Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunis en Coordination nationale : Les rapatriés de Libye réclament réparation




Réunis en Coordination nationale : Les rapatriés de Libye réclament réparation
Nezha, Salim et Abdo n’oublieront jamais le calvaire qu’ils ont enduré durant leur retour au pays. Marocains résidant en Libye, âgés  respectivement de 42, 29 et 36 ans, ces trois citoyens sont mécontents du «mauvais traitement » que leur ont fait subir « les fonctionnaires de l’ambassade du Maroc à Tripoli » et de « l’inertie des autorités locales qui n’ont pas bougé le petit doigt pour que les conditions du retour des milliers de Marocains de  Libye soient bonnes», affirment-ils.
Réunis dans le cadre de «la Coordination nationale du soutien des Marocains de Libye», les trois MRE ont participé lundi dernier au sit-in observé devant le siège de la wilaya d’Oujda et la province d’Angad. Un mouvement de protestation qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui pour dénoncer la situation lamentable et les conditions de vie défavorables qu’ils vivent depuis leur retour le 7 mars dernier. Une date qui restera gravée dans leur mémoire vu l’ampleur du drame qu’ils ont vécu en Libye. Surtout que leurs pertes financières sont énormes. Nezha qui a échappé de justesse à un raid des forces pro-Kadhafi déclare avoir laissé derrière elle une importante somme d’argent estimée à 380.000 DH. Salim qui a perdu son job à l’aéroport, affirme que ses pertes ne sont pas moindres. Il a perdu toutes ses économies qu’il a accumulées durant cinq ans de travail, soit quelque 400.000 DH. Pillé sur le chemin du retour par des Tunisiens, il a failli y perdre la vie. Il porte toujours des séquelles sur le dos.
Pour sa part, Abdo qui parle peu, se contente d’affirmer que lui aussi a perdu une somme importante. Et ce n’est pas tout, les pertes des MRE de  Libye sont plus considérables que les millions de dirhams laissés derrière eux. Leur stabilité sociale et leur avenir sont en jeu. Surtout que «les autorités locales ne nous ont pas fourni de l’aide pour nous permettre de nous réintégrer. Pire, les fonctionnaires de l’ambassade ont aggravé notre malheur avec leur comportement irresponsable. Une déclaration qui met en cause les mauvais agissements de certains diplomates marocains dans ce pays en crise, où les MRE avaient besoin d’un soutien moral à toute épreuve. En outre, «les autorités compétentes refusent de nous recevoir. Nous avons demandé à maintes reprises une audience au wali et au gouverneur mais nos tentatives ont échoué vu l’indifférence des responsables locaux», déplorent-ils. D’où le sit-in observé tout au long de la semaine devant le siège de la wilaya. Une initiative à travers laquelle les manifestants revendiquent, entre autres, leur  réintégration sociale, la scolarisation de leurs enfants dans des écoles adéquates et le dédommagement des pertes qu’ils ont subies malgré eux depuis le soulèvement de Libye. Ils étaient une cinquantaine de MRE en provenance de ce pays à être retournés dans la région de l’Oriental et à dénoncer les mauvais traitements et les abus qu’ils ont subis.
Sur le chemin du retour, «c’était pour nous un véritable calvaire puisque les 800 prisonniers marocains relaxés par les autorités libyennes voyageaient avec nous. Ils nous ont pillés sur le bateau et ont failli nous agresser physiquement. Heureusement que l’intervention de certains jeunes les a dissuadés. Mais cela n’empêche qu’ils ont agressé, sous les regards de tous, des femmes et des personnes âgées. Je n’oublierai jamais cette jeune fille agressée sauvagement pour un collier qu’elle a refusé de céder à ses agresseurs munis d’armes blanches». Un témoignage qui s’ajoute à d’autres. Et pourtant, les autorités locales refusent d’enquêter sur des crimes et des délits perpétrés sur un bateau marocain par des Marocains en dépit des centaines de plaintes déposées par les victimes. Ce qui annonçait déjà la colère des MRE de Libye et sa propagation à l’ensemble des régions où ils sont retournés. La mobilisation de toutes les victimes du conflit libyen est l’une des priorités de «la coordination nationale du soutien des Marocains de Libye» fraîchement créée dans l’Oriental. Cette dernière se penchera très bientôt sur les moyens appropriés pour obtenir  réparation des dommages causés par la guerre qu’ils viennent de fuir. Une mission qui serait difficile car le wali de Bank Al Maghrib avait annoncé auparavant qu’«il n’y a pas au Maroc de dépôts bancaires et d’avoirs libyens». Certes, mais cela n’empêche, qu’il y a d’importants investissements et de grands projets qui pourraient être utilisés pour le dédommagement des pertes financières des familles marocaines qui ont été dépouillées de leurs biens en terre libyenne. 

Rida ADDAM
Vendredi 22 Avril 2011

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs