Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rétrospective à Tanger de l’œuvre du réalisateur : Hommage à Ahmed El Maânouni




L’Institut français de Tanger-Tétouan consacre au cinéaste Ahmed El Maânouni une importante rétrospective de son œuvre, une des plus belles aventures cinématographiques marocaines, du 16 au 18 juin 2009, à la Salle Beckett.
Ce bel hommage, à l’une des figures majeures du cinéma marocain, prévoit la projection des films et documentaires : « Conversation avec Driss Chraïbi » (52 min), « Les Cœurs brûlés » (84 min), « Alyam Alyam » (86 min), « Maroc-France, une histoire commune, 1ère partie  « La Fiction du Protectorat » (52 min), « Transes » (90 min), « Maroc-France, une histoire commune, 2ème partie « Les Résistances: durée » (52 min) et 3ème partie « Les Nouveaux défis » (52 min).
Cette rétrospective est organisée au profit des jeunes étudiants du Nord qui pourront ainsi revisiter une œuvre exceptionnelle, édifiante et apprécier le talent d’un cinéaste hors du commun.
Durant trois jours, les étudiants et jeunes cinéphiles apprécieront des chefs- d’œuvre souvent salués par la critique et récompensés par de nombreux et prestigieux prix.
« Conversation avec Driss Chraïbi », un excellent documentaire dédié à Driss Chraïbi basé sur les propres conversations de Ahmed El Maânouni avec l’écrivain en France, un an avant son décès, inaugure cette rétrospective, mardi 16 juin à partir de 19h.
En seconde partie de soirée, sera diffusé « Les Cœurs brûlés » ou l’histoire d’Amin, un jeune architecte qui vit en France, revient précipitamment au Maroc pour revoir, juste avant sa mort, son oncle à qui il n’a plus adressé la parole depuis dix ans. Le lendemain, 17 juin à 19h30, les étudiants seront conviés à la projection de « Alyam Alyam ». Le film met en scène Abdelwahed, jeune fellah qui rêve d’opulence et se heurte à la tradition. Halima, sa mère, redoute malgré tout de voir partir son fils aîné qui est le chef de famille depuis la mort de son père.
Plus tard dans la soirée, « Maroc-France, une histoire commune », 1ère: partie : « La Fiction du Protectorat ».
Egalement au rendez-vous, jeudi 18 juin à 19h30, la projection de « Transes » qui nous plonge dans  les années 70, à une époque où le Maroc a connu une explosion musicale qui devait traduire le cri des frustrations et de la révolte des jeunes, représenté par cinq musiciens formés à l’école de la rue et décidés à rompre avec les ‘langueurs orientales’ envahissantes.
La deuxième et troisième projections interviendront tard dans la soirée. Il s’agit de « Maroc-France, une histoire commune, 2ème partie « Les Résistances: durée » et 3ème partie « Les Nouveaux défis ». Une lecture documentée des relations maroco-françaises.
Natif de Casablanca en 1944, Ahmed El Maânouni a plusieurs cordes à son arc : il est auteur, réalisateur, directeur de la photographie et producteur.
C’est en 1971 que Maânouni décide de suivre des études de théâtre à l’Université du Théâtre des Nations à Paris et de cinéma à l’INSAS à Bruxelles, après des études en Sciences économiques à l’Université de Paris (Dauphine).
Sept an plus tard,  il écrit, produit et réalise « Alyam Alyam » avec lequel il remporte une vingtaine de prix internationaux dont le Grand Prix du Festival de Mannheim. « Alyam Alyam » est aussi le premier film marocain en sélection officielle au Festival de Cannes- Un certain regard.
Son second film « Transes » (Al Hal), immense succès dans les salles, a été choisi et présenté par Martin Scorsese au Festival de Cannes en 2007 comme premier film du patrimoine dans Cannes Classics pour inaugurer la World Cinema Foundation.
Son dernier film « Les Cœurs brûlés » (Al Qoloub Al Mouhtariqua) a remporté le Grand Prix du 9ème Festival national du film, le Prix de la critique, le Prix pour le meilleur son ainsi qu’une dizaine de prix internationaux dont le Prix du meilleur réalisateur au Festival d’Oran.
Ahmed El Maanouni est membre fondateur de l’Association des cinéastes arabes en France et du GARP au Maroc et délégué pour l’Europe de la Chambre marocaine des producteurs de films. Il est Officier des Arts et Lettres.
 

Alain BOUITHY
Mercredi 10 Juin 2009

Lu 243 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs