Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ressortissants français enlevés au Sahel : Hollande rassure sur la libération des otages




Ressortissants français enlevés au Sahel : Hollande rassure sur la libération des otages
Le président François Hollande a assuré que «tout est fait avec la plus grande détermination» pour obtenir la libération de quatre otages français enlevés au Niger par Al-Qaïda il y a près de deux ans et dont il a reçu jeudi les familles.
Il a rencontré une douzaine de membres des familles pendant plus d’une heure en présence du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, leur a exprimé «la solidarité de la nation» et les a assurés, selon un communiqué, «de la pleine mobilisation de l’Etat pour obtenir la libération de leurs proches».
«On a senti une réelle volonté politique qu’une solution soit trouvée», a déclaré Françoise Larribe, ancienne otage pendant plus de cinq mois d’Al-Qaïda avant d’être libérée.
Le président «était tout à fait, j’allais dire, attentif à notre désarroi et à notre désespérance», a ajouté Mme Larribe, femme d’un des otages, interrogée par la chaîne de télévision France 2.
Daniel Larribe, Pierre Legrand, Marc Féret et Thierry Dole, salariés du groupe nucléaire français Areva et de son sous-traitant Atom, ont été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit (nord du Niger) et sont aux mains d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Sahel.
Une vidéo diffusée ce week-end et datée du 29 août les montre en vie demandant au gouvernement, à leur employeur et à leurs proches de faire le «maximum» pour obtenir leur libération.
Rien n’a filtré de la rencontre à l’Elysée sur l’état des négociations ou les exigences financières des ravisseurs. «Nous sommes évidemment tenus d’en dire le moins possible», a déclaré un parlementaire y ayant participé, Maurice Antiste, sénateur de la Martinique (dans les Antilles françaises) d’où est originaire Thierry Dole. «Nous préférons attendre et être discrets», a-t-il insisté.
Dans un récit publié vendredi par Albin Michel, le journaliste Hervé Ghesquière, otage en Afghanistan pendant «547 jours», titre de son ouvrage, rappelle que les affaires d’otages français sont traitées par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

Libé
Samedi 15 Septembre 2012

Lu 283 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs