Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Réparation communautaire : Le CNDH planche sur le patrimoine oasien à Ouarzazate




Réparation communautaire : Le CNDH planche sur le patrimoine oasien à Ouarzazate
Une fois de plus, le patrimoine oasien marocain fait l’objet d’un examen minutieux. Tellement riche et varié, ce patrimoine, qui a atteint un stade de dégradation sans précédent, ne peut laisser indifférents les acteurs concernés. Les besoins sont énormes et du coup, les approches devraient être nombreuses. Conscient du rôle de ces espaces dans l’économie du pays, mais aussi dans la préservation de l’écosystème, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a lui aussi pris l’initiative de plancher sur ce sujet, combien épineux. Le contexte et le prétexte du CNDH ne sont autres que le programme de la réparation communautaire.  La rencontre qui se tiendra, à ce sujet, les 21 et 22 janvier courant à Ouarzazate, sous le thème «  Les oasis du Draâ et Tafilalet, culture, histoire et développement, quelle stratégie régionale intégrée ? », sera ainsi une occasion pour mettre l’accent non seulement sur les richesses économiques, la diversité ethnique, les grandes  potentialités humaines et l’immensité du territoire, mais aussi sur un patrimoine oasien immatériel, à savoir us et  coutumes, traditions, arts populaires et savoir-faire. Des chercheurs de renom, des historiens, anthropologues, géographes, sociologues et ethnologues,  ainsi que des acteurs  associatifs de cette région seront au rendez-vous.
Il sera ainsi question lors de ce séminaire de réflexion, de prospecter les diverses opportunités à même de revivifier les oasis du sud marocain, notamment celles du sud-est. Les débats seront articulés autour des axes tels que «La relecture et la réécriture de l’histoire des oasis », «L’inventaire des richesses patrimoniales et culturelles des oasis», «L’identification de pistes de préservation et revalorisation  des cultures et patrimoines des oasis du sud-est », et enfin «L’ébauche des grandes orientations pour la création d’un musée régional dédié à  toutes les richesses de cette région ».
La région proposée de « Draâ-Tafilalet », constituée par les provinces d’Errachidia, Ouarzazate, Tinghir et Zagora, est considérée comme étant la plus sous-développée du Maroc et la plus injustement marginalisée. On s’est même interrogé sur l’opportunité de créer une telle région. Mais forte d’un tissu associatif, de caractéristiques géographiques variées, de potentialités économiques de base, d’un fond culturel et d’une histoire commune, la région entend aujourd’hui relever le défi et démontrer que grâce à son potentiel humain, Draâ-Tafilalet cherchera désormais à assurer son développement à tous les niveaux.

Mustapha Elouizi
Jeudi 5 Janvier 2012

Lu 835 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs