Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunion internationale à Paris avec l'opposition syrienne

La Coalition exige la cessation de l'utilisation des armes lourdes




Réunion internationale à Paris avec l'opposition syrienne
A dix jours d'une conférence de paix sur la Syrie en Suisse, la Coalition nationale de l'opposition, profondément divisée sur la question de sa participation, devait rencontrer dimanche à Paris les onze pays qui la soutiennent et qui vont l'exhorter à aller à Montreux-Genève à partir du 22 janvier, coûte que coûte.
Quarante-huit heures de débats houleux à Istanbul cette semaine n'ont pas permis à la Coalition de prendre une décision, renvoyée au 17 janvier. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, depuis Paris, a demandé jeudi aux uns et aux autres de "faire des efforts" et d'aller négocier pour dégager une solution politique au conflit.
Un responsable américain du département d'Etat s'est dit relativement optimiste. "Il y a des gens tout autour de la planète qui font de leur mieux pour faire venir (l'opposition) avec une position unifiée" en Suisse, a-t-il expliqué. "A titre personnel, je suis assez confiant dans le fait qu'ils vont réussir" , a-t-il ajouté, lors d'une conférence téléphonique.
La Coalition exige, avant la tenue de la conférence, la cessation de l'utilisation d'armes lourdes par le régime et la mise en place de couloirs humanitaires, a rappelé son ambassadeur en France Monzer Makhous, interrogé par l'AFP. Plus de 130.000 personnes dont plus de 7.000 enfants ont été tuées dans les combats entre rebelles et régime depuis mars 2011, qui ont provoqué l'exode de millions de déplacés et de 2,4 millions de réfugiés.
La France réunit au Quai d'Orsay le président Ahmad Jarba et deux des trois vice-présidents de la Coalition syrienne, ainsi que les ministres des Affaires étrangères des Onze (Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, France, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Qatar, Egypte, Jordanie, Etats-Unis, Turquie).
Parallèlement, d'intenses échanges diplomatiques sont prévus à Paris. Le secrétaire d'Etat John Kerry devait rencontrer dimanche ses pairs arabes sur l'évolution des négociations de paix entre Palestiniens et Israël puis lundi son homologue russe Sergueï Lavrov, avec au menu la participation éventuelle à Genève-2 de l'Iran qui soutient le régime de Damas et prédit un échec des pourparlers s'il n'y assiste pas. Washington est contre la présence de Téhéran.
L'objectif de la conférence, défini par l'ONU conformément à un accord international de juin 2012 à Genève jamais appliqué, est de discuter d'un processus de transition politique avec la formation d'un gouvernement provisoire, composé de membres du régime et de l'opposition, doté des pleins pouvoirs exécutifs.

Lundi 13 Janvier 2014

Lu 262 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs