Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Révision de la Constitution : Les socialistes débattent des questions des réformes et du changement




Le débat est bel et bien lancé par l’USFP sur les réformes constitutionnelles qui ont toujours été au cœur des revendications du parti des forces populaires. Lors de la table ronde organisée récemment à Rabat sur les réformes et les changements tant réclamés par les Ittihadis et le peuple marocain, plusieurs questions ont été débattues autour de cethème.Peut-on                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   réaliser une véritable réforme sous une monarchie exécutive et dominante ? Le changement ainsi que les réformes peuvent-ils s’opérer avec des structures archaïques qui entravent la transition démocratique ? Le projet démocratique et moderniste a-t-il des chances d’aboutir avec l’éclatement des forces populaires et des élites ? Autant de questions, entre autres à l’origine du débat qui a été ouvert par Ahmed Rih, Secrétaire régional de l’USFP à Rabat. L’ensemble des intervenants ont souligné l’importance de la mobilisation des Marocains pour ledit projet par le biais des réformes, le changement pour recréer l’engagement, le militantisme et la citoyenneté. Conditions sine qua non pour les participants à cette table ronde pour réussir le projet démocratique et moderniste. Intervenant à ce sujet, Hassan Tarek, membre du Bureau politique de l’USFP et professeur de droit constitutionnel, a mis l’accent sur la différence de sens entre réforme et changement. A force de les utiliser à tort et à travers, ces deux concepts nécessitent certaines précisions, selon Hassan Tarek. Et d’ajouter que cette interférence laisse planer les mêmes questionnements autour des mêmes thèmes. Hassan Tarek a précisé également que cette situation engendre de nouvelles questions relatives à la réforme ou aux outils préconisés pour la réalisation de cette réforme. Elle crée par conséquent un cercle vicieux qui empêche toute évolution. Et le membre du Bureau politique de déboucher sur l’idée que, aujourd’hui, le changement s’impose et que le climat international et national sont propices à un retour au pouvoir des politiques et aux décisions des peuples. En spécialiste, Hassan Tarek a donné ensuite des précisions sur le contenu du mémorandum présenté par l’USFP pour la révision de la Constitution. De son côté Latifa Jbabdi, membre du Conseil national et parlementaire de l’USFP, s’est interrogée sur le concept à retenir : la réforme ou le changement ? La parlementaire socialiste a précisé ensuite que la  situation actuelle dans le monde arabe est inédite et ne peut être expliquée par analogie avec les expériences de révolutions venues d’ailleurs. Cet état de faits, ajoute Jbabdi, a imposé le changement et surtout la réhabilitation de la politique. Il s’agit pour la militante socialiste d’une opportunité historique à saisir pour ne pas rater notre rendez-vous avec l’Histoire. Elle a noté que l’ouverture du chantier des réformes et l’apparition du Mouvement du 20 février sont le fruit d’un long processus de militantisme entamé depuis des années par les forces démocratiques du pays. Dans son intervention, Mohamed Achaâri, membre du Bureau politique, a mis en relief le volet historique des projets de réformes qui ont débuté au 19ème siècle. Pour lui, le projet du Protectorat français était un plan de réforme. Il est impératif donc de relever le caractère itératif et difficile de ces projets à travers l’Histoire. Et force est de constater que la plupart de ces chantiers de réformes se sont soldés, le plus souvent, par des échecs au stade de la réalisation. Et d’ajouter que le scepticisme a toujours accompagné les projets de réformes dans notre pays. « La réforme n’est pas, comme le croient certains, une opération de négociations, de consensus et d’accords entre les différents protagonistes, mais c’est un projet qui déstabilise des intérêts, des traditions établies et l’inertie qui règne dans la société » a indiqué Mohamed Achaâri. Pour lui, le contexte national et international plaident en faveur d’un projet à grands pas qui a plus de chance de réussir. Il a ajouté que la génération d’aujourd’hui se caractérise par l’innocence politique. Elle avance ses revendications sans complexe, ni considérations, ni calculs. Le membre du Bureau politique a condamné l’absence de certaines institutions dans le débat national sur les réformes constitutionnelles (tels le Parlement ou les médias publics) « Pourquoi les séances de présentations des mémorandums des partis ne sont-elles pas retransmises par le pôle médiatique public ? » s’est interrogé Mohamed Achaâri.

KAMAL MOUNTASSIR
Mardi 5 Avril 2011

Lu 508 fois


1.Posté par Lîlâ bagonin le 08/05/2011 14:05
Hé oui, quelle différence entre réforme et changement ??? D'aucuns, en France, ont fait campagne sur "le changement dans la continuité" !!!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs