Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Retrait du long-métrage «Un film» des salles du Megarama à Casablanca : Mohamed Achaour se dit surpris et révolté




Retrait du long-métrage «Un film» des salles du Megarama à Casablanca :  Mohamed Achaour se dit surpris et révolté
Le retrait du long-métrage «Un film» des salles du Megarama de Casablanca laisse pantois son réalisateur, Mohamed Achaour.
A l'affiche depuis le 2 novembre, le film n'aura finalement pas passé le seuil minimum d'une semaine dans cette salle obscure de la capitale économique. Une désagréable surprise pour le cinéaste qui fustige la manière dont les choses se sont passées et s'interroge sur cette  décision incompréhensible.
«Les affiches du film étaient encore accolées jusqu'il y a deux jours. A ma grande surprise, j'apprends que le film a été retiré parce qu'il n'aurait pas rapporté, il ne ferait pas recette. Le Megarama a le droit de retirer un film de ses salles, mais c'est la manière qui me choque», a confié amèrement à Libé Mohamed Achaour, rappelant que son long-métrage a été projeté à une période où les spectateurs étaient plutôt préoccupés par la fête de l’Aïd.
Ceci dit, le plus drôle dans ce triste épisode, observe le réalisateur, c'est qu'il n'y a pas eu de censure institutionnelle puisque ce film a reçu un avis favorable du CCM (Centre cinématographique marocain) et a même été primé au Festival national du film de Tanger en 2011. C'est ainsi, soupçonne-t-il, un certain public aurait contribué au retrait prématuré de son film des salles du Megarama. Et pour cause: « On m'a rapporté que les gens étaient très virulents par rapport au film lors de sa projection à Tanger. Ce que je ne comprends pas, c'est que ce même public regarde des films américains avec des scènes beaucoup plus osées sans s'en offusquer. Le public marocain aime qu'on le caresse dans le sens du poil, mais dès lors qu'on lui montre sa vie, ce qu'il est alors tout change. Pourquoi devrions-nous aller mollo quand on veut parler de nos maux ?», s'interroge le réalisateur des courts « Zorroh », « Machi L'Khatri » et « Allo Canada ».
« Qu'on arrête un peu d'être schizophrène et hypocrite, vis-à-vis de nous-mêmes, de nos manières de réagir et de celles des autres également. Ce film est l'histoire de quelqu'un qui nous dit qui il est, sans autocensure », confiait le réalisateur dans un entretien publié récemment à Libé.
Revenant sur sa production, Mohamed Achaour trouve « vraiment dommage que l'on vienne à réduire un film à quelques scènes quand bien même elles pourraient paraître choquantes. Qu'on le veuille ou non, le film évoque nos vies, habitudes, comportements. Pourquoi refuse-t-on de voir en face ce que nous sommes ?»
Mais Mohamed Achaour ne compte pas baisser les bras. « Je vais me battre pour que mon film passe dans d'autres salles de Casablanca et villes du Maroc tout simplement parce qu'il mérite d'être vu et que nous vivons dans un pays épris de liberté où chacun a le droit d'avoir un avis différent ».
Avant de conclure en ces termes : « Mon intention n'est pas de donner un coup de fourmilière. Je vais juste dire qu'on n'est pas tous des conservateurs, la liberté autorise d'autres points de vue. Aussi, il est important de rappeler que nous sommes des gens responsables », a-t-il dit, reconnaissant toutefois qu'un e-mail contenant des chiffres justificatifs lui aurait été envoyé par un responsable du cinéma casablancais.

ALAIN BOUITHY
Vendredi 11 Novembre 2011

Lu 1561 fois


1.Posté par theme le 11/11/2011 13:03
En tout cas ça lui a fait une belle publicité. Je ne serais pas étonné de le voir cartonner ailleurs que dans les salles de cinéma.

2.Posté par siham le 12/11/2011 11:32
n'importe quoi , je compatais aller voir le film les jours à venir :s

3.Posté par nasser le 13/11/2011 19:05
Allez dire à Mr Achaour que les gouts et les couleurs ne se discutent pas, et en ce qui concerne les scènes osées comme il dit, même les américains et les européens ne peuvent pas regarder des films pornographiques ou si vous voulez avec des scènes de nudisme entre mere et fille ou mère et fils ou entre un père et ses enfants ...etc
Et que si Mr Achaour veut faire des films pour lui même, pour ses amis ou pour un public européens, il n'a qu'à allez les faire en Europe !!! qu'il essaie d'abord de faire projeter son " flim " dans des salles en France et on discutera après !!!!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs