Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Revendications syndicales à la pelle : La grève reprend ses droits dans la Santé




Le personnel du ministère de la Santé publique revient à la charge. Au cours d’une réunion qu’il a tenue le 6 avril courant au siège de la Fédération démocratique du travail à Casablanca, le bureau  national du Syndicat national de la santé a décidé d’observer demain une grève préventive. Cette action a été prise en coordination avec les syndicats du secteur affilié à la CDT, l’UMT et l’UNTM qui, via des communiqués interposés, n’ont eu de cesse d’exprimer, depuis fort longtemps,  leur mécontentement à l’égard de l’attitude du gouvernement qui persiste à ignorer leurs revendications.
Entre autres revendications urgentes qui sous-tendent le débrayage de demain et vis-à-vis desquelles le département de tutelle affiche indifférence et mutisme, figurent l’instauration d’une promotion exceptionnelle depuis 2003,   la nécessité de revoir les lois organisant les Centres hospitaliers universitaires, la régularisation de la situation matérielle et administrative des fonctionnaires titulaires d’une licence.
 Au cours de cette journée d’étude qui a été consacrée  à l’examen de la situation de l’ensemble du personnel de la santé dont les médecins, infirmiers et techniciens, les membres du bureau national ont réitéré leur demande  aux responsables de revoir à la hausse l’indemnisation d’astreinte, d’engager  un dialogue avec les CHU et l’Institut Pasteur à l’instar des commissions créées dans le cadre du dialogue social entre le département de tutelle et les syndicats  sectoriels, etc.  
Pour  que le dossier de la retraite des CHU soit réglé, une fois pour toutes, le SNSP demande la généralisation de l’application des décrets émanant du ministère dans les 4 CHU et sur le transfert des cotisations des employés dépendant des budgets autonomes et celles des adhérents au Régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) à la Caisse marocaine des retraites, et ce à l’instar du CHU Ibn Sina.  
Dans son communiqué, le Syndicat national de la santé publique  tout en soulignant le déficit criant au niveau des ressources humaines, a appelé à la création d’une instance nationale des infirmiers, revoir la circulaire du mouvement de mutation qui ne répond aucunement aux ambitions du personnel et à accorder un intérêt particulier à la formation et à la formation continue.
Dans son cahier revendicatif, le Syndicat national de la santé publique a insisté aussi sur la nécessité d’adopter des critères de qualification et de compétence  pour la nomination aux postes de responsabilité au lieu de l’improvisation.

LARBI BOUHAMIDA
Lundi 11 Avril 2011

Lu 348 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs