Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revue éditoriale quotidienne de la presse digitale




Revue éditoriale quotidienne de la presse digitale
Plusieurs sujets retiennent vendredi l'attention de la presse digitale, notamment l'interpellation à Paris de deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, pour tentative d'extorsion de fonds du Maroc et les élections communales et régionales.

Revenant sur l'interpellation à Paris de deux journalistes français, Eric Laurent et Catherine Graciet, pour tentative d'extorsion de fonds du Maroc, "Alayam24.com" reprend les propos de l'avocat français Me Dupond-Moretti, qui a relevé notamment que "les conséquences géopolitiques de ce type d'agissement sont considérables". 

"Medias24.com" publie un ''récit fourni par téléphone en exclusivité'' pour le site d'information par Me Dupond-Moretti dans lequel il précise que "la qualification que retiendraient les juges est importante. La tentative de chantage et d'extorsion de fond est une qualification a minima. Nous demandons une seconde qualification : l'association de malfaiteurs. Nous voulons obtenir une réponse claire à deux questions : "à qui profite le crime? quel est le mobile?"''

Selon "Medias24.com", Me Dupond-Moretti n'est pas convaincu que l'extorsion de fonds soit le seul mobile. "Il n'exclut pas une tentative de déstabilisation du Maroc".

"Al Huffington post Maroc" va dans ce sens en revenant sur l'interview de Me Dupond-Moretti à RTL, dans laquelle il questionne les motivations des journalistes interpellés. 

"On se demande d'ailleurs quels sont les mobiles. Est-ce que c'est la vénalité? ou est-ce que cet homme et cette femme n'ont pas été instrumentalisés par un groupe? et en particulier, on se pose la question du terrorisme. Je le dis très sérieusement, et c'est l'instruction qui déterminera le mobile. Les conséquences géopolitiques de ce type d'agissement sont considérables", dit l'avocat du Royaume.

Dans la même lignée, Me Dupond-Moretti précise, dans une déclaration à "Quid.ma", que "cette opération puisse s'inscrire dans les tentatives de déstabilisation du Royaume qui est en première ligne dans la lutte contre le terrorisme ainsi que les entreprises qui ont déjà par le passé installé les relations entre Paris et Rabat dans la tension", expliquant que c'est là la perspective qu'il compte demander à la justice française de prospecter.

Sur un autre volet, "Hespress.com" indique que la proportion des nouveaux candidats au titre des élections communales prévues le 4 septembre prochain s'est élevée à 70% au niveau national, selon une source proche du ministère de l'intérieur.

Le journal électronique rappelle que le nombre de candidatures déposées au titre des élections communales et régionales a atteint respectivement 130.925 et 7.588 candidatures. 

Pour sa part, "Le360.ma" s'attarde sur l'implantation d'une usine automobile du constructeur français PSA Peugeot Citroën au Maroc, laquelle implantation a donné, selon une étude de l'Oxford Business Group, une nouvelle impulsion à l'industrie marocaine, renforçant le positionnement du Royaume sur le marché mondial de l'industrie automobile. 

Nécessitant un investissement de 557 millions d'euros, les travaux de construction de la nouvelle usine du groupe PSA Peugeot Citroën à Kenitra devraient débuter en 2016, ajoute-t-on de même source, indiquant que les premiers véhicules devraient sortir des chaînes de production en 2019.

S'appuyant sur les données publiées par le ministère de l'économie et des finances, "Alyaoum24.com" se penche sur la hausse de la demande des Marocains de prêts immobiliers. 

Le journal fait référence à la note de conjoncture économique d'août 2015 émanant de la direction des études et des prévisions financières (DEPF) du Ministère des finances, qui relève que les crédits immobiliers ont connu une hausse de 6,1 pc pendant les premiers mois de l'année en cours, allégeant simultanément l'impact de la régression qu'ont accusé les crédits consentis aux promoteurs immobiliers, et qui ont connu un recul de l'ordre de 8,5 pc pour la même période. 

Citant un communiqué du ministère de la santé, "Febrayer.com" indique, pour sa part, qu'une équipe médicale à Imilchil (province de Midelt) a diagnostiqué 9 cas de la maladie du Charbon cutané causée par la proximité avec des bovins atteints de la même pathologie.

Cette situation épidémiologique n'est pas inquiétante, indique la même source, ajoutant que tous ces cas ont été pris en charge et sont mis sous traitements antibiotiques, et que les services sanitaires et vétérinaires locaux ont pris les dispositions nécessaires pour circonscrire l'épidémie. 

"Goud.ma" s'attarde sur le procès qui s'est déroulé jeudi à la chambre criminelle près la cour d'Appel de Meknès, dans lequel dix membres d'un réseau de trafic de drogues dures ont été entendus sur les crimes qui leur sont attribués, et pour lesquels ils ont été condamnés à 38 ans de prison ferme pour, entre autres chefs d'accusation, détention et commercialisation de drogues dures. 

Libé
Vendredi 28 Août 2015

Lu 623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs