Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réunion de l’opposition syrienne à Paris




Réunion de l’opposition syrienne à Paris
Une réunion de l'opposition syrienne se tiendra lundi 28 janvier à Paris, en présence de ses principaux dirigeants, a annoncé dimanche 20 janvier sur Europe 1 le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.
Le ministre a ajouté que les principaux soutiens à la Coalition nationale syrienne seraient également présents à cette réunion. Les dirigeants de l'opposition syrienne avaient tenté pour la seconde fois, samedi à Istanbul, de former un gouvernement de transition, alors que le pays s'enfonce toujours davantage dans la guerre civile.
Un accord de la Coalition nationale syrienne (CNS), regroupement de l'opposition dominé par les Frères musulmans et leurs alliés, pourrait permettre de répondre aux inquiétudes de la communauté internationale sur les risques de désintégration de la Syrie en cas de chute du président Bachar al-Assad.
Fondée le 11 novembre à Doha, la CNS est reconnue comme unique représentante légitime du peuple syrien par la France, la Grande-Bretagne, la Turquie et les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CGC). Mais les luttes de pouvoirs qui ont rapidement émergé en son sein ont fait échouer la formation d'un gouvernement de transition.
Le conflit en Syrie a d'ores et déjà fait plus de 60.000 morts, selon les Nations unies et la situation ne cesse de s'aggraver sur le terrain.
Mardi, les forces armées de Bachar Al-Assad ont massacré plus d'une centaine d'hommes, de femmes et d'enfants sunnites après avoir envahi un quartier de Homs détenu par les rebelles, selon des activistes de l'opposition.
Alors que les chances d'aboutir à un accord prévoyant le départ de Bachar Al-Assad s'amenuisent, la nomination d'un Premier ministre de l'opposition devrait être accueillie positivement par les rebelles, qui marquent des points sur le terrain.
La nomination d'un gouvernement de transition faisait déjà partie de l'accord initial qui a donné lieu à la formation de la CNS l'an dernier.
Mais certains membres de l'opposition considèrent cette option avec beaucoup de méfiance. Ils redoutent que les puissances occidentales n'influencent la formation d'un gouvernement pour qu'il négocie ensuite avec Bachar Al-Assad, selon plusieurs sources au sein de l'opposition.
Les Frères musulmans, seule force politique organisée au sein de l'opposition, est ainsi majoritairement opposée à la formation d'un gouvernement, selon ces mêmes sources.
Tentant de les rassurer, Kamal Al Labouani a déclaré qu'un gouvernement de transition ne négocierait pas d'accord sans poser comme pré-condition le départ de Bachar Al-Assad. "Si nous formons un gouvernement nous devons nous assurer d'abord qu'il sera reconnu internationalement, qu'il aura suffisamment de financements et qu'il sera capable d'intervenir dans les zones libérées de Syrie", a-t-il ajouté.

Libé
Lundi 21 Janvier 2013

Lu 196 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs