Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revue de presse hebdomadaire


Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire



Challenge.:

- L'endettement des entreprises et établissements publics pousse les ratios de la dette publique vers le haut. Les entreprises et établissements publics (EEP) sont de grands débiteurs et leurs dettes connaissent des rythmes de croissance qui peuvent hypothéquer leurs performances dans l'avenir. D'un montant de 214,7 milliards de DH, soit environ plus de 25 pc de la dette publique totale dont le montant a atteint jusqu'au premier semestre 2015 environ 823 milliards de DH, l'encours de la dette des EEP connaîtrait une évolution certaine en 2015 et 2016. Au niveau de sa composante intérieure, la dette garantie a atteint un montant de 20,4 milliards de DH contre 196 milliards de DH d'origine extérieure. C'est cette dette qui fait passer le ratio de la dette par rapport au PIB à environ 80 pc.

- "Alors que l'esprit d'entrepreneur a toujours été enraciné au Maroc, son potentiel est limité par un climat des affaires pas toujours suffisamment propice", a affirmé Laurent Chabrier, le directeur de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), qui a souligné que l'un des axes prioritaires de la stratégie de la BERD est de promouvoir le développement du potentiel entrepreneurial. Il a précisé dans un entretien que les entreprises privées "n'ont pas un accès suffisant au financement et font face à un éventail d'obstacles bureaucratiques et juridiques, qui les empêchent de se développer à la fois sur le marché domestique et à l'exportation".

*Le Canard Libéré.:

- Centrale laitière change de dénomination sociale pour devenir "Centrale Danone". Un changement dans la continuité qui conforte le leadership de l'entreprise. "Plus qu'un simple changement de nom, c'est la rencontre d'une marque historique Centrale laitière, et d'une marque internationale, Danone, devenue une référence sur le marché du yaourt au Maroc", a expliqué le top management du groupe en marge de la 16ème finale de la Danone Cup (10-12 ans).

- Les signes d'un réchauffement dans les relations entre le PJD et l'Istiqlal sont de plus en plus patents. Preuve, les appels du pied plus qu'explicites de Abdelilah Benkirane qui, lors d'une rencontre avec les siens, a déclaré qu'il "n'a jamais dit du mal de l'Istiqlal" tout en reconnaissant juste "quelques escarmouches" avec Hamid Chabat. Benkirane fait également les yeux doux à l'USFP dont il a dit avoir apprécié le vote de ses conseillers en faveur du candidat istiqlalien malheureux à la présidence de la deuxième Chambre. 

*Finances News Hebdo.:


- Au moment où le ministre de l'Economie et des finances Mohamed Boussaid ne voit pas d'austérité dans les budgets de l'Etat, le représentant de la CGEM et président de sa commission de fiscalité, Abdelkader Boukhriss, ne voit pas non plus de signaux de relance. La loi de finances, selon lui, cherche à retrouver quelques équilibres macroéconomiques, tout en mobilisant de nouveaux moyens en vue d'atteindre de nouveaux objectifs. Sans cacher sa satisfaction à l'égard de l'instauration de la TVA sur la marge du secteur agro-industriel et de l'exonération de la TVA sur investissement, Boukhriss dit être déçu de voir le gouvernement rater le rendez-vous avec la progressivité de l'IS, se contentant d'un IS proportionnel suite à l'introduction de nouveaux taux (10 et 31 pc).

- Conformément aux objectifs du gouvernement, l'indice du prix à la consommation demeure limité à une moyenne de 1,6 pc, l'inflation sous-jacente, quant à elle, est arrêtée dernièrement à 1,4 pc. Cela est dû en partie à une baisse notoire des prix des produits pétroliers importés, de la facture alimentaire et, surtout, à une politique monétaire rigoureuse. Les mêmes tendances devraient se poursuivre jusqu'à la fin de l'année.

*Le Reporter.:

- En dépit des avancées enregistrées, la représentativité de la femme dans la vie politique demeure insuffisante. Il en est de même pour l'accès au marché de travail avec un taux d'emploi de 22,7 pc, ainsi qu'aux organes de décision publics avec 24,2 pc seulement, alors que leur présence est notable parmi les cadres supérieurs (41,6% pc), dévoile une étude réalisée par le HCP.

- Selon le classement des 500 plus grandes entreprises marocaines, le groupe OCP a été sacré plus grande entreprise marocaine en termes de chiffre d'affaires réalisé en 2014, avec 48,916 milliards de dirhams, soit +4,2 pc. Avec ce chiffre, l'OCP a détrôné la Samir qui n'a fait que 44,44 milliards de dirhams. La troisième place est revenue à l'ONEE (29,552 milliards de dirhams). 

*La Nouvelle Tribune.:


- Selon un rapport du département de Benmokhtar, le recensement annuel du ministère de l'Education nationale fait état de 280.150 fonctionnaires en situation régulière, tandis que 596 n'ont pas été intégrés au recensement, relevant que les données de recensement recueillies auprès des différents services du ministère ont été recoupées avec celles de la base de données de la Trésorerie générale du Royaume.

- A en croire le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, Hafid Elalamy, l'engagement de son département à combattre le secteur informel, qui ouvre le champ à la concurrence déloyale et entrave la compétitivité économique au Maroc, est total: "ce qui dérange, c'est l'informel organisé et nous allons le combattre", dit-il. Se disant "partisan de la fermeté quand il s'agit de l'équité", il insiste sur l'impératif d'accompagner le "petit informel".

*La Vie Eco.:

- L'intervention du numéro deux de la délégation permanente marocaine à l'ONU, Abderrazzak Laâssel, fera date. Pour la première fois, le Maroc a eu une réaction agressive, mais aussi intelligente et pertinente. En effet, alors que l'ONU célébrait, le 23 octobre, son 70ème anniversaire, le représentant algérien au sein de l'organisation a sauté sur l'occasion pour revenir sur la question du Sahara, le droit à l'autodétermination et toute la rengaine habituelle. Une provocation de plus à laquelle le Maroc n'a pas manqué de riposter d'une manière inhabituelle, mais ferme.

- Un tournant majeur devrait être opéré dans le cadre de la stratégie portuaire à partir de l'année prochaine. Les travaux de deux des plus importants ports, prévus pour devenir des pôles portuaires régionaux, viennent d'être programmés pour 2016. Il s'agit de ceux de Nador West Med et de Kénitra Atlantic. Nador West Med est un complexe industriel et portuaire intégré offrant des infrastructures portuaires en zone franche, une plateforme industrielle franche sur une superficie de 1.500 ha et une zone de développement en dehors de la zone franche sur une superficie d'environ 2.500 ha.

*Maroc Hebdo.:


- C'est un Mohamed Boussaid confiant qui s'est présenté, vendredi 23 octobre, devant des dizaines de journalistes marocains et étrangers qui ont occupé les sièges de la salle des conférences du ministère de l'Economie et des finances à Rabat. Au menu, un exposé des grandes lignes du projet de loi de Finances 2016. Pendant près de deux heures, le ministre de l'Economie et des finances affichait clairement son enthousiasme, appelant d'emblée à éviter toute lecture superficielle du projet.

- Les signaux d'une rentrée sociale plutôt chaude se profilent et se précisent. L'UMT, chef de file du mouvement syndical national, annonce la couleur. La première critique concerne une actualité toute fraîche: la présentation du projet de loi de finances 2016 au Parlement. Il était convenu que ce transfert ne devait avoir lieu qu'après concertation préalable avec les partenaires sociaux et la prise en compte des revendications des syndicats. Le gouvernement, estime-t-on dans les milieux syndicaux, a décidé de passer outre une vraie négociation, préférant un passage en force fondé sur la seule arithmétique majoritaire de la ratification législative.

*Le Temps.:

- Après l'acier et le papier, c'est aujourd'hui au tour de la céramique de bénéficier d'un bouclier antidumping. Victimes de pratiques anticoncurrentielles depuis 2009, les industriels ont enfin été entendus. Le ministère délégué chargé du Commerce extérieur a approuvé l'ouverture de cette enquête à l'encontre de deux fournisseurs, l'un espagnol et l'autre italien, qui depuis 2009 se sont rendus coupables de pratiques anticoncurrentielles qui ont nui de manière conséquente aux affaires des producteurs marocains.

- Les choses semblent s'arranger pour la Samir. Du moins en apparence. Le Conseil d'administration de la Samir, unique raffineur national de produits pétroliers, a validé la décision d'augmenter le capital de 10 milliards de dirhams. Cette décision cadre avec la volonté du management de mobiliser les efforts dans le but de faire sortir ladite société de la crise dans laquelle elle s'est installée.

Libé
Samedi 31 Octobre 2015

Lu 975 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs