Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Report de la visite du chef de la Ligue arabe : La Syrie S’isole de plus en plus




Report de la visite du chef de la Ligue arabe : La Syrie S’isole de plus en plus
La Syrie a demandé,  "en raison de circonstances indépendantes de (sa) volonté”, au secrétaire général de la Ligue arabe Nabil Al-Arabi de reporter sa visite prévue mercredi à Damas, a annoncé mardi soir l'agence officielle syrienne SANA. M. Al-Arabi "a été informé de ces circonstances et une nouvelle date sera fixée pour sa visite", a ajouté l'agence de presse syrienne. Des sources diplomatiques au Caire avaient auparavant annoncé à l'AFP le report de cette visite. M. Al-Arabi devait se rendre mercredi à Damas pour demander au président syrien Bachar Al-Assad de mettre un terme à la répression et d'organiser un scrutin présidentiel en 2014, selon la copie obtenue par l'AFP d'une proposition de la Ligue. "La Syrie a demandé au secrétaire de la Ligue arabe Nabil Al-Arabi de reporter sa visite à Damas en raison de circonstances indépendantes de notre volonté", selon SANA.
Mardi, quatre personnes, dont un adolescent de 15 ans, ont été tuées dans les environs de Homs (centre) par des tirs de l'armée à un poste de contrôle proche, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Dans la ville même de Homs, où les quartiers sont divisés entre pro et anti-régime et où l'armée est fortement présente dans tous les axes stratégiques,  "les corps de cinq citoyens dont une femme ont été découverts mardi matin à Souk Elhachich et Hammam Elbacha”, a indiqué l'OSDH, citant un opposant et ancien prisonnier politique de la ville. M. Al-Arabi a affirmé mardi à la presse qu'il était chargé  "par la Ligue arabe de transmettre un message clair au régime syrien concernant ce qui se passe en Syrie, la nécessité d'arrêter les violences et la mise en œuvre immédiate de réformes”.
Le chef de l'organisation regroupant 22 pays arabes transmettra concrètement une proposition de 13 points, dans laquelle M. Al-Assad est également appelé à libérer les prisonniers politiques et à indemniser ceux qui ont été lésés à la suite du mouvement de contestation qui dure depuis six mois. La proposition, approuvée au cours d'une réunion en août au Caire des ministres arabes des Affaires étrangères, appelle à l'"organisation d'une élection présidentielle pluraliste ouverte à tous les candidats éligibles en 2014" , soit à la fin du mandat de M. Assad, qui a accédé au pouvoir à la mort de son père Hafez en 2000. Le document de la Ligue arabe a été vivement critiqué par Damas, qui a dénoncé un  "langage inacceptable et partial”. Sur le plan économique, le taux de croissance en Syrie devrait chuter à environ 1% en raison de la vague de contestation qui secoue le pays depuis six mois, a déclaré mercredi à Abou Dhabi le ministre syrien des Finances, Mohamed Jleilati. "Maintenant, le taux devrait s'établir aux environs de 1%, en raison des événements (...) peut-être entre 1 et 2%", a déclaré M. Jleilati à la presse en marge d'une réunion des ministres arabes à Abou Dhabi. Il a indiqué que l'économie syrienne avait connu un taux de croissance de 5,5% en 2010, et prévoyait une hausse de 3% du Produit Intérieur Brut l'an prochain.
Pour faire pression sur la Syrie et dénoncer la répression en cours qui a fait plus de 2.200 morts depuis la mi-mars selon l'ONU, la communauté internationale et notamment les Etats-Unis ont annoncé récemment des sanctions commerciales très sévères. Sur le terrain la répression bat son plein.Les forces de sécurité ont intensifié leurs opérations   mercredi à Homs, dans le centre de la Syrie, tuant plusieurs personnes, ont constaté des activistes et des habitants.
On ignore le nombre de victimes mais l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme, basé à Londres mais qui dispose d'un réseau de militants dans tout le pays, a fait état de sept morts.Depuis plusieurs jours, les forces de sécurité recherchent les militants et les manifestants anti-gouvernement à Homs, berceau de l'insurrection contre le régime du président Bachar Al-Assad.  "Il y a eu des tirs toute la nuit. Les coups de feu n'ont pas cessé”, a raconté un habitant lors d'une conversation téléphonique avec l'AP. Mardi, les forces de sécurité ont ouvert le feu à un barrage au sud de la ville de Rastan, près de Homs, faisant deux morts, dont un garçon de 15 ans. Les lignes téléphoniques fixes et portables, ainsi que les connexions internet ont été coupées dans certains quartiers de Homs.

Agences
Jeudi 8 Septembre 2011

Lu 264 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs