décrire 
ce que je ressens”
 
“Il n’y a pas de mot pour décrire ce que je ressens”, a commencé par déclarer Ronaldo sur la scène du gala à Zurich, avant de fondre en larmes quelques instants.
“Je suis très heureux, je voudrais remercier tous mes camarades de club et de sélection, toute ma famille dans la salle. Ceux qui me connaissent savent combien j’ai consenti de sacrifices pour gagner cette récompense”, a repris le joueur du Real Madrid.  Il devient le premier Portugais à recevoir deux fois le prestigieux trophée, après un premier sacre en 2008 sous les couleurs de Manchester United.
Le joueur originaire de Madère, et formé au Sporting Portugal, a ensuite voulu rendre hommage à Eusebio, autre grand joueur portugais récemment disparu, ainsi qu’à Nelson Mandela.
“Je voudrais remercier tous ceux qui m’ont fait confiance, je veux reparler aussi d’Eusebio et de Madiba et leur rendre hommage une dernière fois. Merci aussi à ma fiancée et ma mère qui sont dans la salle. Si je ne remercie pas tout le monde, excusez-moi, car je suis trop ému pour continuer à parler”, a ensuite conclu Ronaldo.
“Si on me l’a donné, c’est sans doute que je l’ai mérité, Messi et Ribéry l’auraient aussi mérité. C’est à chaque fois un moment particulier. Mais je dirais que ce deuxième Ballon d’Or était plus dans l’émotion, car ma mère et mon fils (monté sur la scène) étaient là.”


Les larmes de joie de Ronaldo à la Une de la presse
 
Les larmes de joie de Cristiano Ronaldo avec son fils, lors de la remise du Ballon d’or à Zurich lundi soir, faisaient la Une de la presse espagnole mardi.
L’attaquant du Real Madrid remporte à 28 ans son premier Ballon d’or depuis 2008, aux dépens de Franck Ribéry, arrivé troisième après Lionel Messi, quadruple tenant du titre dont la saison a pourtant été hachée par les blessures. 
“Cristiano a touché le monde du football avec son émotion lors de la remise du Ballon d’Or”, affirme le journal sportif Marca.
Le quotidien AS, très pro-Real Madrid, raconte “les larmes en or” de Ronaldo, allant jusqu’à affirmer que ce prix avait été célébré par certains supporteurs comme une victoire en Ligue des champions. 
Traduisant le bipolarisme de la presse sportive espagnole, AS estimait que “le meilleur a gagné” tandis que son concurrent Sport, défenseur du FC Barcelone et de Lionel Messi, affirmait que “cette fois, le meilleur n’a pas gagné”.
“Finalement, sa forte persévérance a été récompensée à Zurich. Il a obtenu la meilleure reconnaissance individuelle que puisse recevoir un footballeur: le très convoité Ballon d’or,” écrit le quotidien généraliste El Mundo.
Le journal El Pais souligne pour sa part que Ronaldo est parvenu “petit à petit, à changer son image de frimeur capricieux pour arriver à un moment clef, l’actuel, où il est perçu comme un joueur phare et, ce qui est encore mieux, une personne plus mûre”. Mundo Deportivo affiche à la Une le faible écart entre Ronaldo et Messi, 27,99% contre 24,72%, et regarde déjà vers la Coupe du monde de football au Brésil (12 juin-13 juillet), où le Portugal de Ronaldo et l’Argentine de Messi seront en lice.
“Cristiano a gagné” mais “Messi prévient: je ne pense pas à ce que j’ai fait, je pense à ce qui vient”, écrit le journal en Une.
 

Ils ont dit
 
Carlo Ancelotti, l’entraîneur de Cristiano Ronaldo au Real Madrid, a salué mardi “la personnalité” du Ballon d’Or élu lundi et souligné “les sacrifices qu’il consent sur le terrain et en dehors”.
“Son talent et sa capacité à marquer des buts ne m’ont pas surpris, mais j’ai été plutôt surpris par sa personnalité et les sacrifices qu’il consent à la fois sur le terrain et en dehors”, a déclaré l’Italien qui entraîne le Real depuis six mois.
“Il existe beaucoup d’exemples de joueurs de grand talent mais sans régularité, parce qu’ils ne sont pas professionnels à fond, a-t-il poursuivi. Dans le football d’aujourd’hui, si tu ne travailles pas tu ne peux pas exprimer ton talent, c’est une combinaison indispensable”.
 
Matthias Sammer (directeur sportif du Bayern Munich, sur le site du club): “C’est un vote démocratique. Il faut le reconnaître et le respecter. Mais pour nous, Franck est le meilleur. Il a tout gagné et tout fait pour ça. Mais d’autres ont décidé. Il a encore quelques belles années devant lui et peut encore gagner”.
 
Arne Friedrich (ancien international allemand, sur Twitter): “Désolé mais cette décision est une plaisanterie. Ronaldo est de classe mondiale mais personne d’autre que Ribéry méritait de l’emporter”.
 
 

AFP
Jeudi 16 Janvier 2014

Lu 429 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs