Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réseau de blanchiment d’argent-drogue


Peines de prison confirmées



Réseau de blanchiment d’argent-drogue
Les deux frères Elmaleh, poursuivis en Suisse dans le cadre du démantèlement d’un réseau franco-suisse de blanchiment d’argent issu de la drogue, ont été condamnés mardi à des peines de prison, essentiellement avec sursis. Le tribunal correctionnel de Genève a validé les demandes du procureur: trois ans de détention, dont six mois ferme, pour l’aîné, en détention depuis le 10 octobre 2012, et une peine de deux ans de prison avec sursis pour le cadet libéré sous caution avant Noël, selon un communiqué du parquet. 
Le plus jeune frère Elmaleh, ancien financier de la Place genevoise, avait versé une caution de deux millions de francs suisses (1,66 million d’euros) pour sa libération. Il était gestionnaire dans la banque HSBC.
 Meyer Elmaleh, le principal suspect dans cette affaire, était administrateur délégué de la société suisse de gestion de fortune GPF SA qui s’était immédiatement dissociée de son cadre dirigeant. 
A la demande des deux prévenus qui ont reconnu les faits, une procédure simplifiée a été appliquée.  Prévue par le nouveau Code pénal, cette possibilité implique que les deux frères reconnaissent les faits déterminants, moyennant une peine privative de liberté de cinq ans au maximum. 
“Les deux prévenus ont admis que les fonds qu’ils recevaient en espèces à Paris dans des sacs plastiques, puis qu’ils remettaient à leurs clients, étaient le produit d’un crime. Le ministère public a dressé un acte d’accusation sur la base de ces aveux et arrêté les peines et la confiscation”, indique le communiqué. Au total 4 millions de francs suisses (3,3 millions d’euros) trouvés au domicile des prévenus ont été confisqués. 

Un autre frère Elmaleh est en détention en France. 

Ce réseau franco-suisse a blanchi de l’argent de la drogue pour une somme évaluée à environ 100 millions d’euros, selon les enquêteurs en France. Toutefois dans la procédure à Genève, il n’est fait état que de 12 millions d’euros. 
A l’origine de cette affaire, une enquête ouverte en février 2012 avait mis au jour un réseau de trafic de cannabis entre le Maroc, l’Espagne et la région parisienne. L’argent provenant de la vente de cannabis était soit renvoyé au Maroc en camion, soit livré dans des sacs aux fraudeurs fiscaux français, en contrepartie de transferts bancaires à partir de leur compte suisse.

Libé
Jeudi 31 Janvier 2013

Lu 634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs