Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revue de presse quotidienne du lundi 26 octobre 2015


Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés lundi 26 octobre 2015




*Le Matin.:

- Les centrales syndicales, qui disent ne pas avoir été concertées au sujet du projet de loi de finances pour 2016, affûtent déjà leurs armes en préparation d'une riposte. L'UMT compte prendre position contre cette nouvelle loi, "dont le contenu et la forme ne respectent pas les engagements pris par l'exécutif", selon le secrétaire général de l'UMT, Miloudi Moukharik. L'UGTM qualifie l'attitude du gouvernement d'irresponsable. Contacté par "le Matin", Mohamed Moubdi, ministre chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l'administration, se dit habitué à ce genre de "remontrances".

- Exceptionnel. Les engagements de la Banque mondiale au Maroc doivent atteindre, pour la troisième année consécutive, plus d'un milliard de dollars en 2016 (année fiscale juin 2015-juillet 2016). Au vu des opérations (prêts et dons) programmées, les financements cumulés entre 2014 et 2016 s'élèveraient à environ 3,5 milliards de dollars, selon une déclaration au "Matin Eco" de Michael Hamaide, chargé des opérations principal de la Banque mondiale pour le Maroc. Ceci alors que le Cadre de partenariat stratégique (CPS) pour la période 2014-2017 propose une enveloppe potentielle de 4 milliards de dollars. 

*Aujourd'hui le Maroc.:

- Dans son rapport annuel, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) indique que l'année 2014 a été faible en termes d'emplois créés. Il a par ailleurs souligné qu'en dépit des montants énormes consacrés à l'école (un quart du budget général, soit 10 fois plus que la moyenne mondiale), les élèves trouvent encore des difficultés à acquérir les compétences de base. Le CESE affirme aussi qu'en 2014, pas moins de 40 pc de la population était toujours exclue de tout système de couverture. D'autre part, le Conseil estime que la réussite de la régionalisation nécessite tout d'abord l'élaboration d'une Charte de la déconcentration des compétences et des moyens.

- Le ministère de l'Industrie, du commerce et de l'économie numérique renforce la sécurité des jouets. Les fabricants et les importateurs sont désormais soumis à des règles de sécurité draconiennes pour les jouets mis sur le marché. C'est ce que prévoit un arrêté du ministre publié dans le bulletin officiel du 15 octobre 2015. Les producteurs doivent notamment analyser les risques d'inflammabilité, de radioactivité et d'hygiène du jouet pour procéder par la suite à une évaluation de l'exposition potentielle des utilisateurs des jouets à ces dangers. En outre, les jouets doivent être composés de matériaux difficilement inflammables, et s'ils s'enflamment, ils doivent brûler lentement et présenter une faible propagation de la flamme.

*L'Opinion.:


- La stratégie nationale en matière d'énergies renouvelables marque un changement radical du modèle économique du Maroc, a affirmé, vendredi à Paris, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Nizar Baraka. Cette politique, portée par SM le Roi Mohammed VI, reflète l'engagement fort du Royaume en faveur de la préservation de l'environnement et de la lutte contre le changement climatique, a-t-il souligné lors d'un colloque organisé au siège du CESE français. La stratégie énergétique du pays vise à atteindre une part de 42 pc d'énergies renouvelables en 2020. 

- L'agence de notation internationale Fitch Ratings vient de confirmer les notes "BBB-" et "BBB" du Maroc respectivement pour ses émissions souveraines de long-terme en devises et en monnaie locale avec une perspective stable. La note de plafond souverain "BBB" et la note "F3" de la dette à court terme en devises ont été également confirmées par l'agence mondiale de notation financière. Fitch explique dans un communiqué que le maintien de ses notes pour le Maroc est dû notamment à sa stabilité macro-économique et ses efforts soutenus déployés pour réduire le déficit et la dette extérieure.

*Libération.:

- Alors que la direction du polisario dépense des millions d'euros pour couvrir les frais de déplacements de ses représentations à l'étranger et pour recevoir les différents émissaires, les populations sont submergées par des précipitations et orages peu habituels dans cette contrée. Cette situation qui n'a laissé indifférents que le polisario et l'Algérie continue à susciter les réactions. Mahjoub Salek, fondateur du mouvement Khatt Achahid opposé à la direction du polisario, demande à ce que les caciques du polisario soient poursuivis pour crimes contre l'humanité.

- L'Education nationale continue à servir de champ d'expérimentation par excellence pour les bonnes et les mauvaises politiques. La dernière expérience en date n'est autre que celle de Rachid Benmokhtar qui vient de fixer le seuil de passer entre les classes du primaire à 5/10 et à 10/20 au niveau du secondaire. Une mesure qui vise, selon lui, à garantir la maîtrise par les élèves d'un seuil minimum de connaissances et de savoirs comme condition primordiale de la réussite. En décodé, le ministre veut mettre un terme à la prolifération des seuils qui varient d'un établissement scolaire à l'autre et qui a été fortement encouragée dans le cadre du programme de "L'école de la réussite".

*Al Bayane.:


- Le ministre de l'Habitat et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah, s'est déplacé vendredi dernier dans la région Casablanca-Settat pour s'enquérir de l'état d'avancement du projet de la nouvelle cité Lakhiayta. Il a souligné, dans une déclaration à la presse, la nécessité de prévoir un plan de relance global, visant l'implication des autres départements ministériels et les organismes concernés pour concrétiser la stratégie de l'Etat en matière de politique sociale dédiée à l'habitat et aux nouvelles villes.

- L'affaire de la Samir, la seule raffinerie dont dispose le pays, continue de faire couler beaucoup d'encre. Le gouvernement se veut de plus en plus ferme dans sa position et réclame le paiement de l'ensemble des dettes de la société, la préservation des 1.200 emplois et la sauvegarde des droits du personnel. D'aucuns se demandent si la douane ou plutôt l'Etat vont pouvoir passer à l'acte et opter pour l'opération de saisie des biens de la Samir prévue d'ici la fin du mois d'octobre.

*L'Economiste.:

- Le gouvernement parie sur une croissance de 3 pc. L'année prochaine, la performance du secteur agricole sera négative. Il faudra donc une bonne tenue de l'autre composante du PIB pour atteindre les objectifs. Le projet de loi de Finances apporte à cet effet au moins deux réponses pour redonner confiance aux chefs d'entreprises. La TVA sur investissement sera remboursée au-delà des trois ans exonérés. L'autre mesure en faveur des entreprises est l'instauration d'une nouvelle grille pour l'impôt sur les sociétés.

- La croissance en 2016 ne serait pas tirée par l'agriculture, mais principalement par le secteur non agricole. C'est le résultat de la rentrée en plein régime des stratégies sectorielles que notre pays a engagées depuis plusieurs années dans des secteurs tels que les métiers mondiaux du Maroc, a indiqué dans un entretien au journal le ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid. Il a ajouté qu'il est permis d'espérer également une relance du secteur du BTP tiré par les investissements publics ainsi que le secteur du tourisme et les services d'une manière générale pour créer de nouveaux emplois.

*Assabah.:


- Le ministre de la Santé El Houssaine Louardi a indiqué que les enseignants chercheurs qui veulent travailler dans des cliniques privées doivent remplir certaines conditions pour obtenir l'autorisation. Ils doivent notamment mentionner dans leurs demandes qu'ils soumettent à la commission de suivi et de surveillance des garanties qui prouvent que leur travail deux heures par semaine en après-midi n'affecterait pas leur emploi dans les centres hospitaliers universitaires ou dans les facultés de médecine. Pour avoir l'autorisation, ils doivent également disposer d'une assurance contre les risques professionnels et respecter la déontologie professionnelle.

- Une équipe scientifique composée d'experts et de géologues, nationaux et étrangers, ont commencé à prospecter le pétrole et le gaz dans différentes sites marocains, notamment dans la région Fès-Meknès. Cette initiative émane de l'Office national des hydrocarbures et la société Shell. La prospection concernerait des endroits dans différentes préfectures et provinces, notamment Taza, Guercif, Berkane, Oujda, Midelt, Taounate et la commune de Debdou située dans la province de Taourirt.

* Bayane Al Yaoum.:

- Le ministre de l'Habitat et de la politique de la ville, Mohamed Nabil Benabdellah, appelle à mettre en place un cadre général pour une bonne gouvernance immobilière qui réponde aux exigences du développement économique et social. Benabdellah, qui s'exprimait à l'ouverture des assises du 7ème Congrès national de l'Ordre national des ingénieurs géomètres-topographes (ONIGT), a affirmé que la politique foncière est un pilier essentiel pour la réussite des stratégies sectorielles et la résorption de toutes les formes de l'habitat indécent.

- Le ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, Abdelaziz El Omari, annonce le lancement de l'étape constitutive de la démocratie participative en matière de législation. Il souligne que cette étape requiert sagesse, mise en œuvre progressive de cette démocratie et renforcement de la participation des citoyens et de la société civile dans la chose publique.

*Al Haraka.:


- La ville de Tanger a retrouvé son lustre d'antan sous le règne de SM le Roi Mohammed VI, écrit le quotidien britannique "The Guardian". La ville mythique du Détroit, qui jouissait d'une stature internationale dans les années 1920 comme celle des grandes métropoles mondiales telles que Paris, Londres ou New York, connaît aujourd'hui une renaissance et une vraie mutation sur tous les plans, a ajouté le journal dans un article publié vendredi dans sa rubrique touristique. Tanger, dans laquelle quelques scènes du film "Spectre" de James Bond ont été tournées, parvient à faire parler d'elle grâce aux importantes potentialités touristiques qu'elle recèle.

- La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) organise, mercredi 04 novembre à Skhirate, son premier forum économique dédié à la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région SEMED). Baptisé "Libérer le potentiel", ce rendez-vous consacré aux économies de l'Egypte, de la Jordanie, du Maroc et de la Tunisie, se déroulera sous les auspices du ministère marocain de l'Economie et des finances, en collaboration avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), indique vendredi un communiqué de la BERD.  

*Al Alam.:

- Les autorités algériennes ont déployé un grand nombre de leurs forces sur le long des frontières des camps de Tindouf dans une tentative d'empêcher les protestataires de s'enfuir en dehors des camps, selon des sources informées. L'Algérie a cerné les camps par des chars et des blindés pour ne pas permettre aux habitants de fuir en raison des pluies diluviennes qui ont frappé la région le 17 courant et provoqué des inondations ayant causé l'écroulement de centaines de maisons et le déplacement de plusieurs familles.

*Al Massae.:

- Le ministère de l'Education nationale et de la formation professionnelle a anticipé les résultats de l'audit mené par l'inspection générale sur les marchés conclus dans le cadre du programme d'urgence 2009-2012 en annonçant un mouvement de mutation interne des délégués sans concours préalable, dans l'attente de la destitution de responsables.

- Le ministre de l'Habitat et de la politique de la ville, Nabil Benabdellah, a indiqué que "la plupart des villes marocaines ne disposent pas de foncier garantissant le développement des services, des espaces et des équipements", ajoutant lors de son intervention au 7ème congrès national de l'Ordre national des ingénieurs géomètres topographes (ONIGT), tenu vendredi à Skhirat, que "la question de la politique foncière est devenue une priorité qui mérite d'être examinée". Le président de l'ONIGT, Mohamed Chrourou, a souligné qu'"il est nécessaire de mettre en œuvre la politique foncière au Maroc pour garantir une justice fiscale".

*Rissalat Al Oumma.:


- Un rapport de la Direction du trésor et des finances extérieures a révélé que le volume de la dette de trésorerie interne et externe a atteint 608,4 milliards de dirhams (MMDH) au premier semestre 2015, contre 586,6 MMDH à fin 2014, enregistrant une hausse d'environ 21,8 MMDH. Pour ce qui est des taux d'intérêt, ils culminent à 17,2 MMDH.

- Le Syndicat national de l'enseignement supérieur demande au gouvernement de respecter le dialogue, appelant à ne soumettre le projet de loi du service sanitaire national à l'approbation qu'après un dialogue élargi avec les étudiants et les médecins internes et résidents pour dégager un consensus.

*Al Ittihad Al Ichtiraki.:

- La rencontre ayant réuni, d'un côté, les représentants des étudiants des facultés de médecine et les représentants des médecins internes et résidents, et de l'autre côté, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid, n'a pas abouti à une issue à la crise dans les facultés de médecine et les hôpitaux universitaires. Le chef du gouvernement a affirmé aux médecins que "l'Etat ne peut dialoguer sous la pression des grèves", appelant les grévistes à mettre fin aux protestations.

- Le Maroc a informé l'Union européenne des prévisions de la saison agricole 2015-2016 qui révèlent une baisse de la production des tomates par rapport à la saison précédente, et ce, lors d'une réunion de responsables marocains avec "le conseil des experts des tomates" au sein de l'UE, qui comprend des producteurs de tomates et des associations d'agriculteurs.

*Attajdid.:


- Un rapport du pôle financier de Casablanca élaboré en partenariat avec "Paris Eurobourse" a estimé que le marché financier marocain est parmi les plus importants en Afrique et le plus développé, prenant comme indice le niveau de capitalisation dans les différents secteurs. Le rapport a ajouté que la valeur des crédits financiers des banques marocaines aux entreprises du marché local représente 45 pc du PIB, contre 20 pc pour des pays comme la Tanzanie, la Zambie et le Niger, et 25 pc pour Nigeria, Kenya, Botswana et le Sénégal.

- Le gouvernement a achevé le projet du Plan national de l'eau dont le coût est estimé à 260 milliards de dirhams, et le soumettra prochainement au Conseil supérieur de l'eau et du climat pour approbation en vue de donner une vision claire à tous les acteurs du secteur à l'horizon 2030 à travers l'élaboration d'un plan de travail pour préserver et développer les ressources hydriques. Ce plan de travail comprend la construction de barrages et le lancement de chantiers d'envergure en 2016 pour un montant de 1.800 millions de dirhams.

*Akhbar Al Yaoum.:

- Des statistiques du ministère de l'Habitat et de la politique de la ville ont relevé un recul du logement social de 40 pc au cours des huit premiers mois de 2015, notant qu'entre janvier et août, seulement 21.700 logements sociaux ont obtenu le certificat de conformité, tandis qu'en 2014 ce chiffre a atteint 39.000 et en 2013 il s'est établi à 53.000 logements.

- Un protocole d'accord de coopération entre l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et la Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMADA) a été signé, jeudi à Salé, en appui à l'action du Maroc en faveur de la coopération avec les pays africains. En vertu de cet accord, signé par le PDG de MAMDA, Hicham Belmrah, et le représentant de la FAO au Maroc, Michael George Hage, la MAMDA "prendra les dispositions nécessaires pour le versement direct à la FAO d'un montant total de 500.000 dollars (USD)".

*Al Ahdath Al Maghribia.:

- Le ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile, Abdelaziz El Omari, a annoncé la création, avant la fin du mois de décembre prochain, d'un centre d'appel et d'orientation des associations de la société civile. Ce centre permettra de communiquer avec les acteurs associatifs pour les accompagner et les informer en matière juridique afin de faciliter leurs tâches et leur rôle au service du développement local, régional et national, a affirmé le ministre à l'occasion du lancement des rencontres régionales relatives à l'accompagnement des associations en matière de démocratie participative et de gouvernance.

- L'agence de notation internationale Fitch Ratings vient de confirmer les notes "BBB-" et "BBB" du Maroc respectivement pour ses émissions souveraines de long-terme en devises et en monnaie locale avec une perspective stable. La note de plafond souverain "BBB" et la note "F3" de la dette à court terme en devises ont été également confirmées par l'agence mondiale de notation financière. Dans un communiqué rendu public, Fitch explique que le maintien de ses notes pour le Maroc est dû notamment à sa stabilité macro-économique et ses efforts soutenus déployés pour réduire le déficit et la dette extérieure.

Libé
Lundi 26 Octobre 2015

Lu 1064 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs