Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revue de presse des hebdos du samedi 09 janvier 2016


Voici les principaux titres développés par la presse hebdomadaire





*La Nouvelle Tribune.:

- Selon le ministre de l'Emploi et des affaires sociales Abdeslam Seddiki, 76 millions de dirhams au total ont été débloqués dans le cadre de l'indemnisation pour perte d'emploi (IDE), depuis l'entrée en vigueur de la loi y afférant en décembre 2014. Jusqu'à fin novembre dernier, 19.251 demandes ont été formulées dans le cadre de ce régime, dont 3.984 ont été traitées, avec le versement d'une somme de 76 millions de dirhams.

- L'Office national marocain du tourisme (ONMT) prévoit un plan d'action ambitieux à même d'atténuer l'impact négatif des facteurs exogènes sur la destination Maroc. La priorité consiste en l'accélération de la politique de diversification des marchés entamée depuis plusieurs années. Le plan d'action comprend notamment le renforcement de la desserte aérienne pour un véritable saut quantitatif, l'accélération du renforcement des parts de marché sur les marchés allemand, britannique et scandinave, le développement des marchés arabe, africain et asiatique et le renforcement de l'intérêt porté au tourisme interne.

*La Dépêche du Maroc.:

- Avortement: l'urgence oubliée. Chaque jour entre 800 et 1.000 avortements illégaux ont lieu au Maroc. Cette cause ne doit pas sombrer dans l'oubli. En Tunisie, l'avortement est non seulement légal depuis 1973, mais aussi pratiqué gratuitement jusqu'à trois mois de grossesse, et à la demande de la femme. Bahreïn, qui ne considère pas l'avortement comme un crime, exige uniquement la recommandation d'un médecin.

- Maroc-Suède: pas d'affect commercial. Selon les sources de la publication, la brouille diplomatique entre les deux pays n'affecterait pas les relations économiques. Des entreprises suédoises envisageraient une entrée sur le marché marocain, et certaines grandes entreprises suédoises déjà implantées au Maroc souhaiteraient investir encore plus dans le Royaume. Les chiffres parlent déjà d'un important investissement qui avoisinerait les 45 millions de dollars et qui générerait plus de 400 emplois. Une "plateforme interentreprises" va être mise en place.

*Le Canard libéré.:


- A fin novembre, les dépôts bancaires en cash ont enregistré une hausse de plus de 7 pc, atteignant 793 milliards de dirhams. Appréciation attribuable à la fois à l'amélioration de 6 pc des dépôts à vue auprès des banques à 442 milliards de dirhams, et à la croissance des bons de caisse de 7,5 pc à 168 milliards de dirhams.

- La sécheresse coûte très cher. La Mutuelle agricole marocaine d'assurance (Mamda) devrait verser un montant global de 1,2 milliard de dirhams aux agriculteurs à titre d'indemnisation d'une campagne agricole compromise par le retard de pluies. Ce dispositif s'inscrit dans le cadre du plan anti-sècheresse et devrait couvrir un million d'hectares sur les 3 millions emblavés.

*L'Observateur du Maroc et de l'Afrique.:

- Le président de la Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural, Ahmed Ouayach, a indiqué que bien que 700.000 hectares de terres soient assurés, "le gouvernement et les ministères de tutelle doivent trouver d'autres formules pour gérer les deux extrêmes, à savoir un excès de pluie et la pénurie de l'eau". Vu la perturbation que connaît la campagne agricole, "nous espérons dans les meilleurs des cas faire une année moyenne", a-t-il noté dans un entretien, jugeant la situation inquiétante.

- Berlin abritera du 15 au 24 janvier courant la Semaine verte internationale. Le Royaume sera le premier pays africain à être l'invité d'honneur de ce rendez-vous. Une occasion propice pour vendre le savoir-faire et les produits agricoles marocains. Les producteurs du monde entier utilisent la Semaine verte de Berlin pour tester et lancer sur le marché des produits alimentaires ou de luxe et conforter leur image de marque.

*La Vie Eco.:


- L'activité économique serait en hausse d'environ 4,5 pc en 2015. Une croissance tirée essentiellement par l'exceptionnelle campagne agricole. Avec le retard pluviométrique, le HCP prévoit un fort ralentissement au premier trimestre 2016. Le PIB ne progresserait que de 2 pc. Pour l'ensemble de l'exercice, compte tenu de la baisse de la valeur ajoutée agricole, la croissance devrait se limiter au même niveau, voire moins. C'est que le PIB non agricole, sur un tend baissier depuis 2012, n'est pas en mesure de compenser les contre-performances attendues du secteur primaire. Le gouvernement reste pourtant optimiste et table sur une augmentation de 3 pc.

- La dette publique globale, à fin septembre 2015, se monte à 776,4 milliards de DH, soit 79 pc du PIB, tel que celui-ci est estimé pour l'ensemble de l'exercice (quoique ce ratio est généralement établi à la fin de l'année). Ce montant global est constitué de la dette du Trésor (interne et externe) et de la dette extérieure d'entités publiques, notamment les établissements publics. La dette du Trésor, à elle seule, s'établit à 620,54 milliards de DH à fin septembre, selon les statistiques du ministère de l'Economie et des finances. Rapportée au PIB, cette dette serait de 63,2 pc.

*Finances News Hebdo.:

- Le risque de concentration des groupes bancaires est désormais suivi de près par la Banque centrale. Face aux nombreuses défaillances de certaines grandes entreprises, les banques sont désormais tenues de consortialiser les crédits supérieurs à 500 millions de DH. Le coefficient de division des risques passe de 20 pc à 15 pc. Il est assez rare de voir le wali de Bank Al-Maghrib (BAM) tancer en public, même avec tact et diplomatie, les groupes bancaires. Lors de la dernière conférence de presse suivant le conseil trimestriel de BAM, Abdellatif Jouahri, gouverneur de la Banque centrale, a déploré qu'en dépit de tous les garde-fous règlementaires mis en place, les banques aient trop concentré leurs risques sur les grands clients, qui se sont montrés défaillants, avec de grands encours.

- Après une lueur d'espoir notée en 2014, c'est sur une zone négative que la Bourse de Casablanca a clôturée l'année 2015. La relance tant espérée n'a, encore une fois, pas été au rendez-vous. Les deux baromètres de la place casablancaise ont enregistré une perte au titre de l'année 2015: -7,22 pc à 8.925,71 points pour le Masi et -7,49 pc à 7.255,21 points pour le Madex. Sur un total de 246 séances au terme de l'année, le volume global échangé a atteint 52,091 milliards de dirhams, pour une capitalisation boursière de 453,32 milliards de DH.


*Challenge.:

- Fort de sa position géopolitique et de son savoir-faire, le Maroc s'impose comme un fer de lance de l'automobile sur le continent africain. L'industrie automobile marocaine a enregistré une croissance remarquable au cours des dix dernières années. Ainsi, le pays est devenu le deuxième producteur de véhicules en Afrique, avec une part de marché de 35 pc en 2014 contre 5 pc en 2003. Sa performance est particulièrement remarquable à l'export et en termes de création d'emplois, indicateurs à l'égard desquels le secteur dégage une croissance annuelle à deux chiffres. Près de 36.500 emplois ont été créés dans le secteur entre 2009 et 2014 et 39,8 milliards de dirhams (3,7 milliards d'euros) de chiffre d'affaires à l'export ont été réalisés.

- Le délai de remboursement de la TVA a un impact sur la trésorerie de l'entreprise. L'Administration fiscale, consciente des risques importants que présente la gestion opaque de cette opération de remboursement, vient de mettre en place une nouvelle procédure garantissant plus de transparence et de traçabilité. Après la généralisation du référentiel des prix de l'immobilier au niveau national, l'externalisation du mode de paiement de la vignette automobile, c'est le tour du remboursement de la TVA dont la prise en charge est désormais assurée via le système d'information qui va mettre fin aux situations abusives grâce à la traçabilité et au suivi qu'il permet.

*Maroc Hebdo.:

- Benkirane clôture son mandat par une série de hausses des prix pour des produits et des services de base. Crispation sociale, mobilisation syndicale et de la confrontation en perspective. Le cadeau du nouvel an du gouvernement Benkirane ressemble à une facture salée à l'adresse des consommateurs et des usagers. Annoncés dans la loi de Finances 2016, quatre produits de consommation de base connaîtront une hausse substantielle: l'électricité et l'eau, le sucre, le ticket de train et la cotisation pour l'assurance maladie obligatoire (AMO).

- Les banques marocaines ont enregistré en 2015 une des plus faibles progressions du crédit bancaire au cours des 15 dernières années, puisqu'elle sera inférieure à 1 pc selon les prévisions de Bank Al-Maghrib (BAM). L'encours des prêts bancaires n'aura pas dépassé les 765 milliards de dirhams, notamment grâce à un rebond du crédit en novembre 2015. Ceci n'a pas empêché BAM de réviser à la baisse ses prévisions sur l'ensemble de l'année, à 0,5 pc.

Libé
Samedi 9 Janvier 2016

Lu 1695 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs