Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunion quadripartite sur le conflit syrien après une initiative russe

Moscou et Washington ont signé un protocole d'accord pour éviter tout incident entre leurs avions dans le ciel syrien




La Russie a pris l'initiative sur le conflit en Syrie en annonçant coup sur coup mercredi avoir reçu son allié Bachar al-Assad pour sa première sortie du pays depuis 2011 et une réunion quadripartite incluant les Etats-Unis vendredi.
Parallèlement à son engagement militaire au côté du régime Assad face aux rebelles en Syrie, Moscou a affirmé qu'un "processus politique" devait succéder aux opérations militaires dans le pays meurtri par plus de quatre ans de guerre dévastatrice.
Mais la visite du président syrien à Moscou a été vivement critiquée par les Etats-Unis notamment qui ont accusé la Russie avec cet accueil "avec tapis rouge" d'empêcher tout progrès vers une transition politique en Syrie. Au lendemain de la visite mardi d’Assad à Moscou, le président russe Vladimir Poutine a en outre contacté les principaux dirigeants de la région, dont le roi saoudien et le président turc, tous deux hostiles au maintien du président syrien au pouvoir.
Le séjour d’Assad, qui a été annoncé une fois ce dernier rentré à Damas, est intervenu alors que la campagne de l'aviation russe entrait dans sa quatrième semaine avec de nouveaux raids, dont l'un a touché un hôpital de campagne dans la province d'Idleb (nord-ouest) faisant 13 morts mardi selon une ONG. En outre, l'aviation russe a continué de frapper les groupes "terroristes" dans les provinces d'Alep (nord), de Deir Ezzor (est), de Damas et de Hama (centre), pour couvrir des offensives de l'armée qui ne parvient pas à prendre le dessus sur les rebelles.
La rencontre Poutine-Assad sonne comme un rappel ; Moscou est plus déterminé que jamais à soutenir son allié et le Kremlin a affirmé que la question d'un éventuel départ du pouvoir d’Assad n'avait pas été évoquée. Elle a fait grincer des dents, notamment en Occident et en Turquie où l'appui militaire russe et politique au régime syrien n'a cessé d'être dénoncé.  Washington a fustigé "le tapis rouge" déroulé à Moscou pour le président syrien. Ankara a de son côté répété qu'une éventuelle transition politique devait nécessairement être une "formule qui garantisse le départ" d’Assad. Et le président français François Hollande a affirmé que "rien ne doit être fait pour conforter Bachar al-Assad".  Ces divergences seront sans doute étalées à la réunion ce vendredi à Vienne des chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, américain John Kerry, saoudien Adel al-Jubeir et turc Feridun Sinirlioglu, ces trois derniers réclamant un départ d’Assad.
L'Iran, un allié du président syrien mais qui ne participe pas à la réunion de Vienne, a affirmé par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian, qu'il "ne travaille pas à maintenir Assad au pouvoir pour toujours", mais que le rôle de ce dernier "sera important" dans tout processus politique. Poutine, qui avait évoqué le risque de voir les "terroristes" venir en Russie pour justifier les raids en Syrie, a répété son inquiétude de voir "au moins 4.000 combattants issus des ex-républiques soviétiques se battre contre les troupes syriennes".
Les groupes jihadistes en Syrie, principalement l'organisation Etat islamique (EI) et le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, comptent des milliers de combattants étrangers.
Selon l'ONU, des dizaines de milliers de personnes ont été poussées à l'exode notamment à Alep face à ces offensives menées avec aussi l'appui au sol des combattants iraniens et du Hezbollah libanais.
Depuis mars 2011, le conflit déclenché par la répression de manifestations réclamant des réformes a tué plus de 250.000 personnes et poussé à la fuite des millions de Syriens.
L'intervention russe l'a rendu plus complexe car si Moscou affirme frapper les "groupes terroristes" dont l'EI, les Occidentaux et leurs alliés l'accusent de viser quasi exclusivement des provinces où le régime mène des offensives contre l'opposition considérée comme modérée, et où l'EI n'est pas présent.
De plus, une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis mène depuis plus d'un an des frappes contre l'EI, mais Moscou et Washington ont signé un protocole d'accord pour éviter tout incident entre leurs avions opérant séparément dans le ciel syrien.

Vendredi 23 Octobre 2015

Lu 657 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs