Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reprise des discussions avec les rebelles touareg et arabes

Les violences se poursuivent au nord du Mali




Reprise des discussions avec les rebelles touareg et arabes

Les rébellions touareg et arabe ont annoncé samedi soir qu’elles reprenaient les négociations de paix avec le gouvernement malien, portant notamment sur les territoires du Nord où vivent essentiellement ces communautés, neuf jours après les avoir suspendues unilatéralement.
 Les rebelles ont indiqué avoir pris «acte des engagements récemment pris par les nouvelles autorités maliennes et la main tendue d’(...) Ibrahim Boubacar Keïta en vue d’une pleine et entière mise en œuvre des mesures de confiance prévues par l’accord».
Après dix-huit mois de crise politico-militaire, les mouvements rebelles touareg ont signé le 18 juin à Ouagadougou un accord avec Bamako visant à permettre l’organisation de la présidentielle du 28 juillet à Kidal, ville située au nord-est du Mali sous contrôle des groupes armés touareg, après l’intervention française qui a chassé du nord du Mali les groupes djihadistes alliés à Aqmi.
Après plusieurs mois de collaboration, qui avaient notamment permis l’élection d’Ibrahim Boubacar Keïta à la tête du Mali en août, les rebelles avaient suspendu les négociations avec Bamako le 26 septembre parce que les autorités maliennes ne respectaient pas leurs engagements, a expliqué samedi à l’AFP Mahamadou Djeri Maïga, le vice-président du MNLA.
«Depuis l’investiture du nouveau président, on a l’impression que pour le nouveau pouvoir la paix est retrouvée, que le terrain a été conquis et que donc il n’y a plus de problème. Mais la vérité est autre», a déclaré M. Maïga.
«L’accord (de Ouagadougou) n’est que préliminaire. C’est maintenant que les discussions sérieuses vont démarrer et c’est à travers ces discussions que nous saurons quel type de statut nous aurons pour l’Azawad», a-t-il poursuivi, dans un entretien avec l’AFP. La question de l’autonomie des territoires du nord du Mali (nommés +Azawad+ par les Touareg) est la principale pomme de discorde entre les deux parties. Voulue par les insurgés, elle se heurte à un refus inflexible de Bamako, pour qui l’intégrité territoriale du pays ne saurait être remise en cause.
La rupture des négociations avait provoqué une éruption de violence instantanée au Mali.
 Le 28 septembre, un attentat suicide d’Aqmi à Tombouctou tuait deux civils et blessait six soldats, selon Bamako. Al-Qaïda au Maghreb islamique a chiffré à 16 le nombre de morts au sein des troupes maliennes.
Mercredi, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a répété qu’il gardait la main «tendue» vers les Touareg, alors que vingt-trois prisonniers arrêtés «sur le théâtre des opérations» militaires dans le nord ont été libérés dans le cadre de l’accord de Ouagadougou.

AFP
Lundi 7 Octobre 2013

Lu 66 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs