Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Retour de l’USFP à l’opposition : Pour repenser les choix et les initiatives




Le succès électoral du Parti justice et développement (PJD) annonce, l’entame d’une deuxième alternance, après celle de l’USFP avec Abderrahman El Youssoufi. Dans un esprit démocratique profondément militant, les membres du Conseil national de l’USFP ont décidé de rejoindre les rangs de l’opposition.
Normal, disent les Ittihadis. Cela fait plus de dix ans que l’USFP prend part à la gestion de la chose publique. Ses membres ont assuré des départements sensibles lors de trois gouvernements.
La première fois sous la conduite du parti, les deux autres avec d’autres formations politiques, plus ou moins proches de sa ligne politique. Maintenant que les électeurs ont décidé qu’une seconde alternance ait lieu, l’USFP doit retrouver ses bases, en grand respect à ses programmes et son option idéologique.
Un retour qui lui permettra de repenser ses choix et ses initiatives, de surmonter ses échecs et de restructurer ses rangs. Certes, avec le PJD, l’occasion était propice pour faire face aux marionnettes partisanes et aux alliances imposées et mettre fin, une fois pour toutes, aux intentions visant à se tailler des cartes politiques sur mesure, et à renforcer des axes politiques indépendants. Mais, cela peut être réalisé aussi à partir de n’importe quel positionnement (gouvernement et opposition). Mais le débat essentiel réside certainement dans la question du projet de société et des valeurs.
L’égalité entre femmes et hommes, la pluralité politique, les libertés individuelles, la moralisation de l’action politique, la modernité et l’esprit de la social-démocratie… constituent le socle de la pensée de l’USFP et les militants devraient en être imprégnés. Et c’est exactement ce respect des valeurs d’un parti moderniste, socialiste et démocratique qui a fait que beaucoup de démocrates et intellectuels marocains avaient appelé de  leurs vœux, l’USFP à choisir l’opposition.
« Il faut aller dès maintenant à la rencontre des femmes et des jeunes qui nous ont sanctionnés par leur vote, pour édifier avec eux un nouveau parti socialiste, fort, uni et mobilisé», a confié Mohamed Achâari, membre du Bureau politique.

Mustapha Elouizi
Mardi 6 Décembre 2011

Lu 855 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs