Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Reportage : Les supporters entre amour du foot et conscience sociale




Reportage : Les supporters entre amour du foot et conscience sociale
Les supporters, plutôt aisés, venus au stade de Fortaleza mercredi pour le match Brésil-Mexique soutiennent le mouvement social qui traverse les grandes villes brésiliennes, mais s'ils dénoncent la "corruption" liée aux investissements pour la Coupe des Confédérations et le Mondial-2014, ils voient aussi dans ces tournois une chance pour leur pays.
Portant l'emblématique maillot jaune de la Seleçao, ils affluent par milliers vers le stade Castelao dans une ambiance bon enfant, souvent en famille, sous le soleil ardent qui baigne cette cité côtière du Nordeste. Le défilé des quelque 15.000 contestataires, assorti de violents affrontements avec les forces de l'ordre, semble bien plus éloigné que les quelques kilomètres qui les en séparent.
Mais il trotte quelque part dans la tête des supporters interrogés par l'AFP, membres de la classe moyenne supérieure qui peuvent se permettre de payer des billets d'entrée assez chers. Ils affichent tous un soutien sans faille aux revendications, notamment d'une amélioration de la situation dans les secteurs de la santé et de l'éducation, et d'une lutte contre la corruption. Tout en voulant justifier leur présence au match du jour.
"La manifestation est nécessaire, légitime, mais pas le jour du match, dit Carolina de Araujo, photographe de 28 ans. Ca complique la vie des gens qui viennent faire la fête". La jeune femme au look bling-bling venue en couple estime "normal que l'argent soit investi pour organiser ces événements et accueillir les étrangers. Le Brésil en a les moyens".
Petit entrepreneur de 28 ans, Rafael Lima regrette qu'"une partie des investissements" n'ait pas été allouée "aux hôpitaux". Mais ce Brésil-Mexique, il y va "par patriotisme". "La situation du pays, ce n'est pas de la faute des joueurs", relève-t-il.
"Les Brésiliens ont profité de l'occasion et tout est sorti. On se taisait depuis vingt ans. Mais il y a maintenant une nouvelle génération, plus éclairée", se félicite Paulo Roberto Cavalcado Morais, 40 ans, qui dénonce "la corruption" liée aux investissements dans les stades. Cet administrateur est venu, avec femme et enfant, pour "satisfaire" son fils. "Le sport doit être valorisé, c'est une bonne formation, il véhicule de bonnes valeurs", souligne-t-il.
Et le sport, en particulier le football, attire la presse internationale, enchaîne Jailma Rodrigues. "Le monde entier regarde le Brésil, remarque cette assistante sociale. Derrière le spectacle, il y a de la misère. Ca donne de la visibilité à nos problèmes".
Cette jeune femme, le visage peinturluré, participe à une action ("Bola na rede", le ballon dans les filets), sous l'égide de l'une des nombreuses églises qui font du prosélytisme plus ou moins déguisé aux abords du stade, et qui vise à sensibiliser contre "l'arrivée massive de prostituées et l'exploitation humaine" qu'engendre tout événement sportif, prenant l'exemple sur la dernière Coupe du monde, en Afrique du Sud en 2010.
Ce coup de projecteur est également mis en avant par ce banquier de 55 ans, dont la fille a participé à la manifestation de Fortaleza. "C'est l'occasion de montrer au monde que les choses ne sont pas merveilleuses au Brésil, comme on le croit à l'étranger, martèle Nelson Faria. Il y a ici beaucoup de différences entre les classes sociales : peu gagnent beaucoup, et beaucoup gagnent peu".

AFP
Vendredi 21 Juin 2013

Lu 237 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs