Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Risque accru de criminalité chez des jeunes au pouls lent au repos




Des jeunes en fin d'adolescence dont le rythme cardiaque au repos est lent paraissent courir un risque nettement accru de devenir à l'âge adulte des criminels, selon des chercheurs en Suède dont l'étude est publiée mercredi aux Etats-Unis.
Cette étude, menée sur un groupe de plus de 700.000 hommes, montre que ceux dont le coeur battait le plus lentement au repos quand ils étaient encore adolescents (60 pulsations par minute ou moins) avaient 39% plus de probabilité en vieillissant d'être inculpés de délits violents comparativement à ceux dont le pouls était plus rapide (au moins 83 pulsations/minute) dans leur prime jeunesse.
Ils couraient également 25% plus de risque de commettre des délits non-violents.
Les scientifiques pensent que ces pulsions violentes résultent de l'impact psychologique d'un coeur qui bat très lentement.
On sait que les personnes dont le rythme cardiaque est lent éprouvent de plus grandes difficultés à s'enthousiasmer ou à ressentir de l'excitation. De ce fait, elles auraient plus tendance à rechercher des expériences enivrantes et à prendre davantage de risques.
Un pouls apathique au repos est déjà lié à des comportements antisociaux chez des enfants et adolescents mais jusqu'alors on ignorait que cela pourrait être aussi un indicateur d'actes violents à l'âge adulte.
"Nos résultats confirment le fait qu'un coeur lent au repos est lié non seulement à des attitudes agressives et anti-sociales dans l'enfance et l'adolescence, mais accroît aussi le risque d'actes violents et de comportements antisociaux chez les adultes", souligne Antti Latvala du Karolinska Institute à Stockholm, le principal auteur de ces travaux parus en ligne dans le Journal of the American Medical Association, Psychiatry.
Ces chercheurs ont analysé des données provenant de 710.264 hommes en Suède nés entre 1958 et 1991 qui ont été suivis pendant une période allant jusqu'à 35 ans.
Le pouls et la tension artérielle des participants ont été mesurés lors de leur visite médicale pour le service militaire obligatoire quand ils avaient 18 ans.
Les résultats révèlent que 40.000 ont été plus tard inculpés de crimes violents.

Samedi 12 Septembre 2015

Lu 656 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs