Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Richard Bona, Melody Gardot et Goran Bregovic se disputeront la vedette de “Jazzablanca”

Les amateurs de guitare basse jazz seront comblés.




Si le Festival Mawazine va accueillir pour sa prochaine édition le bassiste virtuose Marcus Miller, Jazzablanca a, lui, fait appel à un autre génie du genre: Richard Bona, qui sera donc l’une des têtes d’affiche de la 11ème édition de ce grand rendez-vous casaoui des amateurs de jazz. Entre parade musicale, ateliers pour enfants, master class, concerts à ciel ouvert et concours de jeunes musiciens, le public de tout âge sera bien servi.

Après le franc succès de la 10ème édition, Jazzablanca revient, du 16 au 24 avril prochain, dans différents espaces publics de la métropole, offrant de la musique pour tous, avec des concerts valorisant la scène marocaine.  Jazzablanca qui, depuis sa création en 2006, a accueilli les plus grands noms du jazz, de Al Di Meola à Aloe Blacc, en passant par  Al Jarreau, Marcus Miller, Ibrahim Maalouf, ou encore Patti Smith, perpétuera la tradition avec des têtes d’affiche renommées tels le Camerounais Richard Bona, l'Américaine Melody Gardot et l'artiste  serbo-croate Goran Bregovic qui se disputeront la vedette de cette 11ème édition. Le bassiste camerounais, considéré comme une référence du jazz contemporain, investira les gradins de l’hippodrome d’Anfa le dimanche 17 avril. C’est la deuxième fois que celui que les fans surnomment «The African Sting» donne un concert au Maroc, après un passage remarqué au Festival Gnaoua d’Essaouira en juin 2013. Mardi 19 avril, la scène Anfa accueillera Melody Gardot, la chanteuse de jazz américaine qui avait déjà séduit le public du festival en 2013. Celle qui se définit comme une "citoyenne du monde" sera de retour cette année pour présenter son nouvel album «Currency of Man». Quant à Goran Bregovic, il déposera ses valises et celles de son orchestre à Jazzablanca, le mercredi 20 avril. Musicien issu de l'ancienne Yougoslavie, Goran Bregovic est mondialement connu pour ses compositions de bandes originales aux films d'Emir Kusturica. Sa musique festive mêle sonorités tziganes et world music. Pour cette prochaine édition, le Festival Jazzablanca souhaite entreprendre une démarche "inclusive" en donnant plus d'importance aux événements gratuits. Pour ce faire, un partenariat a été établi avec la société de développement local Casablanca Events & Animation, en charge d'améliorer l'image de la métropole économique depuis juin 2015. De par ce partenariat entre deux acteurs culturels, le festival prend donc plus d’envergure, en passant de 6 à 9 jours de festivités et en proposant plus d’activités gratuites pour l’ensemble des Casablancais.
«Le festival confirme ainsi son ambition de renforcer l’animation de la ville par une programmation éclectique de qualité, d’offrir à la scène locale montante l’opportunité de se produire dans des conditions professionnelles et d’aller à la rencontre de son public», estiment les organisateurs.
Il est, par ailleurs, à rappeler que Jazzablanca qui prend plus d’envergure, année après année, organise également un programme d’initiation au jazz pour les enfants en vue d’une représentation en public. Aujourd’hui, cet événement permet à des jeunes artistes marocains de profiter de l’évènement pour se produire devant un public connaisseur et acquérir une notoriété dans le pays. Les concerts de rue leur sont réservés, une chance de toucher de nombreux spectateurs.  
Selon les organisateurs, cette rencontre  musicale, qui a vu le jour grâce à des passions communes et aux efforts conjugués des entreprises privées, autorités et professionnels de l’animation culturelle, est l’occasion de faire découvrir ou redécouvrir, le jazz aux Casablancais, un style musical encore «minoritaire» dans le paysage culturel marocain.  
Notons, enfin, qu’en tant que rendez-vous incontournable des amateurs de jazz, world, pop-rock et soul music, Jazzablanca a accueilli depuis sa création les plus grands noms de la scène musicale internationale, à l’instar de Marcus Miller, Keziah Jones, Patti Smith, Ibrahim Maalouf ou encore Stacey Kent.

Mehdi Ouassat
Jeudi 18 Février 2016

Lu 2738 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs